Conférence de presse du 15 janvier 2024 tenue par la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Mao Ning

2024-01-15 23:00

AFP : Une délégation américaine de haut niveau a rencontré Lai Ching-te et Tsai Ing-wen à Taïwan aujourd’hui. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Mao Ning : L’élection de direction de la région de Taïwan est une affaire locale de la Chine. La Chine s’oppose fermement à ce que les États-Unis aient une quelconque forme d’interaction officielle avec Taïwan et s’immiscent dans les affaires de Taïwan de quelque manière que ce soit et sous quelque prétexte que ce soit. Nous demandons instamment aux États-Unis de bien comprendre l’extrême complexité et la sensibilité de la question de Taïwan, de respecter sincèrement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints Chine-États-Unis, et d’agir sérieusement conformément aux engagements réaffirmés à plusieurs reprises par les dirigeants américains de ne pas soutenir l’« indépendance de Taïwan », « deux Chines » ou « une Chine, un Taïwan », et de ne pas chercher à utiliser la question de Taïwan comme un outil pour contenir la Chine. Les États-Unis doivent faire preuve d’une extrême prudence dans la gestion des questions liées à Taïwan et ne doivent pas obscurcir ou affaiblir le principe d’une seule Chine sous quelque forme que ce soit, ni envoyer des signaux erronés aux forces sécessionnistes visant à l’« indépendance de Taïwan ».

CCTV : Le gouvernement de la République de Nauru a officiellement annoncé sa décision de reconnaître le principe d’une seule Chine, de rompre les soi-disant « liens diplomatiques » avec les autorités de Taïwan et de chercher à rétablir des relations diplomatiques avec la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Mao Ning : En tant que pays souverain et indépendant, la République de Nauru a annoncé qu’elle reconnaissait le principe d’une seule Chine, qu’elle rompait les soi-disant « liens diplomatiques » avec les autorités de Taïwan et qu’elle cherchait à rétablir des relations diplomatiques avec la Chine. La Chine apprécie et salue la décision du gouvernement de la République de Nauru.

Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois et le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine. C’est ce qui a été affirmé dans la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies et qui fait l’objet d’un consensus général au sein de la communauté internationale. La Chine a établi des relations diplomatiques avec 182 pays sur la base du principe d’une seule Chine. La décision du gouvernement de Nauru de rétablir les relations diplomatiques avec la Chine montre une fois de plus que le principe d’une seule Chine va dans le sens du courant général de l’histoire. La Chine est disposée à travailler avec Nauru pour ouvrir de nouveaux chapitres des relations bilatérales sur la base du principe d’une seule Chine.

CCTV : Après la publication des résultats des deux élections pour 2024 dans la région de Taïwan, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a déclaré que la Russie s’opposait à toute forme d’indépendance de Taïwan et a appelé toutes les forces extérieures à s’abstenir d’actions provocatrices portant atteinte à la stabilité régionale et à la sécurité internationale. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Mao Ning : Nous apprécions les remarques de la partie russe. En fait, en plus de la Russie, de nombreux pays et organisations internationales, dont l’Indonésie, le Vietnam, le Cambodge, le Laos, le Bangladesh, les Philippines, le Sri Lanka, le Népal, l’Afrique du Sud, l’Égypte, l’Éthiopie, le Zimbabwe, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Bélarus, la Serbie, la Hongrie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Cuba, le Venezuela, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et la Ligue arabe, en publiant des déclarations et des communiqués de presse ou en répondant aux questions de la presse, ont réaffirmé publiquement leur attachement au principe d’une seule Chine, leur soutien ferme aux efforts de la Chine pour préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale de la nation, leur opposition à toute forme d’« indépendance de Taïwan » et leur soutien à la cause de la réunification de la Chine. Cela représente l’appel à la justice et à la paix de la communauté internationale, reflète le large consensus de la communauté internationale pour défendre fermement la Charte des Nations Unies et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et incarne la tendance de l’époque et de l’histoire. Nous remercions ces pays pour leur compréhension et leur soutien à la position juste de la Chine.

Quelle que soit l’évolution de la situation sur l’île de Taïwan, le fait fondamental qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde et que Taïwan fait partie intégrante de la Chine ne changera pas. Taïwan n’a jamais été un pays et ne le sera jamais ! Nous sommes convaincus que le consensus général et le modèle solide de l’adhésion de la communauté internationale au principe d’une seule Chine deviendront plus solides. La juste cause du peuple chinois, qui s’oppose à l’« indépendance de Taïwan » et à l’ingérence extérieure et qui s’efforce de réunifier le pays, bénéficiera d’une plus grande compréhension et d’un plus grand soutien.

Phoenix TV : Selon les rapports, le bureau des affaires étrangères de Taïwan a déclaré que les remarques infondées réitérées par la Chine en réponse aux élections de Taïwan, selon lesquelles « la question de Taïwan est une affaire intérieure de la Chine », n’étaient pas conformes à la perception de la communauté internationale ou au statu quo entre les deux rives du détroit. Il a appelé le gouvernement chinois à respecter les résultats des élections et à faire face à la réalité. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Mao Ning : L’élection de direction de la région de Taïwan est une affaire locale de la Chine. Quel que soit le résultat de l’élection de direction de la région de Taïwan, il ne changera pas le fait fondamental qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde et que Taïwan en fait partie. Il ne changera pas non plus le consensus général au sein de la communauté internationale sur l’adhésion au principe d’une seule Chine.

Les deux rives du détroit de Taïwan appartiennent à une seule et même Chine. Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois. il y a 80 ans au Caire, la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni ont publié la Déclaration du Caire, qui stipule clairement que tous les territoires que le Japon avait volés à la Chine, y compris Taïwan, devaient être restitués à la Chine. L’Article 8 de la Déclaration de Potsdam, publiée conjointement par la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union soviétique en 1945, exige que les « termes de la Déclaration du Caire soient appliqués ». Le Japon a accepté la Déclaration de Potsdam et annoncé sa capitulation inconditionnelle. Ces documents, qui ont une valeur juridique internationale, ont jeté les bases historiques et juridiques qui font de Taïwan une partie inaliénable du territoire chinois. Bien que les deux parties du détroit de Taïwan ne soient pas encore réunifiées, la souveraineté et le territoire de la Chine n’ont jamais été rompus et le statut juridique et le fait que Taïwan fait partie du territoire de la Chine n’ont jamais changé. Tel est le véritable statu quo de la question de Taïwan. La Chine parviendra à la réunification nationale complète et Taïwan retournera inévitablement dans les bras de la mère patrie.

NHK : Pourquoi le gouvernement de Nauru a-t-il annoncé sa décision de rompre ses « relations diplomatiques » avec les autorités taïwanaises après les élections à Taïwan ?

Mao Ning : Le gouvernement de Nauru a annoncé qu’il reconnaissait le principe d’une seule Chine, qu’il rompait les « liens diplomatiques » avec les autorités taïwanaises et qu’il cherchait à rétablir des relations diplomatiques avec la Chine. Il s’agit d’un choix fait en toute indépendance par Nauru en tant que pays souverain. Il montre que le principe d’une seule Chine va dans le sens du courant général de l’histoire.

China News Service : Selon les médias taïwanais, les États-Unis, le Japon et plusieurs pays européens ont déclaré qu’ils prévoyaient d’envoyer des délégations dans la région de Taïwan pour « exprimer leurs félicitations » à la suite des élections. Quel est le commentaire du ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Mao Ning : L’élection de direction de la région de Taïwan est une affaire intérieure de la Chine. Quel que soit le résultat de l’élection de direction de la région de Taïwan, il ne changera pas le fait fondamental qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde et que Taïwan en fait partie.

Le principe d’une seule Chine constitue la base politique sur laquelle la Chine s’appuie dans l’établissement de ses relations diplomatiques avec d’autres pays, une norme fondamentale universellement reconnue régissant les relations internationales, ainsi qu’un consensus général au sein de la communauté internationale. Quiconque au sein de la communauté internationale viole le principe d’une seule Chine s’ingère ainsi dans les affaires intérieures de la Chine et porte atteinte à sa souveraineté, et fera face à l’opposition conjointe du peuple chinois et de la communauté internationale. La Chine déplore les actions erronées des pays concernés violant le principe d’une seule Chine, y compris la publication de déclarations et « l’expression de félicitations », et s’y oppose fermement. Nous avons déposé des représentations solennelles. 

Comme je l’ai présenté, après les élections dans la région de Taïwan, de nombreux pays et organisations internationales ont publiquement réitéré leur attachement au principe d’une seule Chine, exprimé leur opposition à l’« indépendance de Taïwan » sous toutes ses formes et soutenu la réunification de la Chine. C’est la voix de la justice et de la paix de la communauté internationale. Nous sommes convaincus que la communauté internationale continuera à adhérer au principe d’une seule Chine et soutiendra la juste cause du peuple chinois dans son opposition au séparatisme de l’« indépendance de Taïwan » et ses efforts pour la réunification nationale.

Global Times : Le 14 janvier, en réponse aux questions des médias sur les élections dans la région de Taïwan, le porte-parole du ministère singapourien des Affaires étrangères a « salué » et « félicité » les élections. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Mao Ning : La Chine a immédiatement entrepris des démarches solennelles auprès de Singapour. Les dirigeants singapouriens ont déclaré à de multiples occasions que la question de Taïwan était « une ligne rouge foncé » pour la Chine. La Chine apprécie cette déclaration et espère voir Singapour respecter strictement le principe d’une seule Chine et maintenir les relations amicales entre la Chine et Singapour par des actions concrètes.

Dragon TV : Selon les rapports, le ministre ghanéen des Finances, Ken Ofori-Atta, a déclaré lors d’une interview le 11 janvier que le Ghana avait reçu de ses créanciers officiels un projet de liste de clauses sur l’allègement de la dette, suffisant pour permettre au Fonds monétaire international (FMI) de débourser 600 millions de dollars au Ghana. Pouvez-vous nous informer de ces derniers développements ?

Mao Ning : La Chine attache une grande importance à la question de la dette du Ghana et a joué un rôle actif de coordination depuis la création du comité des créanciers. Récemment, la Chine a appelé toutes les parties à surmonter les difficultés techniques et à réduire les divergences, ce qui a finalement permis à toutes les parties du comité de parvenir à un consensus sur le plan de traitement de la dette du Ghana lors de la quatrième réunion du comité, le 8 janvier. Certains membres du comité suivent de façon synchronisée des procédures internes. La Chine restera en contact étroit avec toutes les parties et continuera à jouer un rôle positif dans le règlement de la question de la dette du Ghana.

News 1 Korea : La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a annoncé qu’elle avait procédé avec succès au tir d’essai d’un missile balistique à combustible solide de moyenne et longue portée portant une ogive hypersonique le 14 janvier. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Mao Ning : Nous avons pris note des rapports concernés. Toutes les parties doivent affronter sans détour le cœur des problèmes de la péninsule coréenne, faire progresser le règlement politique des questions par le dialogue et la consultation et préserver la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne.

The Paper : Selon certaines informations, l’ancien vice-ministre des Affaires étrangères et ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies, Liu Zhenmin, a succédé à Xie Zhenhua en tant qu’envoyé spécial de la Chine pour le changement climatique. Pouvez-vous confirmer cette information et nous en dire plus ?

Mao Ning : Comme l’a décidé le gouvernement chinois, l’ancien vice-ministre des Affaires étrangères et ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies Liu Zhenmin a succédé à Xie Zhenhua en tant qu’envoyé spécial de la Chine pour le changement climatique. Au cours de son mandat d’envoyé spécial, Xie Zhenhua a apporté une contribution importante à la coopération entre la Chine et les États-Unis en matière de changement climatique et de développement mondial vert et à faible émission de carbone, et a obtenu une large reconnaissance de la part de la communauté internationale.

L’envoyé spécial Liu Zhenmin est un diplomate expérimenté. Il a participé à plusieurs reprises aux négociations multilatérales sur le changement climatique en tant que chef et membre principal de la délégation chinoise. Pendant son mandat de secrétaire général adjoint des Nations unies, il a dirigé le département des affaires économiques et sociales des Nations Unies et a présidé le travail dans les domaines du changement climatique et du développement durable. Nous sommes convaincus que dans ses nouvelles fonctions, l’envoyé spécial Liu Zhenmin continuera à intensifier le dialogue et la coopération avec toutes les parties et à contribuer à la transition mondiale vers un développement vert et à faible émission de carbone et à la construction d’une communauté de vie pour l’humanité et la nature.

Reuters : Un fonctionnaire taïwanais vient de déclarer que la Chine a attiré Nauru avec un soutien financier. Pouvez-vous nous dire combien d’argent la Chine va fournir à Nauru ?

Mao Ning : En tant que pays souverain, la République de Nauru a fait en toute indépendance le bon choix en annonçant qu’elle reconnaissait le principe d’une seule Chine, qu’elle rompait les soi-disant « liens diplomatiques » avec les autorités taïwanaises et qu’elle cherchait à rétablir des relations diplomatiques avec la Chine. Cela démontre pleinement que le principe d’une seule Chine va dans le sens du courant général de l’histoire.

Reuters : L’Ukraine a déclaré ce week-end que la Chine devait participer aux pourparlers de paix. L’Ukraine a-t-elle demandé à la Chine de participer aux pourparlers avec la Russie pour mettre fin à la crise ukrainienne ? L’Ukraine a-t-elle proposé à la Chine d’organiser une rencontre entre le président Volodymyr Zelensky et le Premier ministre Li Qiang à Davos ?

Mao Ning : La position de la Chine sur la crise ukrainienne est cohérente et claire, centrée sur la promotion des pourparlers de paix. Depuis l’escalade complète de la crise ukrainienne, la Chine est restée en contact avec les parties concernées, y compris l’Ukraine. Nous continuerons à travailler avec la communauté internationale pour jouer un rôle constructif dans le règlement politique de la crise et nous saluons et soutenons tous les efforts en faveur de la paix.

Je n’ai pas d’informations à fournir sur ce que vous avez mentionné.

Beijing Youth Daily : Le 14 janvier marque le 100e jour de l’éclatement du dernier conflit palestino-israélien. Lors de sa visite en Égypte, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a échangé des opinions avec la partie égyptienne sur la situation palestino-israélienne. Au cours de sa visite, la déclaration conjointe Chine-Égypte sur la question palestinienne et la déclaration conjointe sur le conflit palestino-israélien entre le ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine et le secrétariat de la Ligue des États arabes ont été publiées. Pourriez-vous nous faire part du point de vue de la Chine sur la situation à Gaza ? Quelles mesures la Chine compte-t-elle prendre pour favoriser un règlement global, juste et durable de la question palestinienne ?

Mao Ning : La Chine est gravement préoccupée par l’escalade continue du conflit à Gaza, qui a fait de nombreuses victimes parmi les civils innocents, a provoqué une grave catastrophe humanitaire et a accéléré les retombées négatives. Depuis l’éclatement du dernier conflit palestino-israélien, la Chine s’est toujours rangée du côté de l’équité et de la justice et a fait de son mieux pour obtenir un cessez-le-feu, rétablir la paix et protéger les civils.

Comme l’a souligné le ministre des Affaires étrangères Wang Yi en Égypte, le cessez-le-feu est la priorité absolue, l’aide humanitaire est la responsabilité morale impérative, l’organisation future de Gaza doit respecter pleinement les aspirations des Palestiniens, et la « solution à deux États » est la seule voie vers un règlement juste de la question palestinienne. La Chine continuera à adopter une position impartiale, à jouer son rôle de grand pays responsable et à travailler sans relâche avec la communauté internationale en vue d’un règlement global, juste et durable de la question palestinienne dans les meilleurs délais.

Reuters : Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a de nouveau appelé à la tenue d’une conférence internationale de paix de plus grande envergure, faisant davantage autorité et plus efficace, afin de mettre fin à la crise de Gaza. Où cette conférence devrait-elle se tenir et qui devrait l’accueillir ? Se tiendra-t-elle en Chine ?

Mao Ning : La Chine appelle à la convocation rapide d’une conférence internationale de paix avec une large participation pour afficher l’autorité internationale, promouvoir la formulation d’une feuille de route contraignante, mettre en œuvre la « solution à deux États » et, sur cette base, faire progresser la reprise des pourparlers de paix entre la Palestine et Israël et œuvrer à la coexistence pacifique entre les deux pays, de manière à réaliser le règlement global, juste et durable de la question palestinienne et à apporter la sécurité et la paix aux peuples de la région. La date et le lieu de la conférence, ainsi que les personnes qui l’accueilleront, doivent faire l’objet d’une consultation entre toutes les parties. La Chine invite les Nations Unies à jouer un rôle positif à cet égard.

Reuters : Le Wall Street Journal a rapporté que la Chine avait demandé aux compagnies aériennes du pays de mener des inspections de sécurité préventives sur les flottes de Boeing 737 MAX après l’incident de l’Alaska Airlines avec le MAX 9. Le journal a également déclaré que Beijing s’abstenait pour l’instant de prendre d’autres mesures importantes en attendant que les enquêtes américaines sur l’accident parviennent à une conclusion plus claire. Le ministère des Affaires étrangères a-t-il un commentaire à faire à ce sujet ?

Mao Ning : Je vous recommande de consulter les services compétents chinois pour cette question.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114