Imprimer
Recommander à
Page d'accueil > informations récentes
 
Propositions chinoises pour promouvoir le règlement politique de la question syrienne

2012/10/31


Le 31 octobre 2012, lors de son entretien avec le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie Lakhdar Brahimi, le Ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi a indiqué que le gouvernement chinois attachait une grande importance à la question syrienne et avait déployé depuis le début des efforts actifs pour un règlement pacifique, juste et adéquat de cette question. Il a avancé, au nom de la partie chinoise, des propositions pour la promotion du règlement politique de la question syrienne. En voici le contenu :

La partie chinoise estime qu'actuellement, la situation en Syrie est chaque jour plus grave. La question syrienne touche aux intérêts fondamentaux du peuple syrien et met en jeu la paix et la stabilité au Moyen-Orient. La communauté internationale suit de très près cette question. La Chine estime que le règlement politique est la seule issue réaliste et que l'avenir et le destin de la Syrie doivent être déterminés par les Syriens eux-mêmes en toute indépendance. Les parties syriennes concernées doivent attacher une haute importance au consensus de la communauté internationale sur le règlement pacifique de la question et y répondre positivement afin d'ouvrir rapidement un dialogue politique inclusif et de définir le système politique et la voie de développement du pays à travers d'amples et patientes négociations et consultations menées sur un pied d'égalité. La souveraineté, l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale de la Syrie doivent être respectées et préservées. La Chine, partant toujours de la défense des buts et principes de la Charte des Nations Unies et des normes fondamentales régissant les relations internationales et ayant à l'esprit la préservation de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient ainsi que des intérêts fondamentaux du peuple syrien, a déployé des efforts inlassables avec la communauté internationale pour trouver une solution juste, pacifique et appropriée à la question syrienne. Afin de promouvoir le règlement politique de cette question, elle propose ce qui suit:

I. Les parties syriennes concernées doivent faire tout leur possible en vue de faire cesser les combats et les violences, coopérer activement avec les efforts de médiation déployés par le Représentant spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi dans ce sens, et prendre des actions efficaces telles qu'un cessez-le-feu par zone et par étape afin d'élargir la couverture du cessez-le-feu, de réaliser le désengagement et finalement, de mettre fin à tout conflit armé et à tout acte de violence.

II. Les parties syriennes concernées doivent désigner et envoyer rapidement des interlocuteurs valables pour élaborer une feuille de route de transition politique à travers des consultations et mettre en place un organe de gouvernement transitoire largement représentatif avec l'aide du Représentant spécial conjoint Lakhdar Brahimi et de la communauté internationale, en vue de réaliser la transition politique et de mettre rapidement fin à la crise. La continuité et l'effectivité des institutions de l'Etat syrien doivent être préservées afin de garantir une transition sûre, stable et sans à-coups.

III. La communauté internationale doit, avec un sens d'urgence et de responsabilité accru, coopérer pleinement avec le Représentant spécial conjoint, soutenir ses efforts de médiation et mettre effectivement en œuvre le communiqué de la réunion de Genève des Ministres des Affaires étrangères du «Groupe d'action» sur la Syrie, la «proposition en six points» de Kofi Annan et les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité. Les efforts positifs déployés par la Ligue arabe et des pays de la région en vue d'une solution politique de la question doivent être pris en compte.

IV. Les parties concernées doivent prendre des mesures effectives et efficaces pour apaiser la crise humanitaire en Syrie. La communauté internationale doit accroître son assistance humanitaire au peuple syrien afin d'assurer la réinstallation des réfugiés syriens hors de la frontière et de garantir aux personnes en besoin se trouvant à l'intérieur du pays l'accès rapide à l'aide. Le gouvernement et les différentes parties syriennes doivent coopérer pleinement avec les Nations Unies et les institutions neutres concernées dans leurs efforts visant à déployer l'aide humanitaire dans toutes les zones touchées par les conflits et garantir la sécurité de leurs personnels. Dans le même temps, il ne faut pas politiser la question humanitaire ni militariser l'aide humanitaire.


 Imprimer Recommander à