Conférence de presse du 8 février 2017 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang

2017/02/08

Q : Selon des sources d'information, le Bureau de la Première Ministre britannique a annoncé le 7 février que la Première Ministre Theresa May se rendrait en visite en Chine dans l'année, cela démontre le resserrement des relations sino-britanniques. Pourriez-vous le confirmer ? On rapporte que sur fond du « Brexit », la Première Ministre britannique veut renforcer les relations avec d'autres grands pays du monde à travers les visites. Comment voyez-vous le développement futur des relations sino-britanniques ?

R : Ces dernières années, les relations sino-britanniques affichent un bon élan de développement. En septembre dernier, en marge du Sommet du G20 à Hangzhou, le Président Xi Jinping et la Première Ministre Theresa May se sont rencontrés pour la première fois et ont réaffirmé que les relations entre la Chine et le Royaume-Uni vivaient leur « âge d'or ». En cette année du 45e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques au niveau d'ambassadeur entre la Chine et le Royaume-Uni, les relations sino-britanniques ont devant elles de nouvelles opportunités. Nous serons heureux d'accueillir la Première Ministre Theresa May en Chine au moment opportun, et nous sommes prêts à travailler ensemble avec le Royaume-Uni à un développement soutenu, sain et régulier du partenariat global stratégique mondial sino-britannique tourné vers le 21e siècle.

En ce qui concerne le « Brexit », nous nous sommes exprimés maintes fois là-dessus. Nous suivons de près le déroulement des négociations entre le Royaume-Uni et l'UE qui sont tous deux acteurs importants sur la scène internationale. Nous sommes convaincus que les négociations déboucheront sur un accord gagnant-gagnant. Un Royaume-Uni et une Europe prospères, stables et ouverts sont dans l'intérêt des différentes parties. La Chine veut continuer à travailler ensemble avec l'UE à un partenariat pour la paix, la croissance, la réforme et la civilisation.

Q : La Réunion des Ministres des Affaires étrangères du G20 se tiendra la semaine prochaine en Allemagne. Quelles sont vos attentes pour cette réunion ? Le Ministre Wang Yi y sera-t-il présent ?

R : La Réunion des Ministres des Affaires étrangères du G20 est une réunion ministérielle importante organisée par la présidence allemande cette année. Nous y attachons une haute importance. Les informations sur la participation chinoise à cette réunion seront communiquées dès que possible. Veuillez les suivre.

Q : La Conférence des Nations Unies sur les Océans se tiendra juin prochain à New York. Une série de réunions préparatoires sont prévues à New York dans les prochains jours. Pourriez-vous nous présenter les informations sur la présence de la Chine à ces réunions et sa position sur la question de l'océan ?

R : Conformément aux résolutions pertinentes de l'Assemblée générale des Nations Unies, la Conférence sur les Océans pour appuyer la mise en œuvre des objectifs de développement durable se tiendra du 5 au 9 juin au siège de l'ONU à New York. Cette conférence a pour objectif d'amener la communauté internationale à accorder une importance accrue au développement durable des océans, à protéger et à exploiter de manière durable les océans et mers ainsi que les ressources maritimes. Nous saluons la tenue de cette conférence et entendons participer activement, aux côtés des autres parties, à la préparation de la conférence et apporter notre part de contribution au développement durable des océans.

Q : La Première Ministre britannique Theresa May sera-t-elle invitée au Forum pour la Coopération internationale sur l'Initiative « Ceinture et Route » prévu en mai prochain en Chine ?

R : Comme je l'ai dit tout à l'heure, nous serons heureux d'accueillir la Première Ministre Theresa May en Chine à une date convenable pour les deux parties. À propos du Forum pour la Coopération internationale sur l'Initiative « Ceinture et Route » qui se tiendra à la mi-mai à Beijing, comme je l'ai dit la semaine dernière, de nombreux pays nous ont déjà fait savoir leur intention d'y participer. Actuellement, les préparatifs du forum progressent bien, des dirigeants des pays asiatiques, européens, africains, latino-américains et autres y seront invités. Les informations supplémentaires seront communiquées dès que possible.

Q : Selon le Groupe Lotte de la République de Corée, l'autorité compétente chinoise a suspendu un projet immobilier de plusieurs milliards de dollars américains du Groupe Lotte à Shenyang. Pourquoi cette suspension ? Est-ce lié à la décision de la République de Corée de déployer le système THAAD ?

R : Je ne dispose pas d'informations sur le projet que vous évoquiez.

Sur le principe, les entreprises étrangères sont les bienvenues en Chine pour y investir. Dans le même temps, leurs activités en Chine doivent être conformes aux lois et règlements chinois.

Concernant la question du système THAAD, la Chine s'oppose fermement au déploiement du système de missiles antibalistiques THAAD par les États-Unis et la République de Corée sur le sol coréen. Cette position n'a pas changé.

Q : Selon des sources d'information, la Chine a mis en attente pour des raisons techniques la demande des États-Unis d'inscrire Masood Azhar sur la liste de sanctions du Comité 1267 du Conseil de Sécurité. Cette demande est pourtant soutenue par presque tous les États membres sauf la Chine. Cette mise en attente par la Chine n'est pas une première. Les relations sino-indiennes seront-elles impactées ? Cette fois-ci, la demande est formulée par les États-Unis et non par l'Inde, qu'en pensez-vous ?

R : L'année dernière, le Comité 1267 du Conseil de Sécurité a discuté de la question de l'inscription de Masood Azhar sur la liste de sanctions. En raison de la divergence de vues entre les pays membres, aucun consensus n'a été dégagé. Pour le moment, les conditions ne sont pas toujours réunies pour que le comité parvienne à un consensus et à une décision sur la demande d'inscription renouvelée. La mise en attente de la demande par la Chine pour des raisons techniques a pour objectif de donner plus de temps aux consultations entre les parties concernées. Cela se fait dans la conformité avec les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et le règlement intérieur du Comité 1267.

Le Conseil de Sécurité et ses organes subsidiaires ont leurs propres règlements intérieurs. Quel que soit le pays soumettant la demande, nous espérons et avons la certitude que tous les membres du Comité 1267 agiront dans le respect de ces règlements. La Chine et l'Inde ont échangé sur cette question. Nous ne voulons pas que cette question impacte les relations sino-indiennes.

Q : Certains disent que la Chine a procédé à la mise en attente technique à la demande du Pakistan. Comment réagissez-vous ?

R : Nous agissons au sein du Conseil de Sécurité et de ses organes subsidiaires en observant strictement leurs règlements intérieurs. Nous avons eu plusieurs échanges de vues avec l'Inde et d'autres parties concernées. La mise en attente technique est pour donner plus de temps aux consultations entre les parties concernées. Cela aidera le Conseil de Sécurité et ses organes subsidiaires à parvenir à un consensus international bien fondé.

Q : Le Comité 1267 du Conseil de Sécurité a discuté de la question de l'inscription de Masood Azhar sur la liste de sanctions pour la première fois en mars dernier. À ce moment-là, la Chine a procédé à une mise en attente. Le comité réexaminera ce dossier dans six mois, soit un an et demi après la première discussion sur cette question. Croyez-vous que ce délai suffira aux différentes parties pour parvenir à une décision ?

R : Ce qui importe, ce n'est pas la longueur du délai, mais l'engagement d'amples consultations pour parvenir à un consensus.

Q : Hier, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a conseillé aux États-Unis de réviser l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Si les États-Unis ne tiennent pas une position neutre sur la question de la Mer de Chine méridionale, les relations sino-américaines seront-elles compromises ? Un conflit armé est-il probable entre les deux pays ?

R : Je suis convaincu que vous avez noté les informations sur la déclaration du Ministre Wang Yi lors de la conférence de presse conjointe avec la Ministre australienne des Affaires étrangères Julie Bishop. Ces informations sont très détaillées et je ne les reprendrai pas ici.

La position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale est très claire. Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, la Chine ne veut entrer en conflit avec aucun pays. La préservation de la paix, de la stabilité et de la sécurité dans la région de la Mer de Chine méridionale est dans l'intérêt de toutes les parties.

Q : Vous avez dit tout à l'heure que les différentes parties n'ont pas pu parvenir à un consensus sur la question de l'inscription de Masood Azhar sur la liste. Pour quelles raisons selon vous ?

R : Le Conseil de Sécurité et ses organes subsidiaires ont leurs propres règlements intérieurs concernant les consultations internes. Tous les détails ne sont pas rendus publics. Depuis des années, les parties concernées agissent dans le strict respect de ces règlements. Nous espérons sincèrement que les différentes parties auront suffisamment de temps pour mener des consultations et parvenir à un consensus solidement fondé et largement soutenu par la communauté internationale.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114