Imprimer
Recommander à
Page d'accueil > Services presse médias > déclarations de porte-parole > Conférence de Presse
 
Conférence de presse du 13 juin 2006

2006/06/13


Dans l'après-midi du 13 juin, la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Jiang Yu a tenu une conférence de presse régulière.

Jiang Yu : Bonjour à tous ! Je m'appelle Jiang Yu. En tant que nouvelle porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, je suis prête à établir avec vous d'excellentes relations professionnelles dans mon futur travail. Je n'ai pas de nouvelle à vous annoncer aujourd'hui. Maintenant, je suis prête à répondre à vos questions.

Q : La cour nationale espagnole a été récemment saisie d'un procès intenté par l'organisation pour l'« indépendance du Tibet » et l'organisation du « Falungong ». avez-vous un commentaire à cet égard ?

R : L'accusation de ces organisations est de pure invention et de calomnie. Elle vise, avec un dessein politique évident, à porter atteinte à l'image internationale de la Chine et aux relations sino-espagnoles. Selon le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales universellement reconnues, la cour du pays concerné n'est pas en droit de recevoir ou de juger ce genre de procès.

La Chine et l'Espagne ont déjà établi un partenariat global stratégique, et leur coopération s'avère fructueuse dans les différents domaines. Nous souhaitons que le gouvernement espagnol traite de façon adéquate les questions concernées afin d'assurer, grâce aux efforts conjugués de part et d'autre, un développement sain des relations sino-espagnoles.

Q : Ma question porte sur le nucléaire iranien. Lors de la rencontre entre le Président Hu Jintao et le Président iranien, quel sera le message que la Chine comptera passer à l'Iran sur cette question ?

R : L'Iran est un pays observateur de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Conformément aux règlements intéressés de l'OCS et au consensus obtenu suite aux consultations entre les pays membres, la Chine a invité le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad à participer au sommet de l'OCS. Au cours de ce sommet, le Président Hu Jintao aura des entretiens bilatéraux avec les dirigeants des pays membres et des pays observateurs de l'Organisation. Les derniers arrangements concernés sont en cours.

Sur le dossier nucléaire iranien, à notre avis, de nouvelles opportunités sont offertes à la solution pacifique de cette question par voie diplomatique et de négociations. La Chine apprécie l'intention exprimée par l'Iran d'examiner sérieusement les projets s'y rapportant, et souhaite que l'Iran puisse y réagir positivement afin de créer des conditions favorables à la reprise des négociations. Seules les négociations permettent de résoudre les différends. La Chine souhaite également que toutes les parties concernées puissent continuer de faire preuve de patience et de retenue et prendre davantage d'initiatives aidant à la reprise des négociations.

Q : Selon un rapport de l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty international, rendu public plus tôt dans la semaine, le fait que la Chine exporte des armes vers le Myanmar, le Soudan et le Népal et autres pays conduit à l'aggravation des conflits armés de certains pays. Quel est votre commentaire à ce sujet ? La Chine applique-t-elle des mesures de surveillance et de contrôle des armes après leur exportation ? Comment garantir que ces armes exportées ne sont pas utilisées à des fins immorales ?

R : Les critiques de l'organisation en question sont dénuées de tout fondement et contraires à la réalité. La Chine adopte toujours une attitude prudente et responsable à l'égard de l'exportation des produits militaires et observe les trois principes suivants : être favorable à la capacité d'autodéfense légitime des pays bénéficiaires ; ne pas porter préjudice à la paix, à la sécurité et à la stabilité des régions intéressées et du monde ; ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures des pays bénéficiaires.

Dans le domaine du commerce des produits militaires conventionnels, la Chine mène des coopérations normales avec beaucoup de pays, et ces coopérations correspondent aux politiques, aux lois et règlements régissant le commerce des produits militaires de Chine de même qu'aux obligations qu'elle assume sur la scène internationale.

Je voudrais aussi vous fournir à titre de référence des chiffres statistiques. La Chine est un des grands pays qui exportent le moins d'armes à l'extérieur. Selon les statistiques de l'institut de recherche de la paix internationale de Stockholm en Suède, de 2000 à 2004, en ce qui concerne l'exportation des armes conventionnelles, les Etats-Unis ont réalisé un montant de 25,93 milliards de dollars US, tandis que la Chine, 1,436 milliard de dollars US, qui ne représente qu'environ un vingtième de la valeur de l'exportation américaine.

En Chine, l'exportation des produits militaires conventionnels, y compris les petites armes, est soumise à un contrôle selon le Règlement sur la gestion de l'exportation des produits militaires. Il est appliqué en Chine un système de gestion unifiée de l'exportation des produits militaires. Par ailleurs, la Chine a aussi mis en place un régime d'utilisateur final des armes exportées pour éviter la dispersion par une tierce partie de ces armes exportées dans des points chauds et sensibles.

Q : Quelle est la position de la Chine sur la question du Sahara occidental ?

R : La Chine adopte une position conséquente sur la question du Sahara occidental. Nous estimons que cette question doit être résolue de manière appropriée par voie de dialogue et de consultation et sur la base des résolutions pertinentes des Nations Unies. La Chine souhaite que les diverses parties concernées, en partant de l'intérêt général de préserver la solidarité, la stabilité et le développement dans la région, reviennent sur la voie de la consultation amicale. Nous soutenons tout projet acceptable à l'unanimité pour les diverses parties prenantes.

Q : Dimanche dernier, l'Agence de presse Xinhua a parlé de la révocation du maire adjoint de Beijing Liu Zhihua pour cause de corruption. Liu Zhihua avait la charge de l'urbanisme de Beijing. Est-ce que son cas de corruption compromettra les préparatifs des jeux olympiques ?

R : Les officiels concernés de la mairie de Beijing et du comité d'organisation des jeux olympiques se sont déjà exprimés à ce sujet. Le traitement de son cas n'aura aucun impact sur l'organisation des jeux Olympiques.

Q : Selon des reportages des presses américaine et japonaise, la RPDC effectuerait un lancement de missile à titre d'essai. Quelle est la réaction de la Chine à ce sujet ? Hier, la chambre des représentants américaine a adopté une résolution qui condamne la répression de la liberté religieuse en Chine. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Sur votre première question, j'ai pris note de certains reportages. Pour le moment, les pourparlers à six font face à des difficultés. La Chine souhaite que les diverses parties concernées puissent, en faisant preuve de souplesse et de réalisme, travailler dans un même sens et œuvrer davantage à l'accroissement de la confiance pour dissiper les doutes et à la promotion du processus des pourparlers afin de reprendre au plus tôt les pourparlers et de réaliser des progrès.

Sur votre deuxième question, la chambre des représentants américaine, en adoptant la résolution susmentionnée qui se livre à des critiques infondées et à des calomnies malveillantes sur l'état des droits de l'homme et de la religion en Chine, est allée ainsi à l'encontre des principes fondamentaux des relations internationales et s'est ingérée grossièrement dans les affaires intérieures chinoises. La Chine tient à y exprimer son vif mécontentement et sa ferme opposition.

Le gouvernement chinois protège la liberté de croyance religieuse des citoyens chinois en vertu de la loi, et les citoyens chinois jouissent d'une large et pleine liberté de croyance religieuse conformément à la loi. Le peuple chinois est ainsi le mieux placé pour se prononcer sur ce sujet. La Chine applique le principe dit « indépendance et autonomie dans la gestion religieuse » pour toutes les religions. Elle ne permet pas aux forces étrangères d'intervenir dans ses affaires religieuses.

Depuis le lancement de la réforme et de l'ouverture, la Chine a remporté d'énormes succès en matière de progrès social et de développement économique. L'édification sur les plans de la démocratie et de la légalité ne cesse de progresser. Il est connu de tous que le peuple chinois jouit de divers droits de l'homme et des libertés fondamentales conformément à la loi.

Nous voudrions également recommander aux membres du Congrès américain de s'occuper davantage des affaires intérieures de leur pays, de réfléchir plus à la résolution des cas de grave violation des droits de l'homme chez eux, et de cesser de se servir des questions des droits de l'homme et de la religion pour s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine.

Q : Certains experts américains doutent de l'autorité de l'OCS, car une organisation qui prétend lutter contre le terrorisme a accepté un pays comme l'Iran comme observateur. Quels sont vos commentaires ? L'Iran deviendra-t-il un membre à part entière de l'OCS ?

R : Le Sommet de l'OCS aura lieu à Shanghai. Durant ce sommet, les Chefs d'Etat échangeront leurs vues sur le développement de l'OCS et les grands dossiers régionaux et internationaux d'intérêt commun. Ce sommet sera également une occasion pour passer en revue les résultats et expériences obtenus par l'OCS et d'en faire le bilan, afin d'élaborer l'orientation et les mesures pour son développement ultérieur.

L'Iran est l'un des quatre pays observateurs de l'OCS. Conformément aux dispositions pertinentes des documents de l'Organisation et suite à un consensus entre les pays membres, la Chine a invité le Président Ahmadinejad à participer au Sommet. Ce n'est pas la première fois que l'Iran participe à une réunion de l'OCS. L'année dernière, il a été aussi présent au Sommet d'Astana et à la Conférence des Premiers Ministres de l'OCS à Moscou.

Q: Les trois pays de l'UE, les Etats-Unis et la Russie entameraient des négociations directes avec l'Iran sur sa question nucléaire. Est-ce que la Chine y participerait ?

R : La Chine préconise depuis toujours une solution pacifique au dossier nucléaire iranien par voie de négociations diplomatiques. Elle se prononce pour le système international de la non-prolifération et contre la prolifération des armes nucléaires, elle ne veut pas voir de nouvelles incertitudes surgir au Moyen-Orient à cause de la question nucléaire iranienne. Elle est depuis toujours pour l'élaboration par les parties concernées des projets pragmatiques et acceptables par tous, afin de faire progresser les négociations sur cette question. La partie chinoise reste en contacts étroits avec les parties concernées. Récemment, le Président Hu Jintao et le Premier Ministre Wen Jiabao ont respectivement eu une conversation téléphonique avec le Président George W. Bush et la Chancelière allemande Angela Merkel. Le Ministre des Affaires étrangères Li Zhaoxing, de son côté, a eu une conversation téléphonique avec son homologue iranien Manouchehr Mottaki, le Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE Javier Solana et le Ministre espagnol des Affaires étrangères, et une rencontre avec le Vice-Ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi venu en Chine pour des consultations. La partie chinoise continuera à jouer son rôle constructif pour encourager la réconciliation et promouvoir le dialogue. Elle entend travailler avec les parties concernées à une solution adéquate de la question nucléaire iranienne par voie de négociations diplomatiques.

Q: Selon des reportages, le Président vénézuélien Hugo Rafael Chavez Frias effectuera une visite en Chine en septembre prochain. Pourriez-vous nous préciser la date et le but de cette visite ?

R : Je ne suis pas encore au courant de cette information. La Chine et le Venezuela maintiennent des relations normales entre Etats.

Q: Dans la troisième décade du mois de juin, la première réunion du Conseil des Droits de l'homme des Nations Unies se tiendra à Genève. Qui représentera la Chine dans cette réunion ? Quelle proposition la Chine y avancera-t-elle et qu'attendra-t-elle de la première réunion du Conseil des Droits de l'homme ?

R : La première réunion du Conseil des Droits de l'homme aura lieu du 19 au 30 juin à Genève. Le gouvernement chinois y accorde une haute importance. Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi participera à des séances de haut niveau et fera une intervention tandis que l'ambassadeur Sha Zukang, représentant permanent de la Chine auprès de l'Office des Nations Unies à Genève et des autres Organisations internationales en Suisse, sera le chef de la délégation chinoise.

La présente réunion a pour objectif principal de discuter les modes et règles de travail pour le Conseil, les questions d'urgence existant dans le domaine des droits de l'homme sur le plan international. Nous espérons que les différentes parties, en faisant preuve de volonté politique, adoptent des actions concrètes pour garantir que le Conseil respecte les particularités historiques, culturelles et religieuses des différents pays et territoires, facilite le dialogue entre les différentes civilisations, cultures et religions, attache une même importance tant aux droits politiques et civils qu'aux droits économiques, sociaux et culturels, traite les questions des droits de l'homme de façon juste, objective et non sélective et joue effectivement son rôle de protection et de promotion des droits de l'homme, de manière à ce que le recours au double critère et l'antagonisme politique au sein de la Commission des Droits de l'homme ne se reproduisent plus au Conseil.

La délégation chinoise présentera lors de la réunion ses points de vue et avancera ses propositions pour le travail futur du Conseil des Droits de l'homme et participera à l'examen des différents sujets avec une attitude positive et constructive. Nous entendons travailler avec les différentes parties pour que cette réunion soit une réussite et constitue un bon début pour le Conseil.

Si vous n'avez plus de questions, la séance est terminée pour aujourd'hui. Merci et au revoir.


 Imprimer Recommander à