Conférence de presse du 5 juin 2014 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei

2014/06/05

1. Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères de la République de Singapour K. Shanmugam effectuera une visite officielle en Chine du 11 au 14 juin.

2. Ce matin, la 6e Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-arabe s'est ouverte au Grand Palais du Peuple à Beijing. Le Président Xi Jinping a participé à la cérémonie d'ouverture et prononcé un discours. Il a affirmé que les échanges entre les peuples chinois et arabes dans le passé permettaient de rappeler la Route de la Soie et la Route maritime des Épices. Depuis des milliers d'années, a-t-il dit, l'esprit que porte la Route de la Soie – celui de paix, de coopération, d'ouverture, de tolérance, d'inspiration mutuelle et de gagnant-gagnant – s'est transmis de génération en génération et des chapitres brillants ont été inscrits dans les annales des échanges et de l'inspiration mutuelle entre les différentes civilisations. Selon lui, les peuples chinois et arabes ont su se soutenir réciproquement dans la lutte pour la dignité nationale et la souveraineté du pays, s'entraider dans la recherche des voies de développement et la réalisation du redressement national, et s'inspirer mutuellement dans la cause de l'approfondissement des échanges socioculturels et du rayonnement des cultures nationales.

Le Président Xi Jinping a indiqué que les dix ans à venir représentaient une période cruciale pour le développement de la Chine et des pays arabes et que les mêmes missions et mêmes défis de réaliser le redressement national nous appelaient à faire rayonner l'esprit de la Route de la Soie pour promouvoir l'inspiration mutuelle entre les civilisations, respecter le choix de la voie de développement, s'en tenir à la coopération gagnant-gagnant et promouvoir le dialogue et la paix.

Le Président Xi a souligné que la Chine et les pays arabes devaient former une communauté d'intérêts et de destin et mettre en place un cadre de coopération « 1+2+3 » centré sur la coopération énergétique comme axe principal et basé sur la construction d'infrastructures et la facilitation du commerce et de l'investissement en tant que deux piliers, ayant comme leviers trois secteurs de hautes et nouvelles technologies, à savoir le nucléaire, le satellite aérospatial et les nouvelles énergies. Il a invité les deux parties à faire passer d'ici dix ans, le volume du commerce sino-arabe de 240 milliards de dollars américains en 2013 à 600 milliards de dollars américains et le stock des investissements chinois non financiers dans les pays arabes de 10 milliards de dollars américains en 2013 à plus de 60 milliards dollars américains, et à accélérer leurs concertations et faire avancer l'établissement de la zone de libre-échange Chine-Conseil de coopération du Golfe et la participation des pays arabes à la préparation de la banque d'investissement asiatique pour les infrastructures, en vue de récolter rapidement des fruits. La Chine et les pays arabes, a-t-il annoncé, ont décidé de célébrer en 2014 et en 2015 les Années de l'amitié sino-arabe et d'organiser dans ce cadre de multiples activités d'échanges, et, a-t-il poursuivi, dans les trois ans à venir, la Chine envisage de former 6 000 personnes pour les pays arabes dans différents domaines, d'ici dix ans, elle organisera des visites croisées de 10 000 artistes chinois et arabes, et encouragera et soutiendra la coopération entre 200 établissements culturels chinois et arabes.

Le Président Xi Jinping a aussi affirmé que la création du Forum sur la Coopération sino-arabe était un choix stratégique que la Chine et les pays arabes avaient fait pour le développement à long terme des relations sino-arabes, tout en espérant que les deux parties saisiront les nouvelles opportunités offertes par la construction conjointe de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du 21e siècle pour accroître la communication sur leurs politiques respectives, approfondir la coopération pragmatique et innover sans relâche en vue de faire avancer les relations sino-arabes.

La Conférence ministérielle est en cours et nous vous donnerons des informations sur ce sujet en temps opportun.

Q : Dans la déclaration publiée le 4 juin, le G7 s'est dit préoccupé par la situation actuelle en Mer de Chine orientale et en Mer de Chine méridionale. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : La Chine est un acteur déterminé à préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine orientale et en Mer de Chine méridionale, à promouvoir la coopération et le développement des pays de la région, et à défendre les buts et principes de la Charte des Nations Unies, les normes fondamentales régissant les relations internationales ainsi que les principes fondamentaux du droit international. Elle ne souhaite aucunement l'instabilité dans la région avoisinante, y compris en Mer de Chine orientale et en Mer de Chine méridionale. Nous défendons fermement la souveraineté territoriale, les droits et intérêts maritimes et la sécurité nationale, et veillons toujours à préserver l'ordre et la liberté de navigation dans les zones maritimes et aériennes concernées conformément au droit international et à l'usage international. La Chine travaille depuis toujours à résoudre les litiges relatifs à la Mer de Chine orientale et à la Mer de Chine méridionale avec les pays directement concernés sur la base du respect des faits historiques et du droit international et à travers des concertations et négociations bilatérales. Il s'agit là d'un consensus important que nous avons dégagé avec les pays concernés, qui correspond aux intérêts et aux attentes de la majorité des pays et peuples de la région. Ceci dit, nous réagirons avec fermeté aux provocations d'une minorité de pays qui cherchent à bafouer la souveraineté et les droits et intérêts de la Chine et à saboter délibérément la paix et la stabilité en mer.

Les faits ont prouvé maintes fois que les négociations et concertations entre les parties concernées sont l'approche la plus efficace pour résoudre les différends et que l'internationalisation des litiges ainsi que l'ingérence et l'intervention des parties qui ne sont pas concernées n'aident en rien au règlement des problèmes et ne font que les rendre plus difficiles à résoudre, ce qui n'est pas dans l'intérêt de la paix et de la stabilité dans la région. Sur les différends concernés, les pays hors de la région doivent respecter les faits et adopter une attitude impartiale au lieu d'exagérer délibérément la tension, d'attiser l'hostilité et de compliquer la situation dans la région.

Q : Depuis le début de la deuxième phase de l'opération de la plate-forme HYSY 981 sur un autre site, la partie vietnamienne n'a cessé de perturber l'opération chinoise en mer. Les dirigeants et officiels vietnamiens ont indiqué à plusieurs reprises dans les enceintes internationales que l'opération de la partie chinoise se déroulait dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental du Viet Nam et violait sa souveraineté et sa juridiction, et que la partie vietnamienne envisageait d'intenter une action juridique sur les questions concernées. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Après avoir violemment perturbé la première phase de l'opération de la plate-forme de forage HYSY 981 effectuée dans la zone contiguë des îles Xisha, la partie vietnamienne a continué à envoyer, à partir du 27 mai, de nombreux bateaux, y compris des navires militaires, pour perturber continuellement la deuxième phase de l'opération normale de la plate-forme. Jusqu'ici, la partie vietnamienne a heurté au total plus de 1 200 fois les bateaux administratifs chinois chargés d'escorte et de sécurité sur place et posé des objets flottants et d'autres obstacles de taille. Ces actes ont porté gravement atteinte à la souveraineté, aux droits souverains et à la juridiction de la Chine, mis en danger le personnel et les installations chinois, violé le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales et saboté la liberté et la sécurité de navigation en mer. La Chine y exprime sa vive indignation et sa ferme opposition.

L'opération de la deuxième phase de la plate-forme de forage HYSY 981 se déroule au sud-est de l'île Zhongjian des îles Xisha de Chine, à 17 milles marins des lignes de base des eaux territoriales des îles Xisha et à 160 milles marins des côtes vietnamiennes. Tout comme à la première phrase, cette mission s'effectue dans la zone contiguë des îles Xishan de Chine qui ne fait l'objet d'aucun litige. L'opération chinoise relève totalement de la souveraineté, des droits souverains et de la juridiction de la Chine. Cela fait dix ans que l'entreprise chinoise concernée mène dans les eaux adjacentes aux îles Xisha des opérations d'exploration, telles que travaux de prospection sismique 2D et 3D et études du site de puits. Cette nouvelle phase d'opération s'inscrit dans le prolongement de routine des activités d'exploration et est tout à fait légitime et légal.

Face aux provocations vietnamiennes, la partie chinoise a fait preuve de la plus grande retenue et envoyé des navires administratifs et d'autres bateaux civils sur le lieu pour préserver l'ordre de l'activité en mer et assurer la sécurité du personnel et des installations chinois. Cependant, la partie vietnamienne profite de la retenue chinoise pour compliquer la situation et aggraver la tension et a même intensifié ses perturbations. J'aimerais souligner que la Chine a une détermination et une volonté inébranlables de préserver sa souveraineté nationale et ses droits et intérêts maritimes, et de défendre le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales. Elle continuera à répondre avec fermeté à toute action dangereuse de la partie vietnamienne contre la plate-forme de forage chinois. La tentative de la partie vietnamienne de créer des litiges à l'échelle internationale n'aboutira à rien et toutes ses actions visant à amplifier et à compliquer la situation ne pourront que nuire à ses propres intérêts. Ce que la partie vietnamienne doit faire maintenant, c'est de ne se faire aucune illusion, de cesser immédiatement toute provocation et de retirer tous ses navires pour que la tranquillité revienne au plus tôt en mer.

Q : Selon le porte-parole de l'armée thaïlandaise, l'Ambassadeur de Chine en Thaïlande a rendu visite au leader de l'armée thaïlandaise Gen. Prayuth Chan-ocha le 4 juin et cette visite a montré le soutien du gouvernement chinois au régime militaire thaïlandais. Partagez-vous cette remarque ?

R : Veuillez vérifier les propos concernés du porte-parole de l'armée thaïlandaise. A ce que je sache, le commandant suprême de l'armée thaïlandaise Gen. Thanasak Patimaprakorn a rencontré le 3 juin l'Ambassadeur de Chine en Thaïlande Ning Fukui et l'a informé de la situation actuelle dans le pays.

En tant que voisin ami de la Thaïlande, la Chine se réjouit de voir les différentes parties thaïlandaises renforcer le dialogue et la concertation pour réaliser la réconciliation. Nous espérons que la situation reviendra rapidement à la normale dans le pays.

Depuis de longues années, la Chine et la Thaïlande entretiennent des échanges et coopérations excellents dans divers domaines. Nous accordons une grande importance au développement de nos relations d'amitié avec la Thaïlande et entendons travailler avec elle pour continuer à approfondir les relations bilatérales et la coopération mutuellement bénéfique.

Q : Le 4 juin, la Syrie a annoncé officiellement que le Président sortant Bachar al-Assad avait été réélu. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : En Syrie, le conflit entre dans sa quatrième année et a infligé d'énormes souffrances au pays et au peuple. Le gouvernement et l'opposition syriens sont appelés à avoir à cœur l'intérêt général du pays et de la nation, à cesser immédiatement les hostilités et les violences et à se concentrer sur le processus de négociations de Genève. La Chine estime que quelle que soit l'évolution de la situation en Syrie, le règlement politique est toujours la seule issue réaliste pour résoudre la question syrienne et qu'il faut s'en tenir à cette juste orientation.

Q : La cérémonie d'investiture du Président élu de l'Ukraine Petro Porochenko aura lieu le 7 juin. La Chine y enverra-t-elle des représentants ?

R : Le Président Xi Jinping a envoyé il y a peu de temps un message de félicitations au nouveau Président ukrainien Petro Porochenko. La Chine respecte le choix du peuple ukrainien et souhaite maintenir et développer ses relations avec l'Ukraine sur la base du respect mutuel, de l'égalité et du bénéfice réciproque. Nous avons reçu l'invitation de la partie ukrainienne et nous sommes en train de l'étudier. Nous allons communiquer en temps opportun les informations actualisées.

Q : Selon des médias japonais, la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants japonais a récemment décidé d'adopter prochainement une résolution pour protester contre les rapprochements anormaux des avions militaires chinois avec les avions des forces d'auto-défense japonaises en Mer de Chine orientale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine a présenté sa position solennelle sur l'entrée sans autorisation de deux avions de reconnaissance japonais pour engager des activités de reconnaissances et de perturbation dans l'espace aérien au-dessus des eaux dans lesquelles la Chine et la Russie menaient des manœuvres militaires conjointes.

L'organe législatif japonais en a profité pour faire délibérément du tapage sur « la menace chinoise » et noircir l'image de la Chine. C'est extrêmement irresponsable. Cela ne fait que tromper le public, accentuer la confrontation et saboter les relations sino-japonaises. Nous exhortons la partie japonaise à respecter les faits, à procéder à un examen de conscience, à arrêter toute provocation et à faire des efforts concrets pour améliorer les relations sino-japonaises.

Q : Le 29 mai, des officiels onusiens chargés du maintien de la paix ont fait savoir que la Chine enverrait pour la première fois des forces de sécurité de 850 personnes à la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS). Veuillez le confirmer et nous en donner des informations ?

R : Ces dernières années, les relations entre la Chine et l'Afrique progressent dans tous les domaines. Lors de sa récente tournée en Afrique, le Premier Ministre Li Keqiang a exprimé la volonté de la Chine de renforcer davantage sa coopération avec l'Afrique en matière de paix et de développement. Il y a quelques jours, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté à l'unanimité la résolution 2155 relative au Soudan du Sud, confirmant l'augmentation des effectifs de la MINUSS. La Chine prend depuis toujours une part active aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies et est le premier contributeur de casques bleus parmi les membres permanents du Conseil de Sécurité. Des agents de maintien de la paix et de police chinois sont déjà au Soudan du Sud. Pour préserver la paix et la stabilité en Afrique, créer des conditions favorables au développement local et jouer son rôle comme grand pays responsable, la Chine entend apporter une plus grande contribution au règlement adéquat de la question du Soudan du Sud et à la stabilisation de la situation dans le pays.

Q : Hier, Vietnamese TV a diffusé une vidéo, montrant que des navires chinois chassaient et heurtaient deux bateaux vietnamiens et avaient coulé l'un d'entre eux. Est-ce que cela prouve que c'est la Chine qui a mené des actions agressives en Mer de Chine méridionale ? Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : J'ai indiqué tout à l'heure que ces derniers temps, la partie vietnamienne percutaient continuellement les bateaux chinois chargés d'escorter et de protéger l'opération de la plate-forme de forage chinoise au sud de l'île Zhongjian et présenté la situation actuelle. Et maintenant je peux vous donner une réponse plus précise. Dans les eaux concernées, les bateaux chinois sont sur la défensive et les bateaux vietnamiens à l'attaque. Les navires chinois ne sont qu'à 17 milles marins de l'île Zhongjian de Chine, tandis que les bateaux vietnamiens ont fait un long trajet de 160 milles marins pour arriver dans les eaux concernées. Qui provoque des heurts contre l'autre ? Qui crée des tensions sur place ? La réponse est évidente.

Après la conférence de presse, un journaliste a demandé : Les graves crimes de vandalisme commis récemment contre des entreprises étrangères au Viet Nam ont causé de lourdes pertes en vie humaine et en bien matériel pour la partie chinoise. Où en est-il maintenant en ce qui concerne la punition des auteurs et le dédommagement de la partie vietnamienne ?

R : Les graves crimes d'attaque, de sabotage, de pillage et d'incendie à l'encontre d'entreprises étrangères au Viet Nam ont fait subir d'énormes pertes humaines et matérielles à la partie chinoise. Mais jusqu'aujourd'hui, la partie vietnamienne n'a toujours pas indemnisé les personnes et entreprises chinoises victimes des ces crimes. Nous demandons au Viet Nam de prendre effectivement des mesures concrètes pour garantir la sécurité et les biens des ressortissants et des établissements chinois au Viet Nam ainsi que leurs droits et intérêts légitimes, de sanctionner sévèrement les auteurs de crime et de dédommager intégralement la partie chinoise.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114