DÉCLARATION DU SOMMET DE JOHANNESBURG DU FORUM SUR LA COOPÉRATION SINO-AFRICAINE

2015/12/10

1. Nous, Chefs d'État, Chefs de gouvernement et Chefs de délégation de la République populaire de Chine et de 50 pays africains (liste ci-jointe) ainsi que Président de la Commission de l'Union africaine (UA), nous nous sommes réunis à Johannesburg, en Afrique du Sud, les 4 et 5 décembre 2015 pour le Sommet du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) ayant pour thème « l'Afrique et la Chine avancent ensemble : Coopération gagnant-gagnant pour un développement commun », dans le but de consolider la solidarité et la coopération entre les peuples chinois et africains.

2. L'Afrique et la Chine, dont les populations sont respectivement de 1,1 milliard et de 1,3 milliard d'habitants, s'engagent à brosser un nouveau tableau dans l'objectif de saisir les opportunités de développement commun, de promouvoir le développement de l'Afrique et de la Chine et de contribuer à la paix, à la stabilité et au développement du monde.

3. Les pays africains et la Chine sont pays en développement qui font face aux défis communs de développement et partagent de larges intérêts communs dans un monde en changement profond, complexe et constant. Nous devons, de ce fait, continuer à consolider le dialogue collectif existant, à raffermir l'amitié traditionnelle Afrique-Chine, à approfondir la coopération stratégique et à renforcer le mécanisme de coopération pragmatique sino-africaine. L'Afrique et la Chine conviennent de porter leur partenariat stratégique de type nouveau au niveau de partenariat de coopération stratégique global de manière à favoriser la montée en gamme sur tous les plans de la coopération amicale et mutuellement bénéfique sino-africaine.

4. Nous nous réjouissons de constater que le FCSA porte des fruits mutuellement bénéfiques depuis sa création il y a 15 ans. Nous apprécions hautement les nombreuses initiatives importantes lancées et mises en œuvre par le Sommet de Beijing et toutes les conférences ministérielles du FCSA.

5. La coopération sino-africaine, sans cesse enrichie, couvre des domaines toujours plus larges avec des acteurs de coopération de plus en plus diversifiés. Le FCSA est d'ores et déjà un emblème de la solidarité et de la coopération sino-africaines et un modèle pour la coopération internationale avec l'Afrique. Nous saluons et apprécions les efforts déployés par le FCSA pour approfondir les contacts structurels avec les organisations régionales comme l'UA et ses organes, les communautés économiques régionales ainsi que la Banque africaine de Développement.

6. Nous sommes convaincus que les relations sino-africaines contribuent aux intérêts communs des peuples chinois et africains et continuent de bénéficier d'une dynamique vigoureuse pendant les 15 ans passés.

7. A l'occasion du 70e anniversaire des Nations Unies, nous sommes tous convaincus que préserver les acquis de la victoire de la Seconde Guerre mondiale ainsi que la justice et l'équité internationales est primordial pour le maintien de la paix, de la stabilité et de la prospérité du monde. Nous nous engageons à rejeter fermement toute tentative de déformer le résultat de la Seconde Guerre mondiale. Tout en nous souvenant du désastre de la guerre, nous soulignons notre responsabilité partagée de construire un monde de paix et de développement.

8. Nous partageons le constat que dans un monde interdépendant en raison de la mondialisation et de la diversification à divers niveaux, les différents pays voient leurs intérêts s'entremêler et prennent de plus en plus conscience de la communauté de destin.

9. Nous réaffirmons notre attachement commun aux buts et principes de la Charte des Nations Unies et à l'autorité des Nations Unies, institution leader dans les affaires internationales. Nous sommes engagés pour renforcer la coopération, la coordination et le soutien réciproque dans les organisations internationales et les mécanismes multilatéraux sur les dossiers d'intérêt commun régionaux et internationaux, tout en promouvant la démocratie et le respect du droit dans les relations internationales, dans le but d'établir un ordre international équitable et juste et de construire un monde harmonieux de paix durable et de prospérité partagée.

10. Nous estimons que dans le contexte où la situation internationale traverse des changements profonds et complexes, il faut redoubler d'efforts pour assurer un système de gouvernance internationale juste, équitable, représentatif et mieux en phase avec la réalité politique du monde de sorte à garantir la paix, la stabilité et la prospérité.

11. Nous sommes attachés au principe du multilatéralisme, opposés à l'ingérence dans les affaires intérieures d'autres États et à la menace ou à l'emploi de la force dans les affaires internationales. Nous appelons à établir un ordre international juste et axé sur la coopération gagnant-gagnant pour favoriser un développement plus équitable, juste et rationnel du monde et préserver et promouvoir les droits et intérêts légitimes des pays en développement.

12. Nous sommes pour la préservation de la place et du rôle centraux des Nations Unies dans les affaires internationales, et nous réaffirmons la nécessité de réformer l'ONU et de corriger les injustices historiques imposées aux pays africains par l'augmentation en priorité de la représentation des pays africains au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies et des autres organes onusiens.

13. Nous soulignons qu'en tant qu'acteur égal et actif dans les affaires globales, l'Afrique est une force internationale et un partenaire important, puissant, résilient et influent. À cet égard, nous reconnaissons le rôle clé joué par l'UA dans la résolution, la prévention et la gestion des conflits du continent africain et nous apprécions les efforts déployés par les pays africains, l'UA et les communautés économiques régionales de l'Afrique pour résoudre en toute indépendance les conflits régionaux et préserver la paix et la stabilité régionales. Nous soulignons l'importance de la coopération entre l'ONU et l'UA selon la Charte des Nations Unies et en particulier les Résolutions 1809 et 2033 du Conseil de Sécurité de l'ONU. Nous réaffirmons notre attachement au règlement politique et pacifique des crises et des différends et préconisons un concept de sécurité commun, global, coopératif et durable.

14. Nous saluons l'adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030, un programme de développement global de portée large et de nature transformatrice. Les pays développés doivent honorer leurs engagements concernant le Programme de 2030 et les 17 Objectifs du Programme en particulier tout en continuant à exécuter leurs engagements existants afin que ce Programme soit mis en œuvre de manière intégrale.

15. À cet égard, nous appelons la communauté internationale à accorder une plus grande importance à la question du développement et à faire preuve de sincérité politique, à soutenir en priorité les efforts de réponse aux défis et difficultés qu'affrontent les pays en développement notamment les pays africains les moins avancés dans l'instauration d'un développement durable et autonome. Nous exhortons les pays développés à honorer effectivement leurs engagements en matière d'aide vis-à-vis des pays en développement notamment des pays africains. Nous partageons la vue que les inégalités de développement Nord-Sud constituent un facteur important entravant la réalisation d'une reprise forte et d'une croissance durable de l'économie mondiale.

16. Nous soutenons le renforcement de la coopération Sud-Sud, convaincus que la coopération sino-africaine en est un bon exemple. La Chine soutient la mise en œuvre par l'Afrique de l'Agenda 2063, de son premier plan décennal ainsi que du NEPAD, considérant qu'ils sont vitaux pour la paix, la stabilité, l'intégration, la croissance et le développement de l'Afrique.

17. Nous nous prononçons contre le protectionnisme commercial en toutes formes et pour l'avancement des négociations du Cycle de Doha de l'OMC de manière à préserver et à développer une économie mondiale ouverte. Nous nous félicitons de la tenue de la 10e Conférence ministérielle de l'OMC pour la première fois en Afrique, du 15 au 18 décembre 2015 à Nairobi, au Kenya, souhaitant que le succès de cette conférence avec des résultats tangibles et importants puisse bénéficier au développement des pays en développement et des pays les moins avancés.

18. Nous préconisons une réforme nécessaire au système financier international pour établir un système équitable, juste, inclusif et ordonné. Il faut augmenter effectivement la voix au chapitre et la représentation des pays en développement notamment la Chine et les pays africains dans les institutions financières internationales et le système monétaire international, renforcer la compétence des institutions financières internationales en matière de développement et de lutte contre la pauvreté afin de réduire l'écart entre le Nord et le Sud. Nous accueillons favorablement l'établissement de la nouvelle Banque de développement de BRICS dont le siège se situe à Shanghai et la création d'un centre régional en Afrique du Sud dans le but de soutenir le développement de l'Afrique, notamment les projets d'infrastructures et de développement durable.

19. Conformément aux principes de l'équité, des responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectives, nous entendons travailler ensemble à faire adopter par la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques (COP21) un protocole, un autre instrument juridique ou un texte convenu d'un commun accord ayant valeur juridique dans le cadre de la Convention-cadre, de façon à apporter au monde une solution réellement efficace au changement climatique et aux pays en développement des ressources nécessaires pour la mise en œuvre. Nous soulignons l'importance d'une approche équilibrée pour l'atténuation et l'adaptation. L'adaptation est également une responsabilité globale. Nous affirmons que la réalisation de l'objectif ultime de la Convention demande le renforcement du cadre multilatéral et juridique et la mise en œuvre urgente et durable des engagements vis-à-vis de la Convention, y compris l'entrée en vigueur de l'Amendement de Doha sur la seconde période d'engagement du Protocole de Kyoto. Nous reconnaissons que le changement climatique exacerbe les défis actuels en Afrique et représente un fardeau supplémentaire pour les budgets nationaux et les efforts des pays africains pour réaliser le développement durable. À cet égard, la partie africaine salue l'initiative de la Chine de créer un fonds de coopération Sud-Sud pour appuyer les efforts des pays africains contre le changement climatique, la sécheresse et la désertification.

20. Nous sommes engagés sur la voie du développement pacifique et contribuons à la paix, à la stabilité et au développement du monde, et nous partageons la vue que la restructuration économique et le développement de la Chine profiteront au processus d'industrialisation et de modernisation de l'Afrique.

21. L'Afrique apprécie le rôle leader et la contribution importante de la Chine, le premier partenaire international mobilisé aux côtés des pays africains pour soutenir leur lutte contre l'épidémie Ebola.

22. Nous réaffirmons notre attachement au principe d'une seule Chine. Nous continuerons à nous soutenir mutuellement quant aux efforts visant à défendre la souveraineté nationale, la sécurité du pays et les intérêts en matière de développement, et à promouvoir la grande cause de la réunification nationale et l'intégration régionale.

23. La Chine salue et soutient activement les efforts effectifs de l'Afrique pour préserver la paix et la stabilité régionales, réaliser une croissance économique plus rapide, accélérer l'intégration et construire une Afrique unie et puissante. Elle considère l'Afrique comme un acteur politique, économique et culturel majeur dans le monde.

24. Nous sommes convaincus que les stratégies chinoise et africaine du développement sont complémentaires et caractérisées par le bénéfice mutuel, l'égalité, l'ouverture, l'inclusivité et la fiabilité, comportant des possibilités et opportunités de réaliser la solidarité, le soutien et le respect mutuels entre les pays en développement. La Chine et l'Afrique sont appelées à explorer et à valoriser leurs avantages comparatifs pour promouvoir et améliorer davantage leur coopération de bénéfice mutuel.

25. Nous déclarons solennellement que la Chine et l'Afrique, dans l'esprit du principe dit de sincérité, pragmatisme, amitié et franchise et de la juste conception de la justice et des intérêts, œuvrent à établir et à développer le partenariat de coopération stratégique global caractérisé par l'égalité et la confiance réciproque sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique, les échanges et l'inspiration mutuelle sur le plan culturel, l'assistance mutuelle sur le plan sécuritaire, ainsi que la solidarité et la coordination dans les affaires internationales. À cet effet, nous sommes convenus de ce qui suit :

25.1 Nous attacher au principe de l'égalité et renforcer la solidarité et la confiance mutuelle. Renforcer le dialogue et la coopération intergouvernementaux à tous les niveaux. Respecter les intérêts vitaux de part et d'autre, tenir compte des préoccupations et des revendications légitimes et respectives et réunir le consensus sur les grands dossiers stratégiques. Promouvoir les échanges et la coopération dans les domaines juridique, judiciaire et de l'application de la loi. Intensifier la coopération avec les pays africains, l'UA et ses organes, les communautés économiques régionales et la Banque africaine de Développement pour accélérer le processus de l'intégration régionale, sauvegarder la paix, la stabilité et le développement de l'Afrique et promouvoir le développement socio-économique africain.

25.2 Nous attacher à défendre la justice, à promouvoir les intérêts communs et le développement partagé. Développer activement les partenariats industriels et les capacités de production, et promouvoir ensemble les processus d'industrialisation et de modernisation agricole de l'Afrique. Intensifier en priorité la coopération dans les projets d'infrastructures dans les domaines ferroviaire, routier, aérien régional, électrique, de l'eau potable, de l'information et de la communication, aéroportuaire, portuaire, et autres, et la coopération et le renforcement des capacités dans la valorisation des ressources humaines. Donner une priorité à la coopération mutuellement avantageuse dans les domaines comme l'agriculture et la sécurité alimentaire, l'industrie de transformation et de manufacture, les ressources et énergies, l'économie maritime, le tourisme, l'investissement, le commerce, la finance, le transfert des technologies et autres. Approfondir la coopération sur les projets de valorisation des ressources minières tout en renforçant les capacités techniques et intellectuelles. Renforcer la coopération dans le développement des capacités industrielles et de la valeur ajoutée, en établissant des parcs et des clusters industriels, des parcs technologiques, des zones économiques spéciales et des centres pour la formation professionnelle des ingénieurs, des techniciens et des managers. Etudier activement la possibilité de créer des synergies entre l'initiative chinoise sur la construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du 21e siècle et l'intégration économique et l'agenda de développement durable de l'Afrique, et explorer plus d'opportunités pour promouvoir le développement commun et réaliser nos rêves partagés.

25.3 Renforcer l'apprentissage et l'inspiration mutuels, et travailler pour des progrès communs. Partager les expériences de développement, approfondir la coopération dans les domaines de l'aide au développement, des soins médicaux et de la santé publique, de l'éducation, de la réduction de la pauvreté, du partage des technologies et du savoir, de la protection de l'environnement écologique. Reconnaître l'importance du progrès technologique et de l'innovation pour soutenir la croissance économique africaine, dans les domaines comme l'industrie minière et extractive, la pharmacie, la technologie de l'information, la chimie et la pétrochimie, l'extraction et l'exploitation des ressources minières. Renforcer les échanges et la coopération sur le plan culturel et humain et intensifier les échanges dans les domaines de la culture, de l'art, de l'éducation, du sport, du tourisme, de la presse et des médias, des universités et des think tanks, des jeunes, des femmes, des syndicats et des personnes handicapées, de manière à approfondir la compréhension mutuelle et l'amitié entre les peuples chinois et africains.

25.4 Continuer à nous entraider sur les affaires sécuritaires et préserver la paix et la sécurité. Privilégier toujours le dialogue et les consultations pour régler pacifiquement les différends. La Chine soutient les efforts de l'Afrique pour apporter des solutions africaines aux problèmes africains. Mettre en application l'Initiative du partenariat de coopération Chine-Afrique pour la paix et la sécurité, soutenir la construction du mécanisme de sécurité collective en Afrique, et répondre ensemble aux problèmes de sécurité non traditionnels et aux défis planétaires tels que la sécurité alimentaire et énergétique, la cybersécurité, le changement climatique, la conservation de la biodiversité, les principales maladies transmissibles et la criminalité transnationale, etc. Nous condamnons fermement le terrorisme sous toutes ses formes et nous œuvrons à conjuguer de façon coordonnée et plus efficacement nos efforts pour lutter contre ce fléau qui constitue une menace planétaire pour l'humanité et ses valeurs de paix et de tolérance.

25.5 Renforcer la coordination et la coopération pour sauvegarder les intérêts communs. Intensifier nos collaborations et coordinations sur les dossiers régionaux et internationaux d'intérêt commun dans les enceintes multilatérales comme l'ONU et les organisations internationales financières pour sauvegarder les intérêts communs de la Chine, de l'Afrique et des autres pays en voie de développement. Les pays africains soutiennent l'organisation par la Chine du Sommet du G20 en 2016, apprécient l'engagement de la Chine pour promouvoir la coopération entre le G20 et les pays africains. À cet égard, nous apprécions et accueillons favorablement les efforts et les contributions actifs de la communauté internationale notamment des pays développés en faveur de la paix, du développement et de la prospérité de l'Afrique.

26. Nous saluons les résultats de la 2e Conférence ministérielle sino-africaine sur le développement de la santé et la 5e Conférence des Entrepreneurs chinois et africains qui ont eu lieu en Afrique du Sud au cours des trois derniers mois.

27. Nous apprécions les efforts inlassables et le travail remarquable des Ministres participant à la 6e Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-africaine. Nous avons, dans l'esprit de la présente Déclaration, élaboré et adopté le Plan d'Action de Johannesburg (2016-2018) du Forum sur la Coopération sino-africaine. Nous nous engageons à appliquer le Plan d'Action de Johannesburg et travaillerons à assurer sa mise en œuvre avec succès.

28. Nous remercions sincèrement Son Excellence le Président de la République sud-africaine Jacob Gedleyihlekisa Zuma, et Son Excellence le Président de la République populaire de Chine Xi Jinping d'avoir coprésidé le Sommet de Johannesburg 2015 du FCSA.

29. Nous exprimons notre profonde gratitude au gouvernement et au peuple de la République sud-africaine de l'accueil chaleureux et des facilités accordées à tous les participants durant ce sommet.

30. La 7e Conférence ministérielle du FCSA se tiendra en République populaire de Chine en 2018.

Liste des pays africains

 

Afrique du Sud

Algérie

Angola

Bénin

Botswana

Burundi

Cabo Verde  

Cameroun

République centrafricaine

Comores 

République du Congo

République démocratique du Congo

Côte d’Ivoire

Djibouti

Égypte

Érythrée

Éthiopie

Gabon 

Ghana

Guinée 

Guinée-Bissau

Guinée équatoriale

Kenya

Lesotho

Libéria

Libye

Madagascar

Malawi

Mali

Maroc

Maurice

Mauritanie

Mozambique

Namibie

Niger

Nigéria

Ouganda

Rwanda

Sénégal

Seychelles

Sierra Leone

Somalie

Soudan

Soudan du Sud

Tanzanie

Tchad 

Togo 

Tunisie

Zambie

Zimbabwe

 

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114