PRÉSERVER LA PAIX ET LA STABILITÉ, PROMOUVOIR LA RÉFORME STRUCTURELLE ET INSUFFLER DE NOUVELLES DYNAMIQUES AU DÉVELOPPEMENT

2015/01/23

-Allocution spéciale de M. Li Keqiang
Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État de la République populaire de Chine à la
Réunion annuelle 2015 du Forum économique mondial

(Davos, 21 janvier 2015)

Professeur Klaus Schwab,
Madame la Présidente Simonetta Sommaruga,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,

C'est un grand plaisir pour moi de revenir cinq ans après à Davos pour participer à la Réunion annuelle 2015 du Forum économique mondial. Davos est une petite commune paisible et harmonieuse, or notre monde n'est pas tranquille, et la communauté internationale est appelée à faire face à un nouveau contexte. À ma connaissance, Davos était un lieu de cure pour les maladies pulmonaires et s'est reconverti, après la découverte de la pénicilline, dans d'autres activités. Aujourd'hui, Davos est devenu un centre intellectuel de « brainstorming », et notre monde a besoin de nouvelles « pénicillines » pour relever les nouveaux défis.

Force est de constater que le monde d'aujourd'hui est loin d'être en paix. Les crises régionales, les conflits locaux et les attentats terroristes se succèdent et constituent de réelles menaces pour la société humaine. Par ailleurs, la reprise de l'économie mondiale s'essouffle, les principales économies connaissent des évolutions divergentes, les marchés des matières premières sont turbulents, et à cela s'ajoutent des signes de déflation. Beaucoup sont donc pessimistes sur l'avenir de la planète, estimant que la paix et la tranquillité sont mises en cause et que la perspective du développement peine à apparaître.

Comme un philosophe l'a dit, on ne peut pas résoudre un problème de la même manière qu'on n'en a créé. La réponse aux vieux problèmes ne doit plus être cherchée dans la confrontation, la haine ou le repli sur soi ; et la solution aux nouveaux enjeux ne peut que résider dans le dialogue, la concertation et la coopération. Nous devons tirer des enseignements de l'histoire, mettre à profit la sagesse de notre époque pour trouver le plus grand dénominateur commun des intérêts des différentes parties. Dans des moments difficiles, l'humanité a toujours su faire preuve de courage pour s'en sortir et trouver la force de changer et d'innover.

Face à une situation internationale complexe, nous préconisons la préservation ferme de la paix et de la stabilité. Cette année marque le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre mondiale antifasciste. Préserver la paix et la stabilité du monde est dans l'intérêt de tous les peuples. L'ordre international issu de la Seconde Guerre mondiale et les principes régissant les relations internationales universellement reconnus doivent être préservés et non brisés, sinon, il ne saurait être question de prospérité ou de développement. Dans les relations interétatiques, il faut rejeter la mentalité de la guerre froide et le jeu à somme nulle, et l'approche « le gagnant prend tout » est vouée à l'échec. Tout dossier régional brûlant ou conflit géopolitique doit être résolu pacifiquement par des moyens politiques. Nous sommes contre le terrorisme sous toutes ses formes. La Chine poursuivra la voie du développement pacifique et œuvrera à la stabilité régionale, et elle n'a aucune intention d'entrer en rivalité avec quelque pays que ce soit. Les différents pays du monde doivent chérir la paix comme on tient à la prunelle de ses yeux, de sorte que la civilité, la raison et la justice règnent partout sur notre planète.

Face à la diversité des civilisations dans le monde, nous préconisons la promotion d'une coexistence harmonieuse. La diversité culturelle, tout comme la biodiversité, est le trésor naturel le plus précieux de notre planète. La société humaine est un grand jardin où chaque civilisation peut s'épanouir dans toute sa splendeur. Les différentes cultures et religions doivent se respecter et coexister harmonieusement. La convergence favorise le rapprochement et la différence appelle le respect. La communauté internationale doit faire preuve d'ouverture, comme un vaste océan qui accueille tous les fleuves qui s'y jettent, pour trouver un terrain d'entente par-delà les divergences, encourager la tolérance et l'inspiration mutuelle et réaliser la coopération gagnant-gagnant.

Face à une conjoncture économique changeante, nous préconisons la promotion énergique de l'ouverture et de l'innovation. Ce qui s'est passé depuis l'éclatement de la crise financière internationale il y a sept ans démontre que seule la solidarité permet de surmonter les difficultés. Dans un monde interdépendant, chaque pays a le droit d'élaborer sa politique économique sur la base de ses réalités nationales, mais il doit également renforcer la coordination avec les autres pays en matière de politique macroéconomique pour accroître la convergence d'intérêts et réaliser le développement partagé. Un proverbe européen dit : « Lorsque vient le vent du changement, certains bâtissent des abris, d'autres des moulins à vent. » Nous préconisons d'agir suivant le courant de notre époque, de promouvoir fermement le libre-échange, de dire non haut et fort au protectionnisme, d'élargir activement la coopération économique régionale et de créer des chaînes de valeur internationales et d'embrasser la nouvelle révolution scientifique et technologique. La politique macroéconomique est certes importante, mais la réforme structurelle est indispensable, comme en convient la communauté internationale. Quoique fort difficile, cela est nécessaire pour former une synergie internationale en faveur de l'innovation et insuffler de nouvelles dynamiques au développement mondial.

Mesdames et Messieurs,

Je sais que vous vous intéressez aux perspectives de l'économie chinoise. Peut-être certains craignent d'être affectés par le ralentissement de l'économie chinoise, d'autres s'inquiètent des répercussions de la transition économique en Chine. Je voudrais donc vous présenter ici plus en détail la situation en Chine.

L'économie chinoise est d'ores et déjà entrée dans une nouvelle normalité. La croissance rapide étant passée à une croissance moyennement rapide, le développement chinois, situé à un niveau bas et moyen, doit accéder à un niveau moyennement élevé. Pour ce faire, il est indispensable de promouvoir avec détermination les réformes structurelles.

Il est à noter que le fléchissement de la croissance chinoise s'explique par des changements profonds de l'économie mondiale et est conforme aux lois économiques. La Chine est aujourd'hui la deuxième économie du monde. Avec une telle taille, une croissance de 7% par an représente déjà une hausse du PIB de plus de 800 milliards de dollars américains à prix courants, supérieure à celle générée par une croissance de 10% d'il y a cinq ans. Le fait de n'avoir plus les yeux rivés sur le taux de croissance tout en maintenant le fonctionnement de l'économie dans des limites raisonnables permet de diminuer la tension offre-demande et d'alléger les pressions sur les ressources naturelles et l'environnement écologique, ainsi que d'avoir des marges de manœuvres pour engager des réformes structurelles et orienter le développement vers un stade plus avancé, marqué par une performance améliorée, une division plus fine du travail et une structure plus rationnelle. Ce faisant, non seulement le « train » de l'économie chinoise ne va pas perdre son élan, bien au contraire, il avancera de manière plus stable et plus puissante, générant de nouvelles opportunités et dynamiques.

C'est exactement dans cet esprit que nous avons travaillé au cours de l'année qui vient de s'écouler. Face à la pression baissière, au lieu de recourir à un plan de relance massif, nous avons fait le choix des réformes ambitieuses. Le gouvernement a donné l'exemple en déployant de grands efforts pour simplifier l'administration et décentraliser des pouvoirs, de sorte à libérer les énergies du marché et des entreprises. La croissance du PIB chinois en 2014 s'est établie à 7,4%, la plus rapide parmi les principales économies du monde. Plus de 13 millions de nouveaux emplois ont été créés dans les villes en dépit du ralentissement de la croissance, et le taux de chômage enregistré et le taux de chômage recensé ont baissé. L'indice des prix à la consommation a connu une hausse de 2%, inférieure à l'objectif fixé au début de l'année. Les faits ont prouvé la pertinence et l'efficacité de nos politiques macroéconomiques. Ce qui est plus important, c'est que de nouveaux pas ont été franchis dans les réformes structurelles.

Force est de reconnaître que l'économie chinoise reste confrontée à une pression baissière relativement importante en 2015. Que choisir dans ce contexte ? Une croissance plus rapide mais à court terme ou une croissance moyennement élevée mais durable et meilleure en qualité ? La réponse est la deuxième. Nous continuerons à poursuivre notre stratégie et à appliquer la politique budgétaire de relance et la politique monétaire prudente. En refusant l'approche dite d'« arrosage par submersion », nous privilégierons les réajustements préventifs et fins, et mènerons à bien les réajustements ciblés, de sorte à maintenir l'économie chinoise dans des limites raisonnables et à rendre son développement plus performant et efficient.

Nous sommes en train de prendre des mesures efficaces pour nous prémunir contre les risques financiers et de dettes. Le taux d'épargne en Chine s'élève à 50%, ce qui assure des fonds abondants pour la croissance. Quant aux dettes des collectivités locales en Chine, plus de 70% sont consacrées à la construction d'infrastructures et donc adossées à des actifs. La réforme du système financier est également en marche. Le message que je voudrais vous faire passer est que l'économie chinoise est à l'abri des risques financiers régionaux ou systémiques, et du risque d'un « atterrissage forcé ».

Il faut constater que la Chine demeure un pays en développement et que sa modernisation est un chemin long. La paix est une condition fondamentale pour le développement chinois, et la réforme et l'ouverture sur l'extérieur ainsi que les aspirations du peuple à une vie meilleure en sont les forces motrices principales. Des marges de progression importantes existent dans le domaine du développement des villes, des campagnes et des différentes régions chinoises, et la demande intérieure recèle un énorme potentiel. Si la Chine poursuit une croissance économique moyennement élevée pendant 10 ou 20 ans, sa physionomie continuera à s'améliorer, et davantage d'opportunités seront apportées au monde.

Pour que l'économie chinoise résiste à la pression baissière et réalise un développement moyennement rapide et à un niveau moyennement élevé, il faut « dire non » à la vieille mentalité, « applaudir » les systèmes innovants et se déterminer à promouvoir les réformes structurelles. Il est impératif d'innover le contrôle macroéconomique, de renforcer la dynamique microéconomique, de réajuster les structures au niveau des villes et campagnes, des régions et du tissu économique, de promouvoir un relatif plein emploi et notamment parmi les jeunes, et d'améliorer la répartition des revenus et le bien-être social. Cela nous exige des efforts ardus, mais nous ne baisserons pas les bras. Car c'est en poursuivant fermement la voie de la réforme et de la restructuration économique que nous parviendrons à réaliser un développement durable de l'économie chinoise à un rythme moyennement rapide et à un niveau moyennement élevé.

Pour que l'économie chinoise se développe régulièrement sur le long terme, nous devons approfondir la réforme dans tous les domaines et bien utiliser la main du gouvernement et la main du marché, et faire tourner deux moteurs de croissance. Il faut, d'un côté, faire jouer un rôle décisif au marché dans la répartition des ressources pour créer un nouveau moteur, et de l'autre, mieux valoriser le rôle du gouvernement pour transformer le moteur traditionnel.

Créer un nouveau moteur de croissance, c'est de mobiliser l'enthousiasme général en faveur de l'entreprenariat et de l'innovation. Peuplée de 1,3 milliard d'habitants, la Chine compte une population active de 900 millions de personnes et 70 millions d'entreprises et d'entrepreneurs indépendants. Le peuple chinois est travailleur et ingénieux. Si nous arrivons à activer toutes les cellules de la société, l'économie chinoise dans son ensemble débordera de vitalité et engendrera d'immenses forces pour la croissance. L'entreprenariat et l'innovation de toute la population recèlent une « mine d'or » inépuisable de créativité et de richesse.

Sur ce, je me rappelle la réforme rurale entamée en Chine il y a plus de 30 ans. L'assouplissement des contraintes réglementaires ainsi que l'autonomie de la production et de l'exploitation agricoles ont permis de mobiliser l'enthousiasme des agriculteurs. Le résultat a été spectaculaire : le problème chronique de la faim a été réglé en quelques années seulement. L'innovation institutionnelle a éveillé la créativité des centaines de millions de Chinois et changé leurs destins. Il y a deux mois, j'ai visité un village dans l'est de la Chine. C'est un village de quelque 700 ménages, qui ont pourtant ouvert plus de 2 800 boutiques en ligne et vendent chaque jour plus de 30 millions d'articles de toutes catégories aux quatre coins du monde. Voilà une belle illustration de l'esprit d'entreprise d'un peuple travailleur.

La Chine d'aujourd'hui a besoin de nouvelles sources de vitalité. La vitalité vient de la diversité, car la diversité fait naître la sagesse et l'innovation. Encourager l'esprit d'entreprise et d'innovation contribue à libérer l'ingéniosité et la force du peuple, à stimuler la demande intérieure et la consommation, à accroître la richesse de la société et à améliorer le bien-être de la population. Plus important encore, cela permet d'offrir à tous les Chinois des opportunités et des plateformes pour s'épanouir dans la vie et de promouvoir la mobilité, l'équité et la justice sociales.

Le contrôle excessif bride l'innovation, et la concurrence favorise la prospérité. Nous continuerons à approfondir la réforme du système administratif, à supprimer et à décentraliser des procédures d'approbation administrative, à assainir toutes les procédures d'approbation non administrative et à mettre en application la liste négative concernant l'accès au marché, afin d'alléger les contraintes et les charges qui pèsent sur les acteurs du marché. Cela contribuera aussi à réduire les possibilités de recherche de rente et de corruption. Nous œuvrerons à protéger la propriété intellectuelle en vertu de la loi, à créer un environnement qui encourage l'esprit d'entreprise et tolère les échecs, ainsi qu'à défendre tous les droits de propriété légaux.

Transformer le moteur traditionnel de croissance, c'est notamment d'amplifier la prestation de produits et de services publics. La Chine a réalisé de grands succès économiques, mais le manque de produits et de services publics reste un handicap au développement. Actuellement, en Chine, le stock de capital des infrastructures publiques par tête d'habitant ne représente que 38% de celui des pays d'Europe occidentale et 23% de celui des pays d'Amérique du Nord ; le niveau du secteur tertiaire est inférieur de 10 points de pourcentage à celui des pays en développement comparables ; et le taux d'urbanisation, inférieur de plus de 20 points de pourcentage à celui des pays développés. Cela signifie d'immenses potentialités pour le développement des produits et des services publics. En augmenter l'offre relève des responsabilités du gouvernement, s'avère nécessaire pour améliorer les conditions de vie de la population, et constitue un moyen important pour stimuler la demande intérieure.

Cette année, nous avons identifié des domaines prioritaires d'investissement, dont le chemin de fer dans le centre et dans l'ouest du pays, l'hydraulique, la rénovation des quartiers insalubres et des logements vétustes en ville et à la campagne ainsi que la prévention et le contrôle de la pollution. Le gouvernement investira davantage dans ces domaines, et il ne sera plus le seul acteur. Nous nous efforcerons, par une réforme plus approfondie des systèmes d'investissement et de financement, de mettre fin aux monopoles, d'introduire davantage d'investissements privés et étrangers, de même que d'accroître les sources d'investissements par l'effet de levier à travers le partenariat public-privé (PPP), la coopération avec l'étranger et l'achat de services publics. Je vais vous citer un exemple. Il y a quelques années, nous envisagions de construire une usine de retraitement des eaux usées dans l'ouest de la Chine et 335 millions de yuans RMB étaient à trouver. Nous avons pu attirer des investissements d'une société des eaux allemande qui détient 70% des actions.

Nous œuvrerons à faire avancer la réforme fiscale, à alléger les impôts et les charges des entreprises, notamment dans le secteur tertiaire, et à adopter de nouvelles mesures pour accompagner le développement des PME. Nous travaillerons à approfondir la réforme financière, à faire en sorte que le taux d'intérêt et le taux de change soient davantage déterminés par le marché, à accélérer le développement des moyennes et petites institutions financières, en particulier, des banques privées, et à développer un marché des capitaux à différents niveaux. Et nous travaillerons à promouvoir la réforme des prix, à réduire considérablement les catégories de produits dont les prix sont décidés par le gouvernement et à assouplir, autant que possible, la réglementation des prix. Dans le même temps, nous veillerons à faire jouer le rôle du gouvernement dans la construction d'un « environnement immatériel », à assurer la régulation du marché, à créer un cadre d'affaires respectueux des normes internationales, des règles du marché et de la loi et à offrir à tous les acteurs du marché des services publics efficaces et de qualité.

Mesdames et Messieurs,

La réforme et le développement en Chine apporteront au monde plus d'opportunités d'affaires. Nous assouplirons davantage les conditions d'accès pour les investissements étrangers et explorerons des modes de gestion concernant le traitement national en matière de pré-établissement (TNPE) et la liste négative pour traiter les entreprises chinoises et étrangères sur un pied d'égalité. Nous œuvrerons à élargir de manière ordonnée et par priorités l'ouverture du secteur tertiaire, comme la finance, l'éducation, la culture, les soins médicaux et le service aux personnes âgées, et à généraliser les expériences de la zone pilote de libre-échange à Shanghai, pour que les investisseurs des différents pays puissent tous trouver leurs « mines inépuisables ».

Nous œuvrerons également à innover dans la coopération en matière d'investissement à l'étranger. Le train à grande vitesse, l'électronucléaire, l'aéronautique, les télécommunications et d'autres secteurs d'excellence de la Chine se développent à l'international. Soumis à l'épreuve de la concurrence sur le marché international, les produits chinois répondent à la demande des marchés locaux. En fait, beaucoup de ces produits sont fabriqués par des entreprises mixtes, et leur exportation contribue à l'exploitation commune des marchés tiers. Nous avons avancé l'initiative de construire une Ceinture économique de la Route de la Soie et une Route de la Soie maritime du 21e siècle, et entendons coopérer avec les pays concernés en fonction de leurs besoins pour faire avancer ce projet.

Davos est un haut lieu du ski réputé dans le monde. Comme vous le savez, trois éléments sont essentiels pour un bon skieur : la vitesse, l'équilibre et le courage. Pour l'économie chinoise, nous devons faire des efforts pour nous adapter à la nouvelle normalité, en œuvrant à maintenir la croissance à une vitesse moyennement élevée, à assurer l'équilibre entre la croissance régulière et la restructuration, et à faire progresser la réforme avec un courage à toute épreuve. Nous avons à maintenir inébranlablement le cap de la réforme et de l'ouverture, à travailler énergiquement à la réforme structurelle, à mobiliser l'enthousiasme général en faveur de l'entreprenariat et de l'innovation, à renforcer la prestation de produits et de services publics et à mettre à profit les deux « moteurs » en vue de réaliser un développement moyennement rapide et à un niveau moyennement élevé. C'est ainsi que l'économie chinoise pourra se débarrasser de la malédiction du « piège du revenu intermédiaire », s'engager sur une voie de développement sain et soutenu, et offrir à l'économie mondiale plus d'opportunités.

Comme j'en suis convaincu, tant que la communauté internationale travaillera ensemble pour préserver la paix et la stabilité, préconiser la coexistence harmonieuse et dynamiser l'ouverture et l'innovation, nous saurons surmonter toutes sortes de difficultés et d'obstacles et assurer à notre monde un plus bel avenir.

Je vous remercie.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114