Faire rayonner l'esprit du Tanzam et construire ensemble la communauté de destin Chine-Afrique

2015/07/23

-Allocution de Monsieur Wang Yi Ministre des Affaires étrangères à la cérémonie de lancement du livre
Un monument de l'amitié sino-africaine : Récits de première main sur la construction du Tanzam

(23 juillet 2015)

Excellence Monsieur l'Ambassadeur de Tanzanie Abdulrahaman A. Shimbo,
Excellence Madame l'Ambassadeur de Zambie Getrude Kasuba Mwape,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Distingués Invités,
Chers Amis,

Bon après-midi !

Je tiens à remercier l'Ambassadeur Abdulrahaman A. Shimbo et l'Ambassadeur Getrude Kasuba Mwape pour leurs paroles débordant de chaleur.

Le chemin de fer Tanzam, financé par la Chine et construit conjointement par les peuples chinois, tanzanien et zambien, est connu dans le monde comme un « Chemin de la liberté » contribuant à l'indépendance et à la libération nationales des peuples africains. C'est aussi un « Chemin de l'amitié » symbolisant l'amitié éternelle entre les Chinois et les Africains. Le Tanzam constitue ainsi un monument impérissable dans l'histoire des relations sino-africaines. Lors de sa visite en Afrique en 2013, le Président Xi Jinping a évoqué le Tanzam et est allé spécialement au cimetière des experts chinois pour leur rendre hommage. Il a appelé à faire rayonner l'esprit du Tanzam, et à travailler sur la base des acquis du passé pour avancer avec son temps, ouvrir de nouvelles perspectives et faire fructifier davantage la coopération amicale sino-africaine.

Cette année marque le 45e anniversaire de la mise en chantier et le 40e anniversaire de la mise en service du Tanzam. En cette année mémorable, est édité officiellement Un monument de l'amitié sino-africaine : Récits de première main sur la construction du Tanzam, livre rédigé par le Département de la Planification politique du Ministère chinois des Affaires étrangères. Riche en récits de première main, cet ouvrage nous invite à revivre les exploits historiques réalisés par les peuples chinois et africains dans la construction du Tanzam et nous offre une nouvelle opportunité d'envisager l'avenir radieux du nouveau partenariat stratégique sino-africain au 21e siècle.

À cette occasion, au nom du Ministère des Affaires étrangères, je voudrais souhaiter une chaleureuse bienvenue à tous les invités ici présents et exprimer mes sincères remerciements à tous ceux ayant participé à la rédaction et à la publication de cet ouvrage. Aujourd'hui sont parmi nous l'ancien Vice-Ministre des Chemins de fer Sun Yongfu et plusieurs témoins de la construction du Tanzam. Applaudissons chaleureusement pour les saluer et exprimer notre haute estime à eux et à tous nos prédécesseurs qui ont contribué au développement des relations sino-africaines.

Le Tanzam est un monument éternel, parce que non seulement il a apporté une contribution historique indélébile à la lutte anti-impérialiste et anti-colonialiste, au développement et au redressement de l'Afrique du Sud-Est, voire de tout le continent africain, mais aussi il incarne un grand esprit que les peuples chinois, tanzanien et zambien ont forgé ensemble tout au long de la construction du chemin de fer, laissant ainsi un héritage précieux aux générations suivantes.

L'esprit du Tanzam, c'est un esprit de respect mutuel et d'égalité. Ayant toutes les deux profondément souffert de l'agression et de l'oppression du colonialisme et de l'impérialisme, la Chine et l'Afrique s'attachent particulièrement à l'indépendance souveraine et à l'égalité entre les nations, et réprouvent et combattent farouchement les actes hégémoniques de malmener les faibles. On peut dire que les relations sino-africaines reposent dès le début sur une parfaite égalité entre la Chine et l'Afrique. La construction du Tanzam est justement un témoignage authentique du respect mutuel et du traitement d'égal à égal entre les deux parties. Mao Zedong, Liu Shaoqi, Zhou Enlai et d'autres dirigeants chinois de l'ancienne génération ont souligné à plusieurs reprises aux dirigeants tanzaniens et zambiens que la souveraineté du Tanzam leur appartenait entièrement, et qu'aucune aide ou aucun prêt de la Chine n'était assorti de privilège ou de condition politique. Tout au long des travaux, les constructeurs chinois mangeaient et travaillaient ensemble avec les ouvriers locaux, et ne jouissaient d'aucun traitement privilégié. La coopération entre les trois pays se basait strictement sur le respect mutuel de leurs systèmes économiques et sociaux et sur la non-ingérence mutuelle dans leurs affaires intérieures. Comme l'ancien Président tanzanien Julius Nyerere l'a affirmé lors de la cérémonie de remise, la Chine ne s'est jamais ingérée dans les affaires politiques et économiques de Tanzanie et de Zambie, et tout s'est fait sur un pied d'égalité. Les faits ont donné tort à certains occidentaux qui pensaient que le Tanzam serait un instrument de la Chine pour contrôler la Tanzanie et la Zambie. Bien au contraire, il est devenu un symbole de l'autonomie des pays africains, désormais capables de déterminer leurs propres destins, et du traitement d'égal à égal entre les peuples chinois et africains.

L'esprit du Tanzam, c'est un esprit de lutte tenace et persévérant. Projet grandiose mais difficile, la construction du Tanzam était compliquée sur le plan technique et confrontée à des conditions de travail pénibles. Certains pensaient que ce serait une mission impossible pour la Chine, la Tanzanie et la Zambie de construire ce chemin de fer rien que par leurs propres forces. Pourtant, les gouvernements et les peuples des trois pays, forts de leur ferme conviction et de leur persévérance extraordinaire, ont déployé des efforts inlassables en frayant des chemins à travers les montagnes et les fleuves, et achevé en moins de six ans la construction du Tanzam dont les colonialistes avaient tant parlé des décennies durant. Plus de 160 constructeurs y ont péri, y compris plus de 60 Chinois. Au cours du demi-siècle écoulé, le Tanzam a résisté aux épreuves du temps. Un groupe spécial envoyé par les Nations Unies a inspecté sur le terrain le Tanzam et l'a qualifié du meilleur chemin de fer en Afrique. Face à l'inondation extrêmement violente qui a frappé la Tanzanie en 1998, certains chemins de fer ont été détruits, alors que le Tanzam est resté intact. Force est de reconnaître qu'en raison des grands changements des conditions internes et externes, ce chemin de fer fait face aujourd'hui à des difficultés en matière d'exploitation. Mais nous avons la détermination et la confiance qu'avec les efforts des trois pays et à travers des consultations amicales d'égal à égal, une solution fondamentale sera trouvée pour redynamiser le Tanzam et faire de ce chemin de la liberté et de l'amitié d'hier un chemin du développement et de la prospérité dans la nouvelle époque qui continuera à contribuer, comme par le passé, au développement et au redressement de l'Afrique.

L'esprit du Tanzam, c'est un esprit internationaliste désintéressé. Dans les années 1960 et 1970, alors que le PIB par habitant en Chine n'était que de 100 dollars américains et que l'économie chinoise était très difficile, la Chine a décidé résolument d'aider à construire le Tanzam. Si nous l'avons fait ainsi, c'est que nous considérons l'Afrique comme un ami sincère et que nous voulons remplir notre part d'obligation pour l'indépendance nationale en Afrique. Comme le Premier Ministre Zhou Enlai l'a dit, nous devons avoir le courage d'aider nos frères africains, car nous sommes internationalistes. Encouragés par l'esprit du Tanzam, les constructeurs chinois, tanzaniens et zambiens, unis comme les membres d'une même famille, ont inscrit ensemble un chapitre brillant dans les annales de la coopération solidaire sino-africaine. L'ancien Président zambien Kenneth Kaunda a déclaré avec émotion que les peuples tanzanien et zambien étaient désormais triomphalement unis avec le peuple chinois, et que personne ni aucun pays ne pouvait les séparer. En 2013, le Président Xi Jinping s'est rendu en Afrique lors de son premier déplacement à l'étranger après sa prise de fonction. Il a avancé explicitement, à cette occasion, la juste conception des principes et des intérêts, selon laquelle il faut aider autant que possible les pays sous-développés et mettre toujours les principes au-dessus des intérêts. C'est justement une belle illustration de l'esprit Tanzam dans la nouvelle époque.

Mesdames et Messieurs,

L'esprit du Tanzam est un lien intemporel qui unit étroitement les peuples chinois et africains depuis plusieurs décennies. Il traduit l'essence des relations sino-africaines, incarne l'aspiration commune des Chinois et Africains et porte en soi une dynamique impérissable pour la coopération Chine-Afrique.

Actuellement, la Chine comme l'Afrique se trouvent à une phase cruciale de développement. Continent sous-développé d'autrefois, l'Afrique est devenue une terre d'avenir et de développement, qui avance à grands pas vers les objectifs fixés par l'Agenda 2063 de l'Union africaine. Quant à la Chine, elle œuvre inlassablement à la réalisation des objectifs des « deux centenaires » et du rêve chinois du grand renouveau de la nation chinoise. Plus que jamais, la Chine et l'Afrique partagent des intérêts communs importants et leur coopération s'avère solide et prometteuse. Dans le nouveau contexte, nous resterons fidèles à l'esprit du Tanzam tout en veillant à l'enrichir par de nouveaux apports de notre époque, et nous travaillerons la main dans la main avec les amis africains pour construire la communauté de destin Chine-Afrique et impulser fortement la coopération sino-africaine.

Nous travaillerons à favoriser les synergies entre les stratégies de développement chinoise et africaines. Vu le raffermissement continu de la confiance politique mutuelle et la forte complémentarité économique entre la Chine et l'Afrique, d'importantes opportunités historiques se présentent pour développer des synergies entre les stratégies de développement chinoise et africaines. Guidés par le principe dit « sincérité, pragmatisme, amitié et franchise » de notre politique africaine avancé par le Président Xi Jinping et la juste conception des principes et des intérêts, nous ferons avancer la coopération sino-africaine dans les « six grands chantiers » proposés par le Premier Ministre Li Keqiang lors de sa visite en Afrique et favoriserons la montée en gamme de cette coopération pour l'élargir au-delà des simples échanges commerciaux aux domaines plus vastes, y compris les investissements, de sorte à aider l'Afrique à faire rapidement de ses ressources humaines et naturelles un atout de développement économique. Sur les grands sujets du développement tels que l'élaboration du Programme de développement pour l'après-2015 et la lutte contre le changement climatique, nous continuerons à intensifier la concertation et la coordination avec les pays africains pour faire en sorte que la communauté internationale répondent en priorité aux difficultés et défis qu'affrontent les pays en développement, notamment les pays africains.

Nous travaillerons à soutenir l'industrialisation et la modernisation de l'Afrique. Le Tanzam a joué un rôle d'impulsion important dans la quête de l'indépendance politique des pays africains. Aujourd'hui, la Chine est déterminée à accompagner les frères africains dans leurs efforts d'industrialisation et de modernisation pour acquérir une véritable indépendance économique. Dans les domaines de la construction des infrastructures et du développement industriel, fondements de l'industrialisation et de la modernisation, la Chine possède des moyens d'investissement et de construction assez importants et des capacités de production de qualité et abondantes. Nous renforcerons, selon les besoins réels des pays africains, notre coopération avec l'Afrique en matière de capacités de production, notamment dans les domaines des infrastructures et de l'industrie manufacturière, avec une priorité donnée au développement des réseaux du ferroviaire de grande vitesse, des autoroutes et de l'aviation régionale en Afrique, et nous veillerons à un transfert ordonné des capacités de production d'équipement et des technologies dont l'Afrique a le plus grand besoin pour son industrialisation, tout cela dans le but d'une amélioration rapide des capacités d'autodéveloppement des Africains.

Nous travaillerons à construire le partenariat sino-africain pour la paix et la sécurité. La paix est un préalable au développement, et la stabilité, une garantie pour la coopération. Parmi les membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU, la Chine est le premier contributeur des casques bleus déployés en Afrique. À l'avenir, nous accroîtrons davantage notre engagement dans la paix et la sécurité du continent africain, soutiendrons fermement les efforts des peuples africains pour résoudre par eux-mêmes les questions africaines, mettrons effectivement en œuvre l' « initiative du partenariat sino-africain pour la paix et la sécurité », accompagnerons activement la construction du mécanisme de sécurité collective africaine, et appuyerons les pays africains dans leurs efforts du renforcement des capacités de maitien de la paix et de lutte contre la piraterie, afin d'apporter une plus grande contribution à la promotion de la paix et de la stabilité en Afrique.

Nous travaillerons à accompagner la mise en place et l'amélioration des systèmes de santé publique en Afrique. La Chine soutient fermement et depuis toujours la santé publique en Afrique. Actuellement, près de 1 000 médecins et infirmières chinois travaillent dans 42 pays africains. Depuis l'éclatement de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest l'année dernière, la Chine, premier pays à acheminer par avion charter des matériels d'aide dans les zones touchées, a accordé une aide totalisant 750 millions de yuans RMB aux pays africains concernés et y a dépêché plus de 1 000 professionnels et experts médicaux. Il s'agit là de l'effort d'aide le plus long, le plus étendu, le plus vaste et le plus important jamais réalisé par la Chine nouvelle face aux crises sanitaires internationales. Nous voulons continuer à mettre nos atouts spécifiques au service du renforcement des capacités des pays africains dans les domaines de la prévention et du contrôle des maladies et de la mise en place et de l'amélioration des systèmes de santé publique.

Distingués invités,

Chers amis,

Cette année marque le 15e anniversaire de la création du Forum sur la coopération sino-africaine. Une nouvelle conférence du Forum aura lieu vers la fin de l'année en Afrique du Sud. Ensemble, la Chine et les pays africains travailleront à faire rayonner l'esprit du Tanzam, à identifier de nouvelles mesures pour l'approfondissement de la coopération pragmatique tous azimuts Chine-Afrique, à approfondir et consolider davantage le nouveau partenariat stratégique sino-africain, afin de créer un meilleur avenir de la coopération gagnant-gagnant des peuples chinois et africains et d'apporter une plus grande contribution à la paix et au développement dans le monde.

Je vous remercie.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114