FORUM SUR LA COOPÉRATION SINO-AFRICAINE PLAN D'ACTION DE JOHANNESBURG(2016-2018)

2015/12/10

1. PRÉAMBULE

1.1 Le Sommet de Johannesburg et la 6e Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) ont eu lieu du 3 au 5 décembre 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud, avec la participation des Chefs d'État et de Gouvernement, des Chefs de délégation, des Ministres des Affaires étrangères et des Ministres chargés de la coopération économique de Chine et de 50 pays africains ( désignés ci-après « les deux parties » ) ainsi que du Président de la Commission de l'Union africaine (UA).

1.2 Les deux parties ont passé en revue avec satisfaction le développement des relations sino-africaines. Elles saluent la contribution active apportée par le FCSA depuis sa création il y a 15 ans au développement global et approfondi des relations sino-africaines et estiment que le FCSA constitue une plateforme importante pour le dialogue collectif et un mécanisme efficace pour la coopération pragmatique entre la Chine et l'Afrique.

1.3 Les deux parties estiment que la Chine œuvre à la réalisation des objectifs des « deux centenaires », que l'Afrique travaille activement à mettre en œuvre l'Agenda 2063 et son premier plan décennal, et que leurs stratégies de développement ont beaucoup de points communs. Elles doivent mettre pleinement en valeur leurs atouts respectifs et promouvoir l'amélioration de la qualité et de l'efficacité ainsi que la transformation et la montée en gamme de leur coopération mutuellement avantageuse, afin d'assurer la prospérité partagée de leurs peuples.

1.4 Les deux parties sont satisfaites de la mise en œuvre efficace du Plan d'Action de Beijing (2013-2015) adopté par la 5e Conférence ministérielle du FCSA, et se décident à bâtir et à développer, dans l'esprit de la Déclaration de Johannesburg, un partenariat de coopération stratégique global sino-africain caractérisé par l'égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique, les échanges et l'inspiration réciproque sur le plan culturel, la solidarité sur le plan sécuritaire, ainsi que la coopération dans les affaires internationales.

1.5 Pour concrétiser les résultats obtenus par le sommet et la présente conférence et planifier la coopération amicale et mutuellement bénéfique sino-africaine dans différents domaines pour les trois ans à venir, les deux parties, conformément au thème « la Chine et l'Afrique avancent ensemble : Coopération gagnant-gagnant pour un développement commun », ont élaboré ensemble et adopté à l'unanimité ce Plan d'Action.

2. COOPÉRATION POLITIQUE

2.1 Échanges de visites et dialogue de haut niveau

Les deux parties continueront d'encourager les échanges de visites et le dialogue de haut niveau pour consolider l'amitié traditionnelle, renforcer la confiance politique mutuelle et approfondir le consensus stratégique et la coordination.

2.2 Mécanismes de consultations et de coopération

2.2.1 Les deux parties conviennent de perfectionner et d'encourager les consultations politiques entre les Ministères des Affaires étrangères et les commissions conjointes (mixtes) économiques et commerciales, afin de renforcer la planification des relations et de la coopération entre la Chine et les pays africains et la mise en œuvre de la planification.

2.2.2 Les deux parties renforceront sans cesse le rôle du mécanisme des consultations politiques régulières entre les Ministres chinois et africains des Affaires étrangères.

2.3 Échanges entre les organes législatifs, les instances consultatives, les partis politiques et les collectivités locales

2.3.1 Les deux parties œuvreront à renforcer les échanges et la coopération entre l'Assemblée populaire nationale de Chine et les parlements des pays africains ainsi que les parlements régionaux, le Parlement panafricain et l'Union Parlementaire Africaine, afin de consolider l'amitié traditionnelle et de promouvoir la coopération mutuellement avantageuse entre la Chine et l'Afrique.

2.3.2 Les deux parties travailleront à élargir les échanges et la coopération entre la Conférence consultative politique du peuple chinois et les parlements des pays africains ainsi que les parlements régionaux, le Parlement panafricain et l'Union Parlementaire Africaine.

2.3.3 Les deux parties travailleront à approfondir les échanges entre le Conseil économique et social de Chine et le Conseil Économique, Social et Culturel de l'UA ainsi que les conseils économiques et sociaux et institutions concernées des pays africains.

2.3.4 Les deux parties intensifieront les échanges de haut niveau, la coopération en matière de formation des cadres, le dialogue politique bilatéral et multilatéral, ainsi que les échanges d'expériences en matière de gouvernance et de développement entre les partis politiques.

2.3.5 Les deux parties renforceront les échanges et la coopération décentralisés, soutiendront l'établissement de plus de jumelages entre les provinces et villes chinoises et africaines, et appuieront l'institutionnalisation du Forum sur la Coopération entre les collectivités locales de Chine et d'Afrique.

2.4 La Chine et l'UA ainsi que les sous-régions africaines

2.4.1 Les deux parties sont conscientes du rôle important joué par l'UA dans la préservation de la paix et de la stabilité en Afrique, le développement du continent et la promotion de l'intégration africaine. Les deux parties apprécient les efforts déployés et la contribution apportée par la Chine pour soutenir le développement pacifique et stable et l'intégration de l'Afrique.

2.4.2 Les deux parties se félicitent du développement sur tous les plans des relations entre la Chine et les organisations sous-régionales et panafricaines ainsi qu'avec l'UA, et conviennent de maintenir la dynamique de leurs échanges de haut niveau, de continuer à perfectionner le mécanisme du dialogue stratégique, et de renforcer leur confiance mutuelle stratégique et leur coopération pragmatique.

2.4.3 La partie chinoise salue l'adoption par l'UA de l'Agenda 2063 et de son premier plan décennal, et continuera de soutenir l'UA dans ses efforts de construire une Afrique unie, intégrée et prospère, afin de réaliser la paix en Afrique et dans le monde.

2.4.4 La partie chinoise apprécie le rôle actif joué par la Commission de l'UA depuis son adhésion au FCSA, et continuera de renforcer la coopération avec le NEPAD, et de le soutenir.

2.4.5 Les deux parties conviennent de mettre en œuvre activement le Mémorandum d'entente sur la promotion de la coopération Chine-Afrique dans les domaines du chemin de fer, de la route, du réseau de l'aviation régionale et de l'industrialisation, et mettront à profit les mécanismes de coopération existants tels que le Groupe de travail conjoint sur la coopération en matière d'infrastructures transnationales et transrégionales en Afrique, de sorte à promouvoir la coopération pragmatique Chine-UA dans les domaines prioritaires.

2.4.6 L'UA se félicite de l'ouverture par la Chine de sa mission auprès de l'UA, à Addis-Abeba, en Éthiopie. La Chine invite l'UA à établir rapidement sa représentation à Beijing.

2.4.7 La partie chinoise continuera à soutenir le renforcement de capacités de l'UA et des organisations sous-régionales africaines sous diverses formes telles que le développement des ressources humaines.

2.4.8 La partie chinoise œuvrera à instaurer et à améliorer les mécanismes de coopération économique et commerciale avec les organisations régionales et sous-régionales africaines, à intensifier la coopération économique et commerciale sino-africaine au niveau régional et multilatéral. La partie chinoise salue et soutient les initiatives africaines sur la création des zones de libre-échange et à étudier la possibilité d'établir la coopération en la matière.

3. COOPÉRATION ÉCONOMIQUE

3.1 Agriculture et sécurité alimentaire

3.1.1 Les deux parties estiment que la réalisation de la modernisation de l'agriculture en Afrique par le renforcement de la coopération agricole Chine-Afrique est une voie importante pour contribuer à la sécurité alimentaire en Afrique, et qu'il faut y accorder la priorité dans le cadre de la coopération sino-africaine. La coopération agricole, dans le respect des règlements en vigueur, permettra de promouvoir la transition et la montée en gamme de l'agriculture africaine, d'accroître la production, le niveau de la transformation et les revenus, et d'assurer la sécurité alimentaire en Afrique.

3.1.2 Les deux parties continueront de renforcer leur coopération en matière de consultation, de planification et de conception sur les politiques agricoles, de soutenir la mise en œuvre du Programme détaillé de développement de l'agriculture africaine (CAADP) par la construction de centres de démonstration de techniques agricoles, l'envoi d'agronomes pour la coopération technique, ainsi que la formation de techniciens agricoles. La partie africaine apprécie le soutien apporté par le gouvernement chinois aux pays africains pour réaliser ledit programme.

3.1.3 La partie chinoise mettra en œuvre les projets de démonstration agricole en Afrique, procédera à la construction ou à la montée en gamme de centres de démonstration de techniques agricoles, valorisera pleinement ces centres comme plateformes de recherche, de démonstration, de formation dans le domaine agricole, œuvrera à amplifier la formation et à transférer les techniques de production de semences et de plantation, et coopérera avec les pays africains pour accroître la production agricole par unité de terre.

3.1.4 La partie chinoise continuera d'envoyer dans les pays africains 30 groupes d'agronomes de haut niveau et d'enseignants pour fournir la formation professionnelle agricole, et amplifiera la formation en Chine de techniciens et gestionnaires agricoles africains, afin de perfectionner la technique et la gestion agricoles.

3.1.5 La partie chinoise aidera les pays africains à construire les ouvrages hydrauliques pour l'agriculture, mettra en œuvre le projet d'enrichissement par l'agriculture dans 100 villages en Afrique, et fournira aux pays africains l'aide alimentaire d'urgence.

3.1.6 Les deux parties œuvreront activement à développer la coopération en matière de planification, de financement et de gestion de projets dans le cadre du CAADP, en se référant aux pratiques de l'UA et le NEPAD, et soutiendront les études de faisabilité sur la construction d'infrastructures agricoles.

3.1.7 La partie chinoise continuera à travailler avec les pays africains pour réaliser ensemble les projets agricoles de démonstration de haute qualité et à rendement élevé. Elle encouragera et orientera les institutions de recherche agricole et les entreprises chinoises à développer conjointement avec leurs partenaires africains des expérimentations sur l'agriculture de qualité et à rendement élevé, et établira le mécanisme de coopération «10+10» entre les institutions de recherche agricole chinoises et africaines, avec l'accent mis sur la recherche conjointe dans les domaines de la culture et de la production des semences, ainsi que de la protection des plantes, de sorte à accroître la production des cultures agricoles prioritaires tels que les céréales et le coton dans les pays africains.

3.1.8 La partie chinoise encouragera et soutiendra l'investissement des entreprises chinoises dans le domaine agricole en Afrique. Elle travaillera à réaliser les projets de coopération et à fournir le soutien technique en matière de culture de céréales, de stockage, de règlements sanitaires et phytosanitaires, d'élevage, de capacité de transformation agroalimentaire, de sylviculture et de pêche, afin de créer les conditions favorables pour assurer la sécurité alimentaire à long terme dans les pays africains, basée sur la production et la transformation de l'agriculture nationale.

3.1.9 Les deux parties encourageront le commerce des produits agricoles, œuvreront à perfectionner les politiques commerciales, à évaluer les moyens pour promouvoir le commerce agricole et à élargir sans cesse le volume du commerce des produits agricoles entre la Chine et l'Afrique.

3.1.10 La partie chinoise continuera à renforcer la coopération agricole avec les pays africains dans le cadre du « Programme spécial pour la sécurité alimentaire de la FAO ». Elle explorera avec les autres organisations et pays la possibilité de coopération agricole avec l'Afrique.

3.1.10 La partie africaine s'engage à coopérer avec la partie chinoise dans les domaines prioritaires tels que les échanges sur les politiques agricoles, l'amélioration des infrastructures agricoles, le développement des systèmes de services de soutien à l'agriculture, le renforcement des capacités de développement de l'agriculture moderne, et l'investissement dans l'ensemble de la chaîne de production agricole, afin de renforcer la production agricole de l'Afrique et sa capacité d'assurer la sécurité alimentaire. Elle entend créer un environnement propice à l'investissement et au commerce dans le domaine agricole pour les entreprises chinoises, et leur fournir, conformément aux lois locales, des soutiens en termes de politiques préférentielles, en ce qui concerne le terrain, les infrastructures agricoles, la fiscalité, la finance et l'assurance.

3.2 Partenariats industriels et coopération en matière de capacités de production industrielle

3.2.1 Les deux parties sont d'avis que l'industrialisation est essentielle pour assurer le développement autonome et durable de l'Afrique. Conscientes de leurs besoins réciproques, de leurs atouts respectifs, et des opportunités offertes l'une à l'autre concernant les partenariats industriels et la coopération en matière de capacités de production industrielle, les deux parties souhaitent associer les industries performantes et les capacités de production industrielle de qualité de la Chine à l'industrialisation et à la diversification économique de l'Afrique, en vue de promouvoir la transformation et la montée en gamme de la coopération sino-africaine sur tous les plans.

3.2.2 Les deux parties s'engagent à poursuivre les principes de l'attachement tant à la justice qu'aux intérêts, de la coopération gagnant-gagnant, de l'ouverture, de l'inclusivité, et de la coopération basée sur les règles du marché, et travailleront activement à l'établissement de partenariats industriels et à la coopération sur les capacités de production industrielle, en s'abstenant de réaliser le développement au détriment des intérêts à long terme et de l'environnement des pays d'accueil.

3.2.3 Les deux parties travailleront, en valorisant pleinement le rôle des mécanismes de coopération multilatéraux et bilatéraux existants, à renforcer la planification, la coordination des politiques et les partenariats industriels, et à promouvoir le développement mutuellement avantageux des capacités industrielles.

3.2.4 La partie chinoise entend accorder la priorité à l'Afrique dans l'établissement de partenariats industriels et la coopération internationale sur les capacités de production industrielle. La partie africaine accueille favorablement la délocalisation ordonnée des capacités de production industrielle compétitives et à forte intensité de main-d'œuvre de la Chine vers l'Afrique, permettant de l'aider à accroître l'emploi, les impôts et les devises, et de réaliser le transfert de technologies et le développement partagé. Les deux parties conviennent de sélectionner en priorité certains pays africains pour créer des pôles pilotes de démonstration, de coopérer pour la construction ou la mise à niveau d'un certain nombre de zones industrielles, de soutenir la construction des infrastructures et des services publics, ainsi que d'accumuler des expériences, explorer des moyens efficaces et fournir des modèles de coopération pour faire avancer de manière globale et ordonnée les partenariats industriels et la coopération sur les capacités de production industrielle entre la Chine et l'Afrique.

3.2.5 La Chine créera un Fonds pour la coopération sino-africaine sur les capacités de production avec un capital initial de 10 milliards de dollars américains pour soutenir les partenariats industriels et la coopération sur les capacités de production entre la Chine et l'Afrique.

3.2.6 La partie chinoise enverra les experts gouvernementaux de haut niveau en Afrique, fournira les consultations et l'assistance sur la planification, la conception de politiques, l'exploitation et la gestion en matière d'industrialisation.

3.2.7 Les pays africains continueront à déployer des efforts dans le perfectionnement des lois et règlements, la construction d'infrastructures, le lancement des politiques préférentielles, et l'amélioration des services publics dans la mesure du possible, afin de créer des conditions et un environnement favorables pour attirer l'investissement des entreprises chinoises et soutenir les industries et les capacités de production industrielle chinoises, dans l'esprit de bénéfice mutuel.

3.3 Développement d'infrastructures

3.3.1 Les deux parties estiment que le développement retardé des infrastructures est l'un des principaux goulots d'étranglement du développement autonome et durable de l'Afrique. Les deux parties prendront des mesures concrètes et encourageront en priorité les entreprises et institutions financières chinoises à élargir l'investissement sous forme de partenariat public-privé (PPP) ou de Build-Operate-Transfer (BOT) pour soutenir les pays africains et les projets pilotes africains, notamment le Programme de Développement des Infrastructures en Afrique (PIDA) et l'Initiative Présidentielle pour Promouvoir l'Infrastructure (PICI), dans leurs efforts de développer les voies ferrées, les routes, l'aviation régionale, les ports, l'électricité, l'approvisionnement en eau, l'information, la communication, et l'établissement de cinq universités spécialisées en transport, ainsi que d'autres projets d'infrastructures, afin de promouvoir la connectivité d'infrastructures et l'intégration économique en Afrique.

3.3.2 Conformément au programme de développement d'infrastructures transnationales et transrégionales en Afrique, les deux parties étudieront et coopéreront sur la planification et la construction des projets en vue de la connectivité et de l'intégration sous-régionales en Afrique. Les deux parties associeront le besoin du développement national et les bénéfices économiques des projets et feront avancer la construction d'infrastructures en Afrique de manière équilibrée et ordonnée.

3.3.3 Les deux parties travailleront à renforcer la planification et la coordination sur la construction et la rénovation du réseau de routes en Afrique, et en particulier, à promouvoir la construction du réseau d'autoroutes transnational.

3.3.4 Les deux parties élaboreront ensemble le Plan d'action de la Coopération sino-africaine sur les chemins de fer (2016-2020), pour promouvoir la construction du réseau ferroviaire africain.

3.3.5 Les deux parties œuvreront à mettre en œuvre le programme de coopération Chine-Afrique sur l'aviation régionale, pour soutenir activement la construction du réseau de l'aviation régionale reliant les pays africains, renforcer la coordination et la coopération en matière de normes, de consultation sur la planification, de formation spécifique, d'amélioration des infrastructures aériennes, et d'opérations aériennes à capitaux mixtes, ainsi que fournir des avions civils régionaux, en tenant compte de l'emploi et l'approvisionnement locaux, du renforcement des capacités humaines et du transfert de technologies.

3.3.6 Les deux parties se prêteront mutuellement soutien pour l'accès au marché de l'aviation, encourageront et soutiendront l'ouverture de plus de lignes de navigation reliant la Chine et l'Afrique par leurs entreprises de transports aériens et maritimes. Elles encouragent et soutiennent l'investissement des entreprises chinoises compétitives dans les ports, les aéroports et les compagnies aériennes en Afrique.

3.3.7 La partie chinoise étudiera la création d'un institut sino-africain de l'aviation civile en Afrique, construira des infrastructures de service au sol, et renforcera la formation des professionnels africains de l'aviation civile et le transfert de technologies.

3.3.8 Les deux parties encouragent et soutiennent la participation des entreprises chinoises sous différentes formes à l'investissement, à la construction et à l'opération des projets d'électricité en Afrique, élargiront leur coopération dans les domaines de l'hydroélectricité, de la thermoélectricité, de l'énergie solaire, de l'énergie nucléaire, de l'énergie éolienne, de la biomasse, ainsi que de la transmission et de la transformation de l'électricité, la construction et le maintien du réseau électrique.

3.3.9 Les deux parties intensifieront les échanges et la coopération entre les services compétents de l'information, de la communication, de la radio et de la télévision, renforceront la formation du personnel dans le domaine de l'information, partageront les expériences sur le développement de l'information et de la communication, et travailleront ensemble pour préserver la sécurité informatique.

3.3.10 Les deux parties encouragent les entreprises chinoises à participer aux efforts des pays africains de mettre en place les systèmes de diffusion numérique de la radio et de la télévision, et de promouvoir la numérisation de la radio et de la télévision pour bénéficier à plus de personnes dans les régions rurales en Afrique.

3.3.11 Les deux parties encouragent et soutiennent la participation des entreprises chinoises compétitives de l'information, de la communication, de la radio et de la télévision, à la construction d'infrastructures informatiques en Afrique, telles que les réseaux de câbles et d'interconnexion, et à une coopération mutuellement avantageuse avec les entreprises africaines en termes de construction, d'opération et de services, pour aider l'Afrique à mettre en place des réseaux d'information couvrant tout le continent.

3.3.12 Les deux parties exploreront et feront avancer activement la coopération dans le domaine des technologies de l'information et de la communication, pour aider les pays africains à construire des « villes intelligentes », renforcer le rôle des technologies de l'information et de la communication dans la préservation de la sécurité publique, et la lutte contre le terrorisme et la criminalité.

3.3.13 Les deux parties coopéreront avec les organisations internationales telles que l'Union internationale des Télécommunications, pour réduire le fossé numérique en Afrique et y promouvoir la construction de la société de l'information.

3.4 Énergie et ressources naturelles

3.4.1 Vu la forte complémentarité et le potentiel de coopération entre la Chine et l'Afrique dans les domaines de l'énergie et des ressources naturelles, les deux parties encourageront la coopération dans l'exploitation de ressources, et soutiendront le développement conjoint et l'utilisation rationnelle d'énergie et de ressources naturelles par les deux parties, y compris l'enrichissement de minerais sur place.

3.4.2 Les deux parties renforceront, à travers la coopération, la capacité des pays africains en matière de transformation poussée des produits énergétiques et de ressources naturelles, en vue de l'accroissement de l'emploi local et de la valeur ajoutée des produits primaires, tout en veillant à la protection de l'environnement local.

3.4.3 Les deux parties encourageront la coopération dans le domaine de l'énergie et des ressources, soutiendront la coopération mutuellement avantageuse entre les entreprises et institutions financières chinoises et africaines. Elles encouragent, en particulier, les entreprises à aider la partie africaine à se doter de technologies en matière d'enrichissement de minerais à travers le transfert de technologies et le renforcement de capacités, de sorte à aider les pays africains à transformer leur potentiel d'énergie et de ressources naturelles en réel atout de développement socio-économique.

3.4.4 Les deux parties sont convenues d'établir un programme de formation afin de renforcer la capacité des professionnels africains dans le domaine de l'énergie à travers les échanges de recherche et de développement.

3.4.5 Les deux parties encourageront l'établissement d'un forum sur l'énergie et les ressources naturelles dans le cadre du FCSA.

3.5 Économie océanique

3.5.1 La partie africaine accueille favorablement l'initiative chinoise de la construction de la « Route de la Soie maritime du XXIe siècle », dont le continent africain fait partie, et les deux parties travailleront à promouvoir la coopération mutuellement avantageuse dans l'économie bleue.

3.5.2 Les deux parties renforceront leurs échanges d'expériences dans les domaines de l'aquaculture offshore, du transport maritime, de la construction navale, de la construction portuaire et des parcs industriels à proximité des ports, de la prospection et de l'exploitation des ressources pétrolières et gazières offshore, de la gestion de l'environnement marin, de la prévention et de la réduction des catastrophes en mer, de la recherche scientifique océanographique et du développement de l'économie bleue, et soutiendront une coopération mutuellement avantageuse entre leurs entreprises, de façon à aider l'Afrique à développer de nouveaux moteurs de croissance économique.

3.5.3 La partie chinoise renforcera les échanges et la coopération technologiques dans le domaine maritime avec les pays africains, lancera le renforcement de capacités, et étudiera activement la possibilité de la construction conjointe de stations d'observation, de laboratoires et de centres de coopération.

3.5.4 Les deux parties encourageront l'établissement d'un forum ministériel sur l'économie maritime dans le cadre du FCSA.

3.6 Tourisme

3.6.1 Les deux parties travailleront à élargir leur coopération dans le domaine touristique, à encourager l'ouverture de plus de vols directs et l'investissement dans le tourisme, à mieux assurer la sécurité et la qualité, à intensifier les échanges humains visant la formation technique, et à cultiver de nouveaux moteurs de croissance économique de l'Afrique.

3.6.2 Chacune des deux parties continuera à faciliter le voyage de ses ressortissants dans l'autre partie et soutiendra l'organisation d'activités de promotion touristique dans l'autre partie.

3.6.3 La partie chinoise accueille favorablement la demande des pays africains réunissant les conditions requises pour devenir une destination touristique approuvée pour les touristes chinois.

3.6.4 Chacune des deux parties encourage et soutient l'instauration respective des offices de tourisme dans l'autre partie. Elles encouragent et soutiennent l'investissement des entreprises chinoises dans les infrastructures touristiques en Afrique telles que des hôtels et des sites d'attraction.

3.7 Investissement et coopération économique

3.7.1 La partie chinoise accroîtra son investissement en Afrique, et envisage de porter le volume de son investissement direct en Afrique à 100 milliards de dollars américains d'ici 2020, contre 32,4 milliards en 2014.

3.7.2 Les deux parties continueront à encourager et à soutenir les investissements mutuels, à déployer des efforts en faveur de la conclusion et de l'application des accords sur la promotion et la protection de l'investissement, à assurer un environnement favorable aux investissements mutuels, à promouvoir la coopération en la matière, et à protéger les droits et intérêts légitimes des investisseurs.

3.7.3 Les deux parties procéderont activement à la coopération fiscale, travailleront à la conclusion et à la mise en œuvre des accords pour éviter la double imposition, et conviennent de régler les litiges transfrontaliers concernant l'impôt, pour créer un environnement fiscal favorable aux investissements et aux échanges économiques et commerciaux entre la Chine et l'Afrique. La partie chinoise préconisera activement la conclusion avec les autorités fiscales nationales des pays africains, d'un mémorandum sur la coopération fiscale bilatérale, et soutenir les pays africains à améliorer leurs capacités de perception et de gestion des impôts à travers l'assistance technique, le transfert de technologies et le développement des capacités humaines.

3.7.4 La partie chinoise continuera à soutenir le développement et l'opération par ses entreprises compétitives des zones de coopération économique et commerciale, des zones économiques spéciales et des parcs industriels dans les pays africains, dans le respect des règles du marché et du processus d'industrialisation des pays d'accueil. Les deux parties continueront à donner du soutien et à accorder des facilités et services nécessaires aux zones de coopération économique et commerciale construites ou opérées en Afrique, en tenant compte de l'emploi et l'approvisionnement locaux et du transfert de technologies dans les pays d'accueil.

3.7.5 Les deux parties sont convenues d'assurer un environnement favorable à la promotion des investissements mutuels et de renforcer la coopération entre les entreprises chinoises et africaines. La partie chinoise soutiendra la partie africaine dans ses efforts de construire des parcs industriels et des zones économiques spéciales, aidera les pays africains à attirer des investissements, et encouragera et soutiendra la participation des entreprises chinoises à la planification, à la conception, à la construction, à l'opération et à la gestion de ces zones, en tenant compte de l'emploi et l'approvisionnement locaux et du transfert de technologies dans les pays d'accueil.

3.7.6 Les deux parties encourageront l'établissement de partenariats industriels et le renforcement des capacités industrielles pour accompagner l'industrialisation de l'Afrique. Elles encourageront et soutiendront la délocalisation des industries à forte intensité de main-d'œuvre de la Chine vers l'Afrique, la coopération dans la substitution à l'importation et l'orientation vers l'exportation, l'accroissement de l'emploi local, du transfert de technologies, du développement des capacités humaines, ainsi que le renforcement des capacités d'exportation.

3.7.7 Les deux parties soutiendront, en coopération avec les institutions financières internationales, la tenue du Forum sur l'investissement en Afrique et la création de l'Union des think tanks sur l'investissement en Afrique pour partager les expériences du développement de la Chine, favoriser la coopération d'investissement en Afrique, et réaliser le développement partagé.

3.8 Commerce

3.8.1 Les deux parties s'efforceront d'accroître les échanges commerciaux pour les porter à 400 milliards de dollars américains d'ici 2020, contre 222 milliards en 2014, maintenir un certain taux de croissance et assurer un commerce équilibré.

3.8.2 Les deux parties encouragent et soutiennent la création de centres logistiques en Afrique par les entreprises chinoises, œuvrent à réglementer et à améliorer la qualité des marchandises exportées de Chine en Afrique et à promouvoir le commerce entre la Chine et l'Afrique. Elles encouragent les entreprises chinoises à s'engager dans la transformation et la fabrication en Afrique, afin d'accroître l'emploi sur place, le transfert de technologies et le développement des capacités humaines.

3.8.3 Les deux parties renforceront la coopération en matière d'inspection et de quarantaine des entrées et sorties des animaux et des plantes, de contrôle de la sécurité des aliments et d'inspection phytosanitaire. Elles œuvreront à promouvoir l'accès des aliments et des produits agricoles de chacune des deux parties au marché de l'autre.

3.8.4 La partie chinoise mettra en œuvre 50 projets d'assistance pour la promotion du commerce, soutient le processus de libéralisation du commerce en Afrique, continuera à aider les pays africains à améliorer les installations pour le commerce et le transport, à augmenter la valeur ajoutée de leurs produits et à promouvoir leurs exportations vers la Chine.

3.8.5 La partie chinoise continuera à aider les pays africains à renforcer leurs capacités du commerce des services et la formation de professionnels dans différents secteurs de la sous-traitance de services, et à élargir les échanges, la coopération et la formation dans le domaine de la sous-traitance de services.

3.8.6 La partie chinoise continuera à honorer activement ses engagements sur le traitement de tarif douanier zéro à la majorité des marchandises en provenance des PMA africains, et accordera de manière progressive, en fonction des échanges de notes bilatéraux, le traitement de tarif douanier zéro à 97% des catégories de produits exportés vers la Chine en provenance des PMA africains ayant des relations diplomatiques avec la Chine.

3.8.7 La partie chinoise établira avec les pays africains des mécanismes de coopération sur les douanes, les normes de l'inspection et de la quarantaine, ainsi que la vérification, la certification et l'administration de l'import-export, afin de promouvoir la facilitation du commerce bilatéral, de renforcer la coopération dans l'application de la loi contre la contrebande et la fraude, et d'améliorer la qualité des produits chinois exportés vers l'Afrique.

3.8.8 La partie chinoise lancera une coopération sur l'e-commerce avec les pays africains, continuera d'aider à améliorer le niveau de gestion et la capacité des pays exportateurs africains, mettra en place un système de visas en ligne, introduira le certificat d'origine électronique, et fera progresser le dédouanement sans papier du certificat d'origine.

3.9 Finance

3.9.1 La partie chinoise accordera aux pays africains 35 milliards de dollars américains de prêts de nature préférentielle et de crédits à l'exportation, et continuera à augmenter le niveau de concessionnalité des prêts préférentiels, à créer de nouveaux modes de financement, à optimiser favorablement les conditions de prêts, à accroître les prêts, et à soutenir la coopération sino-africaine sur les capacités de production industrielle, la construction d'infrastructures, le développement des ressources énergétiques, l'agriculture et l'industrie manufacturière en Afrique.

3.9.2 La partie chinoise encouragera les institutions financières chinoises à accorder du soutien en termes de financement et d'assurance à la coopération Chine-Afrique dans les domaines de l'énergie, des mines, de l'agriculture, de la transformation, de la navigation, de la métallurgie, des matériaux de construction, des technologies de l'information et de la communication, de l'électricité, du chemin de fer, de la route, du port et de l'aéroport.

3.9.3 La partie chinoise renforcera la coopération avec la partie africaine en matière d'échanges de devises et de services financiers, encouragera l'utilisation des monnaies locales par les entreprises des deux parties dans le commerce et l'investissement. La partie chinoise accueille favorablement l'investissement des banques centrales des pays africains sur le marché obligataire interbancaire chinois et l'intégration du RMB dans leurs réserves de devises.

3.9.4 La partie chinoise encouragera et soutiendra le renforcement de la coopération entre les institutions financières des deux parties, y compris la création de plus de succursales dans l'autre partie, et l'intensification des échanges et la coopération sur la base du bénéfice mutuel. Elle encourage et soutient la coopération entre les institutions financières de développement des deux parties pour renforcer davantage la coopération financière entre la Chine et l'Afrique.

3.9.5 La partie chinoise mobilisera progressivement un apport supplémentaire de 5 milliards de dollars américains au Fonds de développement Chine-Afrique pour le porter à 10 milliards de dollars américains.

3.9.6 La partie chinoise mobilisera progressivement un apport supplémentaire de 5 milliards de dollars américains au crédit spécial pour le développement des PME africaines pour le porter à 6 milliards de dollars américains.

3.9.7 La partie chinoise renforcera sa coopération avec la Banque africaine de Développement et les institutions financières sous-régionales africaines, utilisera de manière optimale le Fonds de Développement Chine-Afrique, Africa Growing Together Fund et les prêts spéciaux pour le développement des PME africaines, travaillera à explorer et à innover les mécanismes de coopération, et soutiendra le développement des infrastructures, de l'agriculture et le processus de l'industrialisation sur le continent africain.

4. COOPÉRATION DANS LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL

4.1 Aide

4.1.1 La partie africaine apprécie hautement les aides multiformes pour le développement social et l'assistance humanitaire sans aucune condition politique assorties que la Chine leur a accordées depuis de longues années dans le cadre de la coopération Sud-Sud pour aider l'Afrique à réduire la pauvreté et à améliorer le bien-être de la population. La partie africaine apprécie la création par la Chine du Fonds de coopération et d'assistance Sud-Sud, et le soutien chinois aux pays africains pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

4.1.2 La partie chinoise continuera à accroître de manière progressive ses aides aux pays africains dans la mesure de ses possibilités, avec l'accent mis sur le renforcement de la coopération avec eux dans les domaines touchant au bien-être de la population tels que l'agriculture, la santé, les infrastructures, l'éducation, le développement des ressources humaines et la protection des animaux sauvages et de l'environnement, et améliorera l'efficacité de ses aides pour soutenir le développement économique et social des pays africains.

4.1.3 La partie chinoise annulera les dettes intergouvernementales encourues au titre de prêts sans intérêt, échues et non remboursées à la fin 2015 des PMA, des pays enclavés en développement, des petits pays insulaires en voie de développement concernés de l'Afrique.

4.2 Soins médicaux et santé publique

4.2.1 La partie africaine apprécie l'aide constante de la Chine aux pays africains dans le besoin. En particulier, elle apprécie hautement la réponse rapide de la Chine à la crise de la maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest, ainsi que le service désintéressé, l'expertise et les ressources apportés par la Chine en vue d'arrêter la diffusion de l'épidémie. Elle apprécie notamment le soutien qu'apporte la Chine pour reconstruire la santé publique et les systèmes économique et social pour la période post-Ebola dans les pays touchés.

4.2.2 La partie chinoise aidera l'Afrique à développer le système et la politique de santé publique, aidera les pays africains à perfectionner les systèmes de santé publique, de surveillance, d'épidémiologie et de prévention, renforcera la prévention et le traitement du paludisme et d'autres maladies infectieuses en Afrique, accroîtra l'assistance dans les domaines majeurs de la santé publique en Afrique tels que la santé maternelle et infantile et la santé génitale, soutiendra la coopération pilote entre 20 hôpitaux chinois et 20 hôpitaux africains, renforcera les capacités des services spécialisés des hôpitaux, et continuera à former les médecins, les infirmiers, les professionnels de la santé publique et le personnel administratif pour les pays africains.

4.2.3 La partie chinoise soutiendra la création d'un centre de contrôle des maladies de l'UA et de centres régionaux de recherche médicale, et renforcera la capacité de laboratoire et de diagnostic. Elle encourage la Commission de l'UA à jouer un rôle leader dans la préservation des initiatives africaines dans le secteur de la santé.

4.2.4 La partie chinoise continuera à envoyer des équipes médicales et des missions médicales de courte durée dans les pays africains pour les opérations « Action lumière » et d'autres services médicaux gratuits de courte durée. Elle fournira des médicaments anti-paludisme à base d'artémisinine aux pays africains.

4.2.5 La partie chinoise soutiendra les investissements des entreprises pharmaceutiques et médicales chinoises en Afrique, encouragera les établissements et entreprises médicaux de Chine à gérer des hôpitaux et à fabriquer des médicaments en Afrique en collaboration avec des partenaires locaux, perfectionnera les systèmes d'information sur la santé, aidera l'Afrique à améliorer l'accès aux services de santé et de diagnostic et aux produits médicaux et à renforcer ses capacités de développement indépendant et soutenir dans les domaines des soins médicaux et de la santé, tout en soutenant les initiatives africaines en matière de santé.

4.2.6 La partie chinoise travaillera à améliorer les infrastructures sanitaires en Afrique par la construction, la rénovation et la fourniture des installations médicales.

4.2.7 La partie chinoise poursuivra le renforcement des échanges de haut niveau dans le domaine de la santé, mettra en place un dialogue de haut niveau institutionnalisé entre la Chine et l'Afrique, et convient d'inclure le Forum ministériel sur la coopération sanitaire sino-africaine comme un sous-forum officiel dans le cadre du FCSA.

4.3 Éducation et développement des ressources humaines

4.3.1 Les deux parties estiment que l'insuffisance des personnes professionnelles et qualifiées constitue un autre facteur entravant le développement indépendant et durable de l'Afrique. Elles continueront à renforcer la coopération dans le domaine de l'éducation et du développement des ressources humaines.

4.3.2 La partie chinoise fournira des cursus diplômants pour 2 000 Africains, offrira 30 000 bourses gouvernementales aux pays africains, accueillera un plus grand nombre de jeunes africains pour étudier en Chine, innovera et étendra les moyens de formation, et formera plus de professionnels africains dans le développement économique et la gestion technique.

4.3.3 La partie chinoise formera, à travers l'Institut de la coopération Sud-Sud et du développement, les cadres de gestion de haut niveau pour les gouvernements africains.

4.3.4 Les deux parties continueront à appliquer le Programme de coopération 20+20 entre les établissements d'enseignement supérieur chinois et africains, perfectionneront le mécanisme de coopération entre ces établissements, encourageront les universités chinoises et africaines à mener la coopération dans les études étatiques et régionales et soutiendront l'établissement de centres de recherche sur la Chine par les universités africaines et de centres de recherche sur l'Afrique par les universités chinoises.

4.3.5 Saluant l'inclusion par les pays africains de l'enseignement du chinois dans leurs systèmes de l'éducation nationale, la partie chinoise soutiendra la création d'Instituts Confucius et de Classes Confucius dans un plus grand nombre de pays africains.

4.3.6 La partie chinoise aidera les pays africains à rénover les installations de formation technique et professionnelle et à en construire davantage, créera des centres régionaux d'éducation professionnelle et des instituts de renforcement de capacités en Afrique, formera sur place 200 000 personnes techniques et professionnelles, recevra 40 000 Africains pour la formation en Chine, et aidera les jeunes et les femmes à améliorer leurs compétences de travail, pour renforcer les capacités d'auto-développement de l'Afrique.

4.3.7 Ayant noté le projet réussi UNESCO-Fonds-en-dépôt de Chine, les deux parties soutiennent la poursuite de ce projet et son prolongement de deux ans (2016-2017).

4.4 Échange d'expériences en matière de stratégies de réduction de la pauvreté

4.4.1 À la lumière du Programme pour le renforcement de la coopération en matière de réduction de la pauvreté entre la Chine et l'UA publié en 2014, les deux parties renforceront davantage le partage d'expériences et la coopération pragmatique en matière de réduction de la pauvreté.

4.4.2 Les deux parties conviennent de continuer à organiser ensemble la Conférence Chine-Afrique sur la réduction de la pauvreté et le développement et d'en faire un sous-forum du FCSA pour explorer de manière approfondie les stratégies et les politiques en matière de réduction de la pauvreté et mettre progressivement en place un mécanisme de dialogue intergouvernemental et entre les sociétés civiles à divers niveaux sur la réduction de la pauvreté.

4.4.3 La partie chinoise continuera à organiser des séminaires sur les politiques et la pratique de réduction de la pauvreté qui répondent aux besoins de l'Afrique, proposera des programmes diplômants dans la réduction de la pauvreté et le développement aux pays africains, et les aidera à former des compétences spécialisées dans ce domaine.

4.4.4 La partie chinoise développera ensemble avec les pays africains, de petits projets de démonstration de réduction de la pauvreté et coopérera avec eux pour mettre en œuvre les projets de développement global aux niveaux du village et du quartier, et réalisera des projets d'accès à la télévision par satellite dans 10 000 villages africains.

4.4.5 Ensemble avec les pays africains et les institutions concernées, la partie chinoise développera des projets de recherche conjoints, fournira des services de consultation en matière de politiques de réduction de la pauvreté, et accordera du soutien technique par l'envoi d'experts et/ou de bénévoles.

4.4.6 La partie chinoise, en mobilisant toutes les parties concernées y compris les organisations non gouvernementales, mettra en œuvre 200 projets dans le cadre du programme « vie heureuse » et du programme de réduction de la pauvreté destiné notamment aux femmes et aux enfants.

4.5 Coopération technico-scientifique et partage du savoir

4.5.1 Les deux parties continueront à promouvoir la mise en œuvre du Plan de partenariat technico-scientifique sino-africain, créeront des laboratoires conjoints/centres de recherche conjoints dans les domaines prioritaires d'intérêt commun, construiront ensemble des parcs de démonstration de technologies agricoles, et aideront les jeunes, les chercheurs et techniciens africains éminents à se rendre en Chine pour des échanges et stages de formation.

4.5.2 Attachées au partage du savoir et au transfert de technologies, les deux parties développeront des échanges en matière de politiques sur l'innovation technico-scientifique et de construction de parcs technologiques, et encourageront les institutions de recherche et les entreprises à intensifier leur coopération.

4.5.3 Les deux parties développeront activement la coopération dans le domaine de l'espace. La partie chinoise formera des professionnels et partagera ses expériences avec les pays africains.

4.5.4 Les deux parties continueront à mettre en œuvre les projets de recherche conjoints et de démonstration de technologies. Elles renforceront les échanges sur les acquis de recherche à travers les établissements d'enseignement supérieur.

4.5.5 La Chine continuera à soutenir le projet Square Kilometre Array(SKA), projet technico-scientifique phare du continent africain. Les deux parties élaboreront des projets de recherche conjoints autour du SKA et faciliteront la participation de leurs scientifiques dans le projet.

4.6 Protection de l'environnement et lutte contre le changement climatique

4.6.1 Satisfaites des progrès de la coopération dans la protection de l'environnement et la lutte contre le changement climatique, les deux parties continueront à renforcer le dialogue dans les domaines concernés, travailleront en étroite coopération dans les domaines de la gestion des dispositifs frontaliers, de la recherche, de la saisie et de la destruction des ressources pillées ainsi que de la collecte de renseignements pour lutter contre les groupes liés à la criminalité organisée internationale.

4.6.2 Pour intensifier la coopération environnementale entre la Chine et l'Afrique et promouvoir un développement vert dans les pays africains, la partie chinoise lancera le Programme d'envoyés verts Chine-Afrique, créera un centre de coopération environnementale sino-africain et développera le projet d'innovation verte Chine-Afrique, dans le cadre du Programme d'envoyés verts de la coopération environnementale Sud-Sud de Chine. Elle engagera avec l'Afrique une coopération sur les technologies respectueuses de l'environnement, redoublera d'efforts de formation en faveur de l'Afrique dans les domaines de la protection de l'écosystème, de la gestion environnementale, ainsi que de la prévention et du contrôle de la pollution, œuvrera à promouvoir le dialogue et la coopération sino-africains sur le financement, et explorera un modèle de coopération environnementale entre les capitaux publics et privés des deux parties.

4.6.3 Les deux parties travailleront ensemble pour promouvoir le projet du Centre de recherche conjoints Chine-Afrique, et développeront la coopération dans les domaines de la préservation de la biodiversité, de la prévention et du contrôle de la désertification, de la gestion durable des forêts et de la démonstration de l'agriculture moderne. La partie chinoise réalisera pour les pays africains 100 projets d'énergies propres, de protection de la faune et de la flore sauvages, de développement agricole respectueux de l'environnement et de construction de villes intelligentes.

4.6.4 La partie africaine apprécie hautement le soutien du gouvernement chinois à l'Afrique dans ses efforts de protéger les animaux sauvages. Les deux parties intensifieront leur coopération dans ce domaine, renforceront les capacités de protection des pays africains et des gardes forestiers. La partie chinoise offrira des formations dans le domaine de la protection de l'environnement et de l'écosystème aux pays africains. Les deux parties exploreront les possibilités de coopération dans des projets de démonstration de protection des animaux sauvages, et lutteront ensemble contre le commerce illégal des produits de la faune et de la flore et notamment contre le braconnage sur le continent africain des espèces menacées tels que les éléphants et les rhinocéros.

4.6.5 Les deux parties sont convenues de faire des efforts communs pour promouvoir la gestion des ressources en eau et la restauration des mines abandonnées.

4.6.6 La Chine renforcera la coopération avec les pays africains en matière de surveillance environnementale, et continuera à partager avec eux les données obtenues par le satellite Chine-Brésil d'observation des ressources terrestres, et favorisera l'application de ces données dans l'utilisation de terrains, l'observation météorologique, et la protection de l'environnement en Afrique, et explorera la possibilité d'établir le système de réception et de traitement des données satellitaires météorologiques.

4.6.7 Les deux parties intensifieront leur dialogue sur les politiques en matière de changement climatique, approfondiront leur coopération contre le changement climatique, notamment dans la surveillance du changement climatique, la réduction de risques et de vulnérabilités, le renforcement de la résilience, la promotion de l'adaptation, le soutien pour l'atténuation en termes de renforcement des capacités, de transfert de technologies, et de financement pour la surveillance et la mise en œuvre, et amélioreront le mécanisme Chine-Afrique de consultation et de coopération sur le changement climatique.

4.6.8 La partie africaine salue l'annonce par la partie chinoise qu'elle débloquera 20 milliards yuans RMB pour mettre en place le Fonds de coopération Sud-Sud sur le changement climatique, destiné à soutenir les autres pays en développement dans leurs efforts de lutter contre le changement climatique, y compris de renforcer leurs capacités d'avoir accès au Fonds vert pour le climat. Les deux parties conviennent de renforcer entre elles la coopération Sud-Sud sur le changement climatique, afin d'élargir et d'enrichir la coopération sino-africaine et de renforcer les capacités des pays africains en matière d'atténuation et d'adaptation.

4.6.9 Les deux parties mettront en place un mécanisme de coopération et de dialogue à divers niveaux sur la réduction de catastrophes et le secours, élargiront des échanges en matière de réponse et de reconstruction après les catastrophes, d'évaluation de risques, de prévention de catastrophes, et de programmes de l'éducation sur la reconstruction.

4.6.10 En cas de réponse d'urgence face aux catastrophes, la partie chinoise fournira des services rapides de cartographie basés sur les technologies spatiales sur la demande des pays africains.

5. COOPÉRATION CULTURELLE ET ÉCHANGES HUMAINS

5.1 Culture

5.1.1 Dans le respect des spécificités culturelles de l'une comme de l'autre, les deux parties œuvreront à promouvoir le dialogue entre les civilisations chinoise et africaine, l'inspiration mutuelle sur le plan culturel, à préserver la diversité et le progrès de la civilisation humaine et à contribuer au développement et à la prospérité de la culture mondiale.

5.1.2 Les deux parties saluent l'organisation du Forum sino-africain sur la protection du patrimoine culturel et de la Table ronde sino-africaine sur l'industrie culturelle, plateformes efficaces pour les échanges bilatéraux sur les politiques culturelles et continueront à organiser des activités similaires.

5.1.3 Les deux parties conviennent de maintenir la dynamique des échanges de visites et du dialogue culturels de haut niveau, et continueront à mettre en œuvre le plan d'application des accords intergouvernementaux bilatéraux sur la coopération culturelle.

5.1.4 Les deux parties continueront à développer les activités phares telles que « Happy Chinese New Year », « Chinese and African cultures in focus », « Experience China » et organiseront, en temps opportun, de grands événements d'échanges culturels comme le Festival des arts africains.

5.1.5 Saluant l'organisation des années croisées entre la Chine et des pays africains, les deux parties encouragent les pays africains dont les conditions sont réunies à organiser des années croisées avec la Chine pour approfondir la connaissance mutuelle et les échanges.

5.1.6 Les deux parties continueront à mettre en œuvre le Programme sino-africain d'échanges de visites de personnalités culturelles et le Programme de partenariat culturel sino-africain, et soutiendront les échanges et la coopération entre les gestionnaires des milieux culturel et artistique, les artistes et les établissements culturels des deux côtés.

5.1.7 Les deux parties encourageront et soutiendront la participation des groupes culturels et artistiques et des artistes chinois et africains aux activités culturelles et artistiques internationales.

5.1.8 Les deux parties continueront à favoriser l'instauration réciproque de centres culturels en Chine et en Afrique. La partie chinoise construira cinq centres culturels pour l'Afrique, et bâtira plus de plateformes permanentes pour les échanges et la coopération culturels sino-africains.

5.1.9 Les deux parties renforceront la formation de ressources humaines dans le domaine culturel. La partie chinoise créera dix grandes « Bases de formation culturelle pour l'Afrique » et mettra en application le Programme de formation culturelle « mille talents ».

5.2 Presse et médias

5.2.1 La partie chinoise continuera à appliquer le projet du Centre sino-africain d'échanges en matière de presse et à organiser des séminaires de formations et de renforcement de capacités pour des fonctionnaires de l'information et des journalistes des pays africains. Elle travaillera à intensifier les échanges de visites entre les journalistes et les professionnels de la presse des deux parties, à former 1 000 professionnels de presse par an et à multiplier les envois réciproques de correspondants des deux côtés.

5.2.2 La partie chinoise œuvrera activement pour fournir du soutien technique et des formations pour accompagner la numérisation de la radio et de la télévision ainsi que le développement de l'industrie médiatique en Afrique. La partie africaine accueille favorablement l'engagement des entreprises chinoises dans l'investissement et la coopération dans la construction et l'opération de réseaux de transmission et de diffusion de radio et de télévision, et la commercialisation des émissions, en garantissant la mise en valeur des ressources humaines et l'emploi sur place.

5.2.3 Les deux parties fourniront mutuellement aux institutions de télédiffusion nationales des téléfilms et des émissions de télévision, exploreront des modalités de coopération de long terme, continueront à participer aux festivals et aux expositions de cinéma et de télévision en Chine comme en Afrique, encourageront l'organisation d'expositions de cinéma et de télévision, et procédera activement à la coproduction de documentaires, de films et d'émissions de télévision. La partie chinoise encouragera les pays africains à produire des émissions audiovisuelles, intensifiera les échanges et favorisera l'entrée de films et d'émissions de télévision africains en Chine.

5.2.4 La partie chinoise continuera à participer activement aux salons du livre internationaux tenus en Afrique et à mener des coopérations dans la publication de livres en anglais. Elle encouragera les maisons d'édition chinoises à faire don aux bibliothèques publiques connues et aux bibliothèques des universités et des écoles secondaires de l'Afrique des manuels du chinois et d'autres publications chinoises dans les domaines de la santé, de la technologie agricole, de la culture et de l'éducation. Les deux parties organiseront en temps opportun un forum sino-africain sur la coopération en matière de publication.

5.2.5 Le Forum Chine-Afrique sur la coopération entre les médias offre une plateforme importante pour approfondir la coopération entre les médias chinois et africains et les échanges culturels sino-africains. Les deux parties conviennent d'institutionnaliser ce forum en tant que sous-forum officiel du FCSA.

5.3 Échanges entre les universitaires et les think tanks

5.3.1 Les deux parties notent avec satisfaction que le Projet d'études conjointes et d'échanges sino-africain a été mis en œuvre avec succès, ce qui a intensifié effectivement la coopération et les échanges entre les universitaires et les think tanks des deux côtés et fournit un appui intellectuel fort à la coopération sino-africaine.

5.3.2 Les deux parties continueront à organiser le Forum des think tanks du FCSA, soutiendront les milieux intellectuels chinois et africains dans l'établissement d'une coopération durable et stable, et encourageront ledit Forum et les institutions de recherche à mener des études conjointes sur le partenariat industriel, la coopération en matière de capacités de production industrielle entre la Chine et l'Afrique, la promotion de l'industrialisation et la modernisation agricole de l'Afrique, afin de fournir un appui intellectuel énergique et novateur à la coopération gagnant-gagnant et au développement commun entre la Chine et l'Afrique.

5.3.3 Les deux parties poursuivront la mise en œuvre du Projet de coopération 10+10 entre les think tanks chinois et africains et encourageront une coopération élargie entre les think tanks des deux côtés. La partie chinoise invitera chaque année 200 chercheurs africains à visiter la Chine.

5.3.4 Les deux parties saluent et encouragent le soutien qu'apportent les entreprises, les institutions financières et académiques chinoises et africaines à l'interaction intellectuelle et les échanges humains et culturels sino-africains.

5.4 Échanges entre les peuples

5.4.1 Notant la tenue réussie des troisième et quatrième éditions du Forum populaire sino-africain, les deux parties estiment que l'institutionnalisation de ce forum a joué un rôle actif dans l'approfondissement de l'amitié entre les peuples chinois et africains.

5.4.2 Saluant les fruits des initiatives de l'Action pour l'amitié des peuples Chine-Afrique et du Projet de partenariat pour l'amitié des peuples Chine-Afrique, les deux parties conviennent de poursuivre de petits et microprojets de bien-être social, de promouvoir les échanges de visites entre les organisations non-gouvernementales et d'encourager et de soutenir de vastes échanges humains et la coopération entre ces organisations..

5.4.3 Les deux parties saluent l'institutionnalisation du Forum des jeunes dirigeants Chine-Afrique qui offre une plateforme importante de dialogue et de coopération entre les jeunes chinois et africains.

5.4.4 La partie chinoise mettra en œuvre le projet d'échanges de visites entre les jeunes chinois et africains, invitera chaque année 500 jeunes africains à participer aux séminaires en Chine. Les deux parties organiseront alternativement une grande rencontre entre les jeunes chinois et africains chaque année.

5.4.5 La partie chinoise continuera à envoyer des jeunes bénévoles en Afrique.

5.4.6 Les deux parties continueront à renforcer les échanges dans le domaine de l'égalité des sexes et à approfondir davantage la coopération pragmatique sur les femmes et l'égalité des sexes par l'organisation de dialogues entre les femmes leaders, de colloques thématiques, de stages de formation technique, de développement des ressources humaines et d'échanges culturels.

5.4.7 Les deux parties encourageront les échanges entre les syndicats, organisations non-gouvernementales et groupes sociaux chinois et africains, et œuvreront à approfondir la coopération par les échanges de visites, l'organisation de colloques académiques et la formation.

5.4.8 Les deux parties renforceront la coopération dans les domaines de la réadaptation, de l'éducation, de l'emploi, de la sécurité sociale, de la réduction de la pauvreté, et du développement des personnes handicapées, et mèneront les échanges sur le système de service et les politiques de la sécurité sociale.

6. COOPÉRATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ

6.1 Armée, police et lutte contre le terrorisme

6.1.1 La partie chinoise continuera à appuyer le rôle de direction de l'UA, de ses communautés économiques régionales et d'autres organisations sous-régionales africaines dans la coordination et le règlement des questions de la paix et de la sécurité en Afrique, à soutenir et à préconiser les solutions africaines aux défis africains sans aucune intervention extérieure.

6.1.2 La partie chinoise fournira à l'UA, dans les 3 ans à venir, 60 millions de dollars américains d'aides militaires sans contrepartie pour appuyer la construction de l'Architecture africaine de paix et de sécurité, y compris celle de la Capacité africaine de réaction rapide aux crises et de la Force permanente africaine.

6.1.3 Les deux parties travailleront pour maintenir la dynamique des échanges de visites entre les responsables de la défense et de l'armée, approfondir les échanges technologiques, et intensifier la coopération en matière de formation du personnel ainsi que d'entraînement et d'exercices conjoints.

6.1.4 Les deux parties œuvreront à renforcer les échanges et le partage d'expériences dans le domaine de la sécurité, et à communiquer mutuellement les informations concernées à temps, pour se prêter mutuellement soutien dans la prévention et la lutte contre le terrorisme, en s'attaquant à ses symptômes comme à ses racines.

6.1.5 Les deux parties renforceront leur coopération dans la prévention et la lutte contre le trafic illicite d'êtres humains, de produits de la faune et de la flore, de produits marins, de stupéfiants, de substances psychotropes et de précurseurs chimiques.

6.1.6 Les deux parties continueront à soutenir les efforts de l'ONU pour jouer un rôle constructif dans la recherche de solutions aux conflits régionaux en Afrique, et renforceront leur communication et coordination avec le Conseil de Sécurité de l'ONU. La partie chinoise continuera à participer activement aux opérations onusiennes de maintien de la paix en Afrique, et à fournir à la partie africaine du soutien sur la formation en matière de maintien de la paix. Les deux parties renforceront leur communication et coordination au sein du Conseil de Sécurité de l'ONU, conformément à la Résolution 2033 du Conseil de Sécurité de l'ONU qui reconnaît l'importance d'une coopération renforcée entre l'ONU et l'UA, de même que des capacités renforcées des organisations régionales et sous-régionales, notamment de l'UA, dans la prévention de conflits, la gestion de crises et la stabilisation de la situation post-conflit.

6.1.7 La partie africaine salue les efforts de médiation déployés par le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires africaines, et souhaite qu'il continue à jouer un rôle constructif dans l'œuvre de la paix et de la sécurité en Afrique.

6.1.8 La partie africaine salue les efforts de la partie chinoise dans la lutte contre la piraterie dans le Golfe d'Aden, le Golfe de Guinée et au large de la Somalie conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité de l'ONU. Les deux parties renforceront la coopération dans la préservation de la sécurité des voies maritimes dans les zones concernées et le maintien de la paix et de la stabilité dans la région. À cet égard, les deux parties conviennent que la communauté internationale doit régler en priorité les problèmes de la pauvreté, du sous-développement et de la pêche illégale, qui sont à l'origine de la piraterie.

6.2 Affaires consulaires, d'immigration, judiciaires et application de la loi

6.2.1 Les deux parties renforceront leur coopération consulaire et mèneront activement des consultations sur les affaires consulaires.

6.2.2 Les deux parties renforceront la coopération entre les départements de l'immigration pour lutter ensemble contre l'immigration illégale et l'exploitation illégale des ressources naturelles. La partie chinoise soutiendra le renforcement de la capacité anti-émeute des pays africains.

6.2.3 Les deux parties travailleront pour conclure des traités d'entraide judiciaire en matière pénale, et d'extradition, et renforcer la coopération dans la prévention et la lutte contre la criminalité transnationale, le trafic d'êtres humains, la corruption et le commerce illégal des produits de la faune et de la flore et des produits dérivés, tout en intensifiant le contrôle de stupéfiants, l'extradition des fugitifs, le rapatriement des fonds illicites, le recouvrement des avoirs criminels, la cyber-sécurité et le renforcement des capacités de l'application de la loi.

6.2.4 Les deux parties travailleront pour promouvoir les échanges et la coopération dans les domaines judiciaire, législatif et en matière d'application de la loi, y compris la prévention et la lutte contre la criminalité organisée transnationale, conformément aux traités bilatéraux et aux conventions multilatérales.

6.2.5 Les deux parties intensifieront leurs échanges et la coopération dans le domaine judiciaire, approfondiront la connaissance mutuelle sur les systèmes juridiques respectifs et renforceront la reconnaissance réciproque et l'application des lois et règlements, afin d'offrir un soutien juridique et un environnement réglementé pour la circulation de personnes et la protection de leurs droits et intérêts légitimes.

6.2.6 Les deux parties travailleront à institutionnaliser le mécanisme du Forum juridique du FCSA, poursuivront les échanges et formations de professionnels de droit, favoriseront la création d'un centre conjoint d'arbitrage sino-africain, construiront en Afrique la base de formation de professionnels de droit et le sous-centre des études juridiques Chine-Afrique, et faciliteront l'organisation de conférences par des juristes chinois et africains. Les deux parties soutiendront activement la mise en place du Programme Chine-AALCO de recherche et d'échanges en matière de droit international.

7. COOPÉRATION INTERNATIONALE

Aujourd'hui, les relations internationales et la situation internationale traversent et continueront à connaître des changements profonds et complexes, y compris la globalisation économique et l'informatisation de la société. Il est dans l'intérêt commun de la Chine et de l'Afrique de renforcer la coordination internationale et d'établir un nouveau modèle de développement global basé sur l'égalité, la responsabilité et le respect mutuel, et qui soit plus équilibré, stable, inclusif et harmonieux. À cet effet, les deux parties réaffirment que :

Les deux parties s'engagent à se soutenir mutuellement dans les enceintes internationales et à renforcer la coopération dans les domaines du commerce, de la finance, de la protection de l'environnement, de la paix et la sécurité, des échanges culturels, du développement économique et social et de la promotion des droits de l'homme, tout en préservant le droit de choisir leur voie de développement.

8. FCSA

8.1 Les deux parties notent avec satisfaction que depuis la tenue de la 5e Conférence ministérielle du FCSA, les consultations politiques entre les Ministres chinois et africains des Affaires étrangères en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, la réunion de hauts fonctionnaires et les consultations entre le secrétariat du Comité du suivi chinois et le corps diplomatique africain en Chine ont fonctionné efficacement dans d'heureuses conditions.

8.2 Les deux parties conviennent que les pays co-présidents, en collaboration avec le Comité du suivi chinois du FSCA et le corps diplomatique africain en Chine, doit mener une évaluation sur le FCSA et avancer des propositions pour son développement ultérieur sur la base des expériences au cours des 15 ans écoulés, y compris le perfectionnement du mécanisme du suivi, le rôle des sous-forums existants, la création de nouveaux sous-forums et la promotion de l'institutionnalisation des sous-forums existants.

8.3 Conformément à la procédure du mécanisme du suivi du FCSA, les deux parties ont décidé de tenir la 7e Conférence ministérielle en 2018 à Beijing, et avant cela, les 12e et 13e réunions de hauts fonctionnaires, qui se tiendront à Beijing respectivement en 2017 et en 2018. Les 4e Consultations politiques entre les Ministres chinois et africains des Affaires étrangères se tiendront à New York en septembre 2016.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114