La population et les ethnies

2003/02/27
La population totale et la densité de la population : La Région autonome du Tibet est la région la moins peuplées parmit toutes les provinces et régions autonomes de la Chine. Selon les résultats du 4ème resensement démographique effectué en 1990, la densité de la population ne se situe qu'à moins de deux personnes par km². A la fin de 1994, la Région autonome du Tibet compte une population de 2,32 millions d'habitants, dont 2,236 millions sont d'ethnie tibétaine, soit 96,4% de la population totale. Les Han qui sont au nombre de 66 mille représentent 2,8%, les autres ethnies qui sont au nombre de 18 mille représentent 0,8% de la population totale.

La croissance démographique : Depuis 1970, le taux de naissance et celui de la croissance naturelle demeurent toutjours supérieurs au niveau moyen du pays tout entier. Entre 1982 et 1990, la population tibétaine a augmenté de 309,8 mille personnes avec un taux de croissance naturelle de 17, 34‰, soi 2,64 pour mille plus élevé que le niveau moyen du pays. Pendant la période d'environ dix ans, la population tibétaine a cru de 38 mille personnes en moyenne par an. Le niveau de santé s'est ausssi rapidement élevé. L'espérance de vie a atteint 65 ans contre ce qui était de 36 lors de la libération pacifique du Tibet. A partir des années 70 du 20èmes siècle, la Chine a commencé l'application à l'échelle nationale du  planning familial, exhortant chaque couple à n'avoir qu'un seul enfant. Cependant, eu égard à la réalité du Tibet, le gouvernement de la Région autonome a adopté une politique spéciale. La politique de l'enfant unique ne s'applique qu'à l'égard des cadres, des employés et ouvriers de l'ethnie Han qui travaillent au Tibet, tandis que leurs confrères tibétains sont épargnés de cette exigence. Depuis 1984, le gouvernement de la Région autonome a proposé l'application du planning familial parmi les cadres, les employés, les ouvriers et les citadins de l'ethnie tibétaine, les invitant à avoir deux enfant avec une certaine intervalle. Ceux qui doivent se soumettre au contrôle de la naissance occupent environ 12% de la population globale. On insiste de plus sur la nécessité d'appliquer cette politique en conformité au principe du libtre consentement et d'interdir strictement l'avortement forcé sous n'importe quelle forme. Les agriculteurs et pasteurs qui représentent 88% de la population de la Région autonome sont tout à fait libres du contrôle de naissance. On les aide simplement à assimiler des connaissances scientifiques sur les méthodes du contrôle de naissance en accordant aux femmes des soins prénataux et postnataux en vue de garantir la santé des mères et des bébés et d'améliorer les qualités de la population. Pour les agriculteurs et les pasteurs qui acceptent de leur plein gré les mesures du contrôle de naissance, les départements sanitaires leur fournissent des services sûrs et fiables. A présent, le taux de naissance de la Région autonome du Tibet est supérieur de 23‰. Le taux de croissance naturelle est de 15‰ contre le taux de 16‰ fixé par le gouvernement de la Région autonome pour contrôler l'augementation démographique.

La composition ethnique : La Région autonome du Tibet est la région où les habitants tibétains sont les plus concentrés en Chine. Les Tibétains de la Région autonome du Tibet occupent 45% de toute la population tibétaine du pays. Hormis les Tibétains, vivent aussi dans la Région autonome les Menba, les Luoyu, les Han, les Hui et d'autres minorités nationales comme les Xia'erba. Les Tibétains sont les principaux habitants du Tibet. Au titre de la classification linguistique et de la parenté avec les autres langues, le tibétain apparitent à la branche de langue tibétaine, groupe de lanague birmane et famille de langue sino-tibétaine. La langue tibétaine peut se diviser en trois zones de dialectes : Wenzang, Kang et Anduo. Les Tibétains ont comme occupations principales l'agriculture et l'élevage. Les citadins se consacrent plutôt aux activités artisanales, industrielles et commerciales. Les Tibétains croient le bouddhisme tibétain. Ils sont hospitaliers et de coeur ouvert. Les Tibétains sont particulièrement aptes aux chants et aux danses. Les chansons tibétaines chantées souvent sous l'acompagnement des danses variées sont mélodieuses et très agréables à entendre. Dans la vie quotidienne, les Tibétains sont habillés d'une veste en soie ou en toile. Les hommes sont vêtus d'une robe large et les femmes une robe sans manche et sont entrelacées d'une ceinture. Les femmes mariées portent souvent aux reins un tablier ayant comme motifs l'arc-en-ciel. Les hommes comme les femmes ont l'habitude de nouer leurs chevaux en nattes et éprouvent un grand goût pour les parures. Des différences existent bien entendu d'une région à une autre en ce qui concerne les habitudes vestimentaires. Les Tibétains ont comme l'alimentation de base Tsamba (une sorte de pâte d'orge graillé préparée avec du Ginko ou de pois) et aiment à boire du thé au beurre, au lait et du vin de Ginko. Ils aiment manger du mouton et du boeuf, mais ne se nourrissent jamais de la chaire des bêtes perissodactyles. A propos des funérailles, l'enterrement était appliqué plutôt aux temps anciens, et les «funérailles célestes » (funéraille aucours de laquelle on dpece le corps du défunt et en lancer les morceaux aux vautours pour que l'âme du défunt puisse monter dans le ciel), l'incinération et l'immsersion dans l'eau sont largement répandues. L'ethnie Menba est une autre nationalité qui vit depuis fort longtemps sur le Plateau du Tibet. Les Menba sont répartis essentiellement dans la région Menyu, dans le sud du Tibet et le reste dans les districts de Motuo, de Nyangchi et de Cuona. La langue des Menba appartient à la branche de langue de Menba, au groupe tibétain-birman, à la famille de langue sino-tibétaine. Sans écriture, les dialects de Menba sont très complexes. La plupart des Menba parlent le tibétain. Parmi eux, la langue écrite tibétaine est largement utilisée. L'ethnie Menba s'occupe  principalement de l'agriculture et aussi des activités d'élevage, de chasse, des activités sylvicoles et artisanales. Les hommes et les femmes de l'ethnie Menba portent des robes rouges de Pulu (une sorte de tissu de laine) et coiffés à la tête d'un petit chapeau avec échancrure à l'avant et au rebord jaune ou d'un feutre noir de laine grossière. Les femmes de Menba aiment à porter des ornements comme le bracelet et le boucle d'oreille. Les hommes sont souvent armés d'un couperet aux reins. Les hommes comme les femmes sont friand du vin et du tabac à priser. Les Menbas se nourrissent principalement du riz, du maïs, du sarrasin et du paddy. La plupart d'entre eux croient le bouddhisme tibétain et dans certaines contrées isolées il y a aussi des Menba qui croient la sorcellerie primitive. Les Menba pratiquent les funérailles de l'immersion dans l'eau pour la plupart des cas et sans s'abstenir pourtant de l'inhumation, de l'incinération et des « funérailles celestes ». L'ethnie Yuba est répartie principalement dans la région de Yuluo, dans le sud-ouest du Tibet, et aussi dans les districts de Milin, de Motuo, de Chayu, de Longzi et de Langxian en communautés disséminées. Les Yuba n'ont pas de langue écrite et leur langue appartient au groupe de langue birmane, famille de langue sino-tibétaine. Les Yuba utilisent largement le tibétain. Ils font principalement l'agriculture et également la vannerie. Les hommes ont l'habitude de se vêtir d'un gilet tissé avec de la laine et long jusqu'au bas-ventre. Ils sont coiffés d'un casque rond avec rebord fait avec la peau d'ours ou tressé avec du rotin. Les femmes sont vêtues d'une veste au col rond et aux manches étroits et d'un jupe en tube coulé au corps couvrant les genoux. Elles portent aussi des bandes molletières. Les Yuba ont comme nourriture de base le maïs et le paddy, mais ils se nourrissent aussi du riz et du sarrasin. Les Hui qui habitent actuellement au Tibet sont pour la plupart des descendants de leuurs aïeux qui ont émigré sous la dynastie des Qing en venant des provinces du Gansu, du Shan'anxi, du Qinghai, du Sichuan et du Yunnan. Un nombre restreint des Hui viennent de l'Asie centrale. Les Hui sont essentiellement répartis dans des villes et bourgs et notamment à Lhasa, à Xigaze et à Qamdo. Les Hui ont comme occupations principales des activités commerciales, artisanales et d'abattage. Ils utilisent le tibétain aussi bien le chinois, et l'ourdou et l'arabe lors des pratiques religieuses. Les Hui croient l'islam. Ils ont leurs  mosqués à Lhasa et ailleurs. Les    sont essentiellement répartis dans la préfecture de Nyingchi et le district de Chayu. Leur langue appartient au groupe de langue birmane, famille de langues sino-tibétaine. Ils n'ont pas de langue écrite. Dans le passé, ils tenaient un registre en gravant sur le bois ou en faisant des noeuds et des bâtonnets. Au lieu de faire des dévotions aux divinités, les      croirent les esprits. Ils habitent dans des maisons en bois à deux étages. L'étage du dessus est habité par l'homme tandis que le dessous est réservé aux bêtes et à la volaille. Les femmes portent d'une manière générale de longs boucles d'oreille en argent. La tête est enroulée d'un turban protégeant le front. Au cou, elles portent des colliers en perles ou d'autres accessoires en argent. Elles sont vêtues souvent d'une jupe en soie et préfèrent marcher pieds nus. Les hommes sont enroulés à la tête d'un turban noir, et portent des boucles d'oreille en argent. Les         habitaient, avant les années 50 du siècle dernier, dans le fin fond des forêts et cultivaient la terre au moyen très rudimentaire et sur brûlis. Leur subsistance dépendait dans une large mesure de la cueillette et de la chasse. Ils ont déménagé et se sont installés après sur des collines et dans des vallées, grâce à l'assistance du gouvernement local. Les Xia'erba habitent principalement dans le canton Lixin et à Chentang, district de Dingjie, non loin du Centre de l'import-export de Zhangmu. Les Xia'erba se divisent en quatre castes et les gens de la même caste ne peuvent pas s'unir par les liens de mariage. Ils croient le bouddhisme et habitent dans des maisons en bois. Les hommes et les femmes sont vêtus tous d'une blouse aux manches courtes et ornée de dentelles noires tissée avec de la laine blanche. Les airs de danses des Xia'erba sont mélodieux et harmonieux, qui font rappler des danses folkloriques du Népal et du Pakistan. La migration des Hans en quantité relativement forte a eu lieu sous la dynastie des Qing (1644 à 1911). Certains d'entre eux ont été assimilés. Les Han qui habitent maintenat au Tibet sont pour la plupart des techniciens, ouvriers, enseignants, médecins, infirmiers et cadres venus d'autres provinces, régions autonomes et municipalités chinoises.
 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114