POUR UN RÉGIME INTERNATIONAL RENFORCÉ ET UNE MEILLEURE GOUVERNANCE MONDIALE DE LA SÉCURITÉ NUCLÉAIRE

——Intervention de M. Xi Jinping Président de la République populaire de Chine au Sommet sur la sécurité nucléaire
2016/04/02

(Washington, 1er avril 2016)

Monsieur le Président Barack Obama,
Chers Collègues,

Je suis très heureux d'être parmi vous à Washington pour discuter ensemble des grandes stratégies de sécurité nucléaire internationale. Je voudrais remercier le Président Barack Obama et l'administration américaine pour les excellentes dispositions mises en place en vue de ce sommet.

L'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques date d'il y a 60 ans et s'accompagne, dès le début, d'un processus de renforcement de la sécurité nucléaire. Grâce aux efforts conjugués de la communauté internationale depuis six décennies, le concept de la sécurité nucléaire s'est solidement implanté dans les esprits, une coopération fructueuse a été réalisée et tous les pays ont vu leurs capacités en la matière se renforcer sensiblement.

Le Sommet sur la sécurité nucléaire, lancé en 2010, a joué un rôle d'impulsion pour la sécurité nucléaire internationale. Durant les six ans écoulés, de la définition des objectifs communs à l'élaboration d'une vision d'avenir, en passant par l'identification des priorités, nous avons fait un travail solide et apporté notre part de contribution.

Au 3e Sommet sur la sécurité nucléaire tenu à La Haye, aux Pays-Bas, j'ai souligné l'importance d'adopter un concept de sécurité nucléaire rationnel, coordonné et équilibré, pour assurer un développement sain et régulier du processus de sécurité nucléaire. Aujourd'hui, je me félicite des progrès accomplis dans le renforcement de la sécurité nucléaire au niveau mondial depuis ces deux dernières années.

Pourtant, nous ne devons pas nous contenter des acquis obtenus et nous arrêter en chemin. Regardons le monde où nous vivons : la configuration mondiale traverse des mutations profondes et sans précédent, les menaces et les défis sécuritaires se multiplient, les racines du terrorisme sont loin d'être éradiquées et le terrorisme nucléaire demeure toujours une menace majeure à la sécurité internationale.

Sur le long terme, le renforcement du régime international de sécurité nucléaire est un préalable fondamental au développement sain de l'énergie nucléaire, et surtout une étape clé pour la promotion de la gouvernance sécuritaire mondiale, l'instauration d'un nouveau modèle de relations internationales et l'amélioration de l'ordre mondial. Si le rideau va se refermer sur le présent sommet, notre nouvelle marche ne fait que commencer.

Chers Collègues,

J'ai préconisé, au Sommet de La Haye, d'établir un régime international de sécurité nucléaire fondé sur l'équité, la coopération et le gagnant-gagnant. Ce régime, solidement fondé sur le principe de l'équité, favorisant le développement par la coopération et inspirant la confiance en offrant des perspectives gagnant-gagnant, constituera une garantie institutionnelle forte et durable pour que l'énergie nucléaire reste une source d'énergie sûre et bénéfique pour l'homme. Pour réaliser cet objectif ambitieux, nous avons à faire ensemble de nouveaux efforts.

- Accroître l'engagement politique et traiter à la fois les symptômes et le fond du problème. En tant que dirigeants d'État, nous avons la responsabilité de favoriser une prise de conscience pleine et entière de l'importance de la sécurité nucléaire et de faire régulièrement le point sur la lutte internationale contre le terrorisme nucléaire. Il faut consolider le consensus international sur le renforcement de la sécurité nucléaire, combattre les actes de terrorisme nucléaire avec la tolérance zéro et sans aucune distinction, promouvoir la mise en œuvre intégrale des obligations juridiques et des engagements politiques en matière de sécurité nucléaire, de sorte à répondre efficacement aux nouveaux défis et menaces.

Comme dit un adage chinois, l'arbre doit sa grandeur à la racine consolidée. Prendre le mal à la racine demeure notre objectif. Nous devons garder à l'esprit le bien-être de toute l'humanité, instaurer un nouveau modèle de relations internationales axé sur la coopération gagnant-gagnant, faire avancer fermement la gouvernance sécuritaire mondiale, préserver un environnement international pacifique et stable, promouvoir le développement et la prospérité de tous les pays et favoriser les échanges entre différentes civilisations dans un esprit de l'harmonie dans la diversité et de l'enrichissement mutuel. Ce n'est ainsi que les terreaux du terrorisme nucléaire seront éradiqués au plus tôt.

- Renforcer la responsabilité des États et mettre en place des dispositifs de prévention solides et permanents. Si le développement de l'énergie nucléaire relève du choix souverain d'un État, assurer la sécurité nucléaire est une obligation partagée de tous les pays. Nous devons travailler, en tenant compte des conditions nationales, à définir et à mettre en œuvre des stratégies de sécurité nucléaire au niveau national, à élaborer des plans de renforcement de la sécurité nucléaire à moyen et long terme, à perfectionner le cadre juridique et les mécanismes de réglementation en la matière, et dans le même temps, réunir les moyens et le soutien indispensables pour réussir dans toutes ces entreprises.

Les stratégies doivent être appuyées par des mesures concrètes. Face aux menaces du terrorisme nucléaire de plus en plus asymétriques et imprévisibles, nous devons nous atteler à la prévention comme à la gestion des crises. D'une part, il faut mettre en place des dispositifs solides pour prévenir et anticiper les crises et parer aux nouveaux risques d'utilisations malveillantes d'Internet et du réseau financier international par les terroristes. D'autre part, il faut élaborer des plans globaux de gestion de crise par étapes permettant d'évaluer exactement les risques, de réagir immédiatement en cas de crise et de maîtriser rapidement la situation.

- Intensifier la coopération internationale et aller de l'avant de manière coordonnée et concertée. Le terrorisme nucléaire est l'ennemi commun de toute l'humanité et les retombées des incidents nucléaires ignorent les frontières. À l'ère de l'interconnexion, aucun pays ne peut s'en sortir seul ni se tenir à l'écart. Tous les pays sont appelés à prendre part aux affaires liées à la sécurité nucléaire sur la base du respect de la souveraineté des États et à œuvrer, dans un esprit d'ouverture et d'inclusivité, à une communauté de destin dans le domaine de la sécurité nucléaire.

Les organisations et mécanismes internationaux existants pourront servir de plateformes solides à la coopération internationale pour la sécurité nucléaire. L'Agence internationale de l'Énergie atomique (AIEA) a un rôle central à jouer pour coordonner et intégrer au niveau mondial les ressources relatives à la sécurité nucléaire et doit mettre son expertise au service de tous les pays. L'ONU, en tant que l'organisation internationale la plus universelle, doit continuer à jouer un rôle majeur. Et les autres organisations et mécanismes apporteront une contribution utile et complémentaire à la promotion de la coopération pragmatique, notamment dans le domaine de l'application de la loi. Dans le même temps, il faut prendre en compte les préoccupations légitimes des nombreux pays en développement et leur fournir de l'assistance.

- Renforcer la culture de sécurité nucléaire et valoriser l'esprit d'engagement commun. Le facteur humain est au cœur du renforcement du régime international de sécurité nucléaire. La légalité, la prévention des risques, l'autodiscipline et la coopération sont au centre de la culture de sécurité nucléaire et tous les opérateurs du domaine doivent adopter et traduire ces principes en actes concrets afin d'accomplir leurs missions sur la base d'une bonne connaissance de leurs devoirs.

Il importe également que le milieu académique et le grand public soient sensibilisés à la sécurité nucléaire. Les think-tanks des différents pays sont encouragés à suivre de près la lutte internationale contre le terrorisme nucléaire, à développer activement des recherches académiques sur la sécurité nucléaire et à faire davantage de propositions utiles sur le renforcement du régime international de sécurité nucléaire et des efforts nationaux dans ce sens. Un travail de sensibilisation est nécessaire auprès du grand public pour qu'il comprenne mieux l'enjeu de la sécurité nucléaire et y accorde une plus grande attention.

Chers Collègues,

En tant que le plus grand pays en développement, la Chine œuvre à développer et à utiliser l'énergie nucléaire en garantissant toujours la sécurité pour combler le déficit énergétique et faire face au défi du changement climatique. Elle connaît aujourd'hui le développement le plus rapide de l'électronucléaire dans le monde et affiche un bon bilan de la sécurité nucléaire. Depuis le Sommet de La Haye, de nouveaux progrès ont été réalisés dans le domaine de la sécurité nucléaire en Chine.

- Toujours à la recherche de la perfection, la Chine s'est attelée à explorer les moyens efficaces pour renforcer la sécurité nucléaire. Intégrée dans le système global de sécurité nationale et inscrite dans la Loi sur la sécurité nationale, la sécurité nucléaire est considérée comme un enjeu stratégique. Nous avons travaillé sans cesse à perfectionner le cadre juridique national en la matière et nous sommes en train d'élaborer une loi sur l'énergie atomique et une loi sur la sécurité nucléaire. Nous avons élaboré et mis en œuvre le plan de moyen et long terme sur la sécurité nucléaire, amélioré les mécanismes de contrôle et d'application de la loi, développé sur tous les plans les compétences des professionnels et organisé de divers exercices de simulation pour renforcer la capacité de réaction aux crises.

- Toujours fidèle à la parole donnée, la Chine s'est acquittée scrupuleusement des obligations internationales et des engagements politiques. La Chine a ratifié tous les instruments juridiques internationaux relatifs à la sécurité nucléaire, appliqué toujours rigoureusement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et apporté un soutien et une participation actifs aux initiatives internationales dans ce domaine. Le Centre d'excellence national de la sécurité nucléaire à Beijing dont j'ai parlé au Sommet de La Haye a été mis en service avec un an d'avance. L'Institut chinois de l'énergie atomique a réussi à convertir son microréacteur pour qu'il utilise l'uranium faiblement enrichi, combustible plus sûr. La conversion d'un microréacteur du Ghana avec l'assistance de la Chine a également enregistré des progrès.

- Toujours en quête d'une coopération gagnant-gagnant, la Chine s'est engagée à promouvoir les échanges et coopérations internationaux. La Chine soutient fermement l'AIEA dans ses efforts pour mettre en application le Plan d'action sur la sûreté nucléaire et augmente progressivement ses contributions au Fonds pour la sécurité nucléaire. Comme convenu, les services consultatifs de l'AIEA sur la protection physique démarreront officiellement pour la première fois en Chine en 2016. En février dernier, nous avons tenu avec succès le premier dialogue annuel sur la sécurité nucléaire avec les États-Unis. Nous œuvrerons également à approfondir les échanges et coopérations avec les autres pays, les Nations Unies et l'Initiative mondiale de lutte contre le terrorisme nucléaire.

La Chine continuera de renforcer la sécurité nucléaire nationale et œuvrera activement à promouvoir la coopération internationale par la mise en commun de savoir-faire, de ressources et de plateformes dans ce domaine. J'annonce que :

Premièrement, la Chine mettra en place un réseau du développement des capacités de sécurité nucléaire. Nous organiserons la formation des professionnels, ainsi que les démonstrations de technologies de sécurité nucléaire et les échanges en la matière en nous appuyant sur les plateformes existantes, telles que le Centre d'excellence national sur la sécurité nucléaire et le Centre de formation de la douane chinoise pour la détection de la radioactivité. Les pays en Asie-Pacifique, les pays riverains de la « Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du 21e siècle » et les autres pays en développement sont les bienvenus pour y participer. Et nous resterons en étroite collaboration avec l'AIEA.

Deuxièmement, la Chine généralisera le modèle de coopération visant à réduire l'utilisation de l'uranium hautement enrichi. Nous soutenons les différents pays dans leurs efforts de réduire autant que possible l'utilisation de l'uranium hautement enrichi compte tenu de leurs besoins et de leurs conditions économiques et techniques. Nous entendons, sur la base du « modèle du Ghana » et dans le respect des principes du libre consentement et du pragmatisme, aider les pays à convertir leurs microréacteurs importés de la Chine. Nous ferons également le point du modèle de coopération multilatérale en matière de conversion des microréacteurs et partagerons l'expérience acquise avec les pays qui s'y intéressent.

Troisièmement, la Chine mettra en œuvre le plan d'action sur le renforcement de la sécurité des sources radioactives. Pour empêcher que les terroristes aient accès aux sources radioactives qui existent en grande quantité dans de divers pays, nous continuerons de recenser les sources radioactives sur le territoire chinois, perfectionnerons le dispositif de sûreté et travaillerons en priorité à réaliser une surveillance en temps réel des sources mobiles à haut risque dans les cinq ans à venir. Nous entendons partager nos savoir-faire avec les autres pays pour renforcer ensemble les capacités de gestion des sources radioactives.

Quatrièmement, la Chine lancera l'initiative du soutien technique contre le terrorisme nucléaire. Nous agirons en commun avec les pays et organisations qui en ont la volonté pour mener des études scientifiques sur l'analyse et le traçage des matières nucléaires civiles et organiser des exercices de simulation de sorte à renforcer les capacités de réaction aux crises.

Cinquièmement, la Chine généralisera le système national de contrôle de la sécurité des centrales nucléaires. La Chine applique les plus hauts standards de sûreté et de sécurité pour protéger de tout risque ou danger les centrales nucléaires sur le territoire chinois comme celles exportées à l'étranger. Nous nous appuierons sur le Centre national de recherche et développement du contrôle nucléaire et de la radioprotection pour aider les pays qui en ont besoin à renforcer leurs capacités de contrôle, de sorte à contribuer au renforcement de la sécurité des centrales nucléaires dans le monde.

Chers Collègues,

Les efforts porteront leurs fruits. Tant que nous coopérons étroitement et persévérons à renforcer la sécurité nucléaire, l'énergie nucléaire contribuera davantage au bien-être de l'humanité !

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114