Déclaration conjointe Chine-Canada

1. À l’invitation du Premier Ministre Wen Jiabao, le Premier Ministre du Canada Stephen Harper a effectué une visite officielle en Chine, du 2 au 6 décembre 2009, durant laquelle il s’est rendu à Beijing, à Shanghai et dans la Région administrative spéciale de Hong Kong.

2. Le Premier Ministre Harper s’est entretenu avec le Président Hu Jintao, le Premier Ministre Wen Jiabao et rencontrera le Président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale Wu Bangguo. Les deux parties ont eu des échanges de vues approfondis, francs et fructueux sur les relations entre la Chine et le Canada, les grandes questions internationales et régionales d’intérêt commun, et sont parvenues à un consensus sur plusieurs points. Pendant la visite, une série d’accords ont été signés pour faire avancer la coopération bilatérale dans les domaines des changements climatiques, des ressources minérales, de la culture et de la formation agricole; des détails sur ces accords se trouvent dans l’annexe ci-jointe.

3. Les deux parties ont donné une évaluation positive de l’évolution des relations entre la Chine et le Canada depuis l’établissement des relations diplomatiques il y a 39 ans; elles reconnaissent toutes deux que la Chine et le Canada sont des pays influents dans la région de l’Asie-Pacifique, partageant de vastes intérêts communs et de vastes perspectives de coopération. Des liens amicaux existent depuis longtemps entre la Chine et le Canada – le Dr Norman Bethune est un parfait exemple de cette réalité, en plus du fait qu’il y a maintenant 1,3 million de Canadiens d’origine chinoise au Canada. L’établissement d’une relation stable à long terme en matière de coopération, fondée sur le respect mutuel, l’égalité et l’intérêt mutuel, est dans l’intérêt fondamental des deux pays et de leur population. Les deux parties ont convenu de travailler ensemble pour promouvoir davantage leur coopération dans les domaines bilatéraux et les affaires internationales, alors que les relations bilatérales entre les deux pays entrent dans une nouvelle ère importante.

4. Les deux parties se sont entendues sur l’importance d’effectuer des échanges fréquents, y compris entre les dirigeants, pour promouvoir le développement de la relation Chine-Canada. Les deux parties ont convenu d’accroître le rôle du Groupe de travail stratégique, un mécanisme bilatéral établi en 2005 pour faciliter les échanges bilatéraux réguliers entre les hauts fonctionnaires. Des fonctionnaires du niveau du vice-ministre des deux parties se rencontreront au début de l’année 2010 pour discuter de la nature de cet accroissement et des sujets prioritaires possibles, y compris le commerce et l’investissement, l’énergie et l’environnement ainsi que la santé et la gouvernance. En outre, les deux parties ont convenu d’utiliser pleinement tous les mécanismes de consultation bilatérale déjà à leur disposition (plus de quarante), pour renforcer le dialogue et la communication dans tous les domaines.

5. Les deux parties se sont engagées à assurer une évolution positive et régulière des relations bilatérales, réitérant le principe fondamental du respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ainsi que des intérêts vitaux et des grandes préoccupations de chaque pays. Aucune de ces parties n’appuie une tentative par quelque force que ce soit de miner ce principe. La Chine a mis l’accent sur le fait que les questions concernant Taïwan touchent à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine. Le Canada a réitéré sa Politique d'une seule Chine, une politique constante de longue date établie lors de la fondation des relations diplomatiques, et il a souligné qu’il soutient le développement pacifique des relations inter-détroit, notamment à travers les efforts déployés par les deux parties pour accroître le dialogue et les interactions dans les domaines économique, politique et autres.

6. Les deux parties ont reconnu que chaque pays et sa population ont le droit de choisir leur propre voie et que tous les pays doivent respecter le modèle de développement adopté par les autres pays. Les deux parties ont reconnu que des histoires et conditions nationales différentes peuvent créer des opinions différentes sur des questions comme les droits de l’homme. Les deux parties ont convenu de tenir plus d’échanges sur les droits de l’homme sur la base de l’égalité et du respect mutuel, en vue de promouvoir et de protéger les droits de l’homme, conformément aux instruments internationaux des droits de l’homme.

7. Les deux parties se sont entendues sur le fait qu’une forte complémentarité économique et commerciale existe entre la Chine et le Canada et que la coopération pragmatique devrait être améliorée pour stimuler le commerce et l’investissement entre les deux pays. Les deux parties ont réitéré leur engagement à maintenir une politique ouverte en matière d’investissement et de commerce, à s’opposer à toutes formes de protectionnisme, à réduire les obstacles à l’investissement et à favoriser la coopération entre les entreprises des deux pays. Le Canada accueille favorablement les investissements provenant de la Chine et vice-versa. Les deux parties envisagent d’accélérer les négociations en vue de la conclusion d’un accord Chine-Canada sur la promotion et la protection des investissements étrangers, lequel sera bénéfique pour les deux pays, car il fournit un cadre juridique prévisible et stable pour accroître la confiance des investisseurs. Les deux parties ont convenu qu’il faut augmenter le commerce bilatéral par rapport aux niveaux actuels, c’est-à-dire accroître le commerce des marchandises et des services dans tous les secteurs, notamment l’énergie et les ressources, l’infrastructure, les télécommunications et le transport, la technologie de pointe, le tourisme, l’agriculture et les services financiers. Les deux parties ont convenu de renforcer la relation bilatérale dans le domaine de la science et de la technologie. En outre, la Chine et le Canada ont convenu d’accroître la coopération dans le domaine de l’énergie propre. Le Premier Ministre Harper a annoncé une deuxième enveloppe de fonds en faveur du Partenariat Asie-Pacifique pour le développement propre et le climat.

8. Les dirigeants se sont entendus sur le fait que le renforcement des liens éducatifs, culturels et commerciaux et entre les populations, ainsi que la promotion d’une compréhension mutuelle entre les deux peuples, permettront d’enrichir l’évolution à long terme des relations entre la Chine et le Canada. Les deux parties ont convenu de profiter du 40e anniversaire des relations diplomatiques pour accroître les interactions entre tous les secteurs de la société. La Chine et le Canada ont adopté deux nouvelles mesures visant à accroître l’interaction entre les populations, grâce à l’ouverture d’un nouveau consulat général de la Chine à Montréal ainsi que l’annonce par la Chine durant la visite de l’octroi du statut de destination approuvée au Canada, favorisant ainsi une circulation accrue des touristes, des élèves et des hommes d’affaires entre les deux pays.

9. Au cours des dernières années, la Chine et le Canada ont vu leur coopération se renforcer sur le plan judiciaire et de l’application de la loi, notamment grâce à l’établissement, en 2008, de consultations bilatérales régulières dans les domaines judiciaires et de l’application de la loi ainsi qu’à la coopération entre les forces policières des deux pays. Les deux parties ont réaffirmé leur intention de renforcer la coopération en matière de lutte contre la criminalité transnationale et de rapatriement des fugitifs, conformément à leurs lois respectives. Ils ont également convenu de signer à une date rapprochée un mémorandum d’entente sur la coopération en matière de lutte contre la criminalité et d’entamer des négociations sur la conclusion d’un accord sur le partage des produits de la criminalité. Les deux parties ont exprimé leur intention de maintenir la communication sur ces questions et sur d’autres questions connexes qui seront examinées plus tard, afin d’accroître davantage la coopération dans ce domaine.

10. Les deux parties ont tenu des discussions approfondies sur la situation financière et économique globale actuelle et se sont accordées à estimer que l’économie mondiale a affiché des signes positifs de stabilisation et de rétablissement, mais que cette reprise est précaire. Les deux parties ont convenu de renforcer le dialogue et la coordination relatifs aux politiques financières et macroéconomiques, de renforcer progressivement le rôle du G20 dans la gouvernance économique mondiale et d’appuyer le cadre de travail du G20 pour une croissance forte, durable et équilibrée. De plus, elles ont convenu de poursuivre la réforme de la régulation financière, là où le besoin se fait sentir, de résister au protectionnisme et de contribuer à la réforme du système financier international. La Chine a accueilli avec satisfaction le rôle que jouera le Canada en 2010 en tant qu’hôte du Sommet du G20 en juin. Les deux parties ont indiqué qu’elles étaient prêtes à travailler avec d’autres parties pour obtenir des résultats positifs lors du Sommet. Les deux parties se sont entendues sur la nécessité de collaborer ensemble et avec d’autres partenaires pour assurer le succès du cycle de Doha à l’OMC.

11. Le Canada a accueilli favorablement la contribution qu’a apportée la Chine à la paix et à la sécurité régionales en assurant la gestion du processus des pourparlers à six, et il a exprimé son espoir que soit relancé ce mécanisme qui vise à réaliser la dénucléarisation de la Péninsule coréenne. Les deux parties ont pris note du rôle actif qu’elles jouent en Afghanistan; elles ont exprimé leur désir de voir progresser la paix, la stabilité et le développement en Afghanistan et leur intention de poursuivre les efforts qu’elles ont déployés à cet égard. Les deux parties se sont entendues sur le fait que la Chine et le Canada ont des intérêts communs importants dans le domaine de la promotion de la paix et de la sécurité ainsi que sur le plan du développement durable à l’échelle régionale et mondiale. Les dirigeants ont convenu que la coordination et la coopération dans les tribunes comme les Nations Unies, la Coopération économique pour l’Asie Pacifique (APEC) et d’autres organismes multilatéraux devraient être intensifiées afin de faire progresser ces objectifs, notamment dans les domaines de la sécurité nucléaire, de la non-prolifération et du désarmement nucléaire, de la sécurité alimentaire, des menaces pour la santé mondiale, du changement climatique et d’autres enjeux internationaux et régionaux majeurs.

12. Les deux parties ont discuté des préoccupations urgentes actuelles relatives à la santé mondiale et de la nécessité d’accroître la coopération multilatérale et bilatérale pour combattre les maladies nouvellement émergentes et ré-émergentes, par exemple la grippe A-H1N1. Les deux parties ont également convenu de poursuivre leur collaboration sur les dossiers relatifs à la santé qui leur sont importants, notamment la réforme du système de santé, la sécurité alimentaire et la santé publique. La coopération ciblée et pragmatique dans le domaine de la santé doit continuer de croître.

13. Les deux parties ont reconnu que le changement climatique est un défi commun auquel doit faire face toute l’humanité et qu’une coopération internationale est essentielle afin de relever ce défi. Toutes les parties doivent miser sur les progrès déjà accomplis et travailler ensemble pour que la Conférence de Copenhague aboutisse à un résultat consensuel qui soit conforme aux principes établis par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), particulièrement au principe des responsabilités communes mais différenciées, aux capacités respectives et à la Feuille de route de Bali. Les deux parties ont également convenu de renforcer leur dialogue politique et la coopération bilatérale sur le changement climatique et les technologies propres, en complément de la CCNUCC et du Protocole de Kyoto.

14. Pour ce qui est de l’année prochaine, les deux parties ont accueilli favorablement ce qui semble être des manifestations visibles d’une relation dynamique, profondément enracinée et en pleine croissance entre la Chine et le Canada. La Chine a noté que le flambeau olympique a été passé au Canada et a souligné les Jeux olympiques d’hiver de 2010 qui auront lieu bientôt à Vancouver et auxquels participeront un grand nombre d’athlètes chinois. Le Canada a exprimé son soutien en faveur de l’Exposition universelle de Shanghai en 2010. À partir du mois de mai 2010, le Pavillon du Canada qui sera mis sur pied à l’occasion de l’Exposition donnera à un grand nombre de citoyens chinois la chance de participer à de nombreux événements publics canadiens, portant notamment sur l’art et la culture, pour commémorer le 40e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays et pour poursuivre le renforcement de la compréhension mutuelle et des liens amicaux entre la Chine et le Canada.

Annexe :

Liste des accords

1. Mémorandum d’entente sur le changement climatique entre la Commission nationale du Développement et de la Réforme de la République populaire de Chine et le Département de l’Environnement, le Département des Affaires étrangères et du Commerce international et le Département des Ressources naturelles du Canada

2. Mémorandum d’entente sur l’établissement du mécanisme de dialogue sur la coopération minérale entre la Commission nationale du Développement et de la Réforme de la République populaire de Chine et le Département des Ressources naturelle du Canada

3. Programme de Coopération 2010-2012 dans le cadre de l’Accord culturel entre le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement du Canada

4. Mémorandum d’entente sur la coopération scientifique et technologique et la formation entre le Ministère de l’Education de la République populaire de Chine et le Département de l’Agriculture et de l’Agro-alimentation du Canada

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114