Conférence de presse du 28 janvier 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

2019/01/28

Q : Nous avons noté que, selon un reportage récent d'un média américain, l'administration américaine a secrètement fait pression sur ses alliés l'année dernière, en leur demandant d'unir leurs efforts pour empêcher Huawei de participer à la construction de réseaux mondiaux 5G. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : J'ai aussi lu le reportage en question. Tout d'abord, je voudrais vous rappeler que le Conseiller d'État Wang Yi, il y a deux jours, a explicitement indiqué la position juste et ferme de la Chine sur la répression d'entreprises chinoises par certains pays étrangers. Il a déclaré que c'est injuste et immoral de noircir l'image d'une entreprise particulière et de la réprimer en mobilisant le pouvoir de l'État. Bien entendu, un pays a le droit de protéger sa sécurité de l'information, mais il n'a aucune raison d'empêcher ou même d'étouffer les activités légales et légitimes d'une entreprise en se basant simplement sur des accusations infondées et sous le prétexte de la sécurité. Tous les pays doivent rester vigilants et résister à de tels actes déraisonnables d'abus d'autorité.

Le reportage que vous avez évoqué, si je me souviens bien, a été publié par le New York Times. Je voudrais citer deux phrases du reportage. La première : « The US views, combined with a lack of hard evidence implicating Huawei in any espionage, have prompted some countries to question whether America's campaign is really about national security or if it is aimed at preventing China from gaining a competitive edge. » La deuxième : « So far, the fear swirling around Huawei is almost entirely theoretical. Current and former American officials whisper that classified reports implicate the company in possible Chinese espionage but have produced none publicly ». Ce sont les termes exacts utilisés par le New York Times.

Les faits sont plus éloquents que les mots, et les faits sont exposés à la vue de tous. Nous exhortons les États-Unis à mettre un terme à leur répression injustifiable contre Huawei et d'autres entreprises chinoises, à créer un environnement équitable et favorable aux investissements bilatéraux et à la coopération normale entre les entreprises chinoises et américaines, et à contribuer davantage à la promotion de la confiance mutuelle et de la coopération entre les deux parties.

Q : Un ministre du gouvernement malaisien a déclaré samedi que la Malaisie annulera un contrat de transport ferroviaire basé sur un investissement chinois. Le gouvernement chinois en a-t-il discuté avec le gouvernement malaisien et quelle est la réaction de la Chine à ce sujet ?

R : J'ai lu aussi des reportages en la matière, mais pour le moment, je ne suis pas au courant des détails.

Autant que je sache, les deux parties ont abouti à ce projet conformément aux principes commerciaux fondés sur l'égalité, les avantages mutuels et le principe de consensus. Les parties chinoise et malaisienne sont en communication sur la question.

Q : Selon des informations, lors de la réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies tenue le 26 janvier pour discuter de la situation au Venezuela, le Secrétaire d'État américain Pompeo a accusé la Chine et la Russie d'avoir fait obstacle à l'adoption d'une déclaration présidentielle par le Conseil de Sécurité, affirmant que la Chine et la Russie tentent de soutenir le « régime échoué » de Maduro. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine suit de près la situation actuelle au Venezuela. Nous soutenons les efforts du gouvernement vénézuélien visant à défendre la souveraineté, l'indépendance et la stabilité nationales. Nous sommes d'avis que tous les pays doivent respecter scrupuleusement les objectifs et les principes de la Charte des Nations Unies et s'opposer à toute intervention extérieure dans les affaires du Venezuela, ainsi qu'à toute tentative d'un pays de s'ingérer dans les affaires intérieures d'un autre pays. Les affaires du Venezuela ne doivent et ne peuvent être choisies et décidées que par le peuple vénézuélien.

Nous espérons que toutes les parties pourront déployer davantage d'efforts pour promouvoir la stabilité et le développement au Venezuela, améliorer les conditions de vie de sa population, et respecteront le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales.

Q : Le Conseiller d'État chinois et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi vient de terminer sa visite en Italie. Nous avons pris note qu'en marge de la visite, les deux parties ont tenu la 9e réunion conjointe du comité gouvernemental Chine-Italie et ont publié un document commun. Que pensez-vous de l'importance de cette visite dans l'approfondissement du partenariat stratégique global sino-italien ?

R : Le 25 janvier, le Conseiller d'État chinois et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a effectué une visite en Italie. Il a rencontré le Premier Ministre italien Giuseppe Conte et s'est entretenu avec le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Enzo Moavero Milanesi. Les deux Ministres des Affaires étrangères ont assisté à la 9e réunion conjointe du comité gouvernemental Chine-Italie et ont publié le document commun de la 9e réunion conjointe du comité gouvernemental Chine-Italie.

Les deux parties sont convenues, en faisant du 15e anniversaire du partenariat stratégique global sino-italien en 2019 et du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 2020 un nouveau point de départ, de renforcer la confiance stratégique mutuelle et la coordination des politiques, d'accroître les synergies entre l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et le plan italien d'investissement et de construction d'infrastructures, de s'opposer ensemble à l'unilatéralisme et au protectionnisme, de favoriser la construction d'une économie mondiale ouverte et d'un partenariat plus étroit.

Le comité gouvernemental Chine-Italie est un mécanisme essentiel pour coordonner et planifier les échanges et la coopération bilatéraux. Pendant cette réunion, plus de 50 membres dudit comité ont procédé à un examen général du développement récent de la coopération bilatérale, et proposé des idées concrètes sur la coopération dans des domaines tels que l'économie, le commerce, la finance, les sciences, l'environnement, le développement durable, les échanges socioculturels, l'application de la loi et la sécurité. Les deux parties ont exprimé, dans le procès-verbal de la réunion, leur volonté de bien mettre en œuvre les projets spécifiques à travers l'intensification des consultations sectorielles pour enrichir sans discontinuer leur partenariat stratégique global.

Q : L'ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum, a été limogé ce week-end après avoir déclaré que ce serait formidable pour le Canada si les États-Unis abandonnaient leur demande d'extradition de Meng Wanzhou. Le gouvernement chinois pense-t-il qu'un tel acte du gouvernement canadien est convenable ? Dans les circonstances actuelles, quelles seraient les conséquences sur les relations sino-canadiennes de la décision de faire assurer la gestion de l'ambassade du Canada en Chine par un chargé d'affaires ad interim ?

R : Cela relève des affaires intérieures du Canada et la Chine n'a aucun commentaire à faire à ce sujet.

Je tiens à souligner que l'affaire Meng Wanzhou n'est absolument pas une affaire purement judiciaire. Il y a de fortes motivations et manœuvres politiques derrière. Le peuple chinois et la communauté internationale le savent très bien. Nous exhortons une fois encore la partie canadienne à faire le bon choix, à libérer immédiatement Mme Meng Wanzhou et à lui garantir son retour en toute sécurité en Chine dans les meilleurs délais.

Q : Lors d'une réunion ministérielle tenue le 25 janvier, 76 membres de l'OMC, dont la Chine, ont signé une déclaration commune exposant leur intention de lancer des négociations sur le commerce électronique. Pourquoi la Chine a-t-elle soutenu cette déclaration commune ? Comment évaluez-vous son importance pour faire avancer la réforme de l'OMC ?

R : J'ai lu des reportages à ce sujet. Je vous invite à vous renseigner auprès du Ministère du Commerce pour plus de détails. Je crois que la cosignature de la déclaration commune sur le commerce électronique par 76 membres de l'OMC a envoyé les signaux clairs suivants :

La plupart des membres de l'OMC sont attachés au multilatéralisme et travaillent à préserver le système commercial multilatéral fondé sur les règles et axé autour de l'OMC, souhaitent que ce système continue à jouer un rôle positif dans la croissance du commerce international et le développement économique mondial.

La plupart des membres de l'OMC se prononcent favorablement quant à des ajustements et à des réformes nécessaires de l'OMC en fonction de l'évolution de la situation et de l'époque, pour résoudre les nouvelles questions qui ont surgi dans le domaine du commerce international à travers des consultations et des négociations, gérer les remarques et les différends de manière constructive en recherchant activement le plus grand terrain d'entente.

En tant que membre important de l'OMC et ferme défenseur du système commercial multilatéral, la Chine est prête à collaborer avec les membres de cette organisation pour faire avancer les négociations sur le commerce électronique dans le cadre de l'OMC et à rester fidèle aux valeurs fondamentales et aux principes fondamentaux de l'OMC, en particulier préserver les intérêts des pays en développement, et s'efforcer de réduire le fossé numérique pour que tous les pays puissent bénéficier du commerce mondial.

Q : Le conglomérat de télécommunications britannique Vodafone a annoncé vendredi dernier avoir suspendu l'utilisation d'équipements fabriqués par Huawei dans ses réseaux centraux en Europe en raison des diverses opinions sur Huawei. J'aimerais savoir quels sont vos commentaires sur la mesure prise par Vodafone.

R : J'ai noté les reportages concernés. Comme je ne suis pas au courant des spécificités de la coopération entre Huawei et la société concernée, je vous conseille de vous renseigner auprès de Huawei pour plus d'informations.

En tant que porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, je peux vous dire qu'il est normal que les entreprises développent différentes formes de coopération. L'essentiel est que cette coopération corresponde aux principes et aux règles commerciaux et respecte les lois et les règlements. Le gouvernement chinois a toujours encouragé les entreprises chinoises à mener une coopération économique à l'étranger selon les principes du marché et les règles internationales, et dans le respect des lois locales. Nous espérons également que les pays concernés pourront créer un environnement équitable, juste et prévisible pour les activités normales des entreprises chinoises et leur coopération avec les entreprises locales.

Q : Deux bombes ont touché une église catholique à Jolo, dans la province de Sulu aux Philippines, le 27 janvier, faisant au moins 20 morts et 81 blessés. L'État islamique a revendiqué ces attentats. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine condamne vivement les attaques violentes contre des civils innocents dans la province de Sulu, aux Philippines. Nous exprimons nos condoléances aux victimes et notre sympathie aux blessés et aux familles des victimes.

La Chine s'oppose au terrorisme sous toutes ses formes et entend coopérer avec la communauté internationale, y compris les Philippines, pour lutter ensemble contre les menaces et les défis terroristes et préserver la paix et la stabilité internationales et régionales.

Q : Juste une question de suivi sur l'ambassadeur canadien en Chine. China Daily a affirmé ce week-end que, même si ce que l'ambassadeur du Canada a dit est juste à 100 %, son pays semble rester sourd à ses paroles et ceux qui ont attaqué McCallum devraient avoir honte. Est-ce que le gouvernement chinois est d'accord avec ce point de vue ?

R : Vous êtes un habitué. Vous devez savoir qu'en général, nous ne répondons pas aux commentaires ou aux reportages spécifiques des médias, ni aux points de vue des chercheurs et des experts.

La Chine a exprimé très clairement sa position sur l'affaire Meng Wanzhou. Je crois que la partie canadienne le sait pertinemment.

Q : Hier soir, le Président Xi Jinping et son épouse Mme Peng Liyuan ont assisté à la représentation de la troupe d'amitié de la RPDC. La troupe fait l'objet d'un accueil de très haut niveau en Chine. Cela est-il lié à la célébration du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre Beijing et Pyongyang ?

R : Je pense que vous avez vu le communiqué de presse pertinent publié par la partie chinoise. Hier, Xi Jinping, Secrétaire général du Comité central du PCC et Président chinois, et son épouse Mme Peng Liyuan, ont assisté à la représentation de la troupe artistique de l'amitié de la RPDC et rencontré le chef de la délégation, Ri Su-yong, membre du Bureau politique du Parti des Travailleurs, Vice-Président du Comité central du Parti des Travailleurs et directeur du département international du Parti des Travailleurs. Il s'agit d'un échange culturel d'importance majeure pour mettre en œuvre l'important consensus auquel sont parvenus les dirigeants des deux partis et des deux pays, et d'un événement important pour célébrer le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la RPDC.

Vous vous souvenez peut-être qu'en novembre dernier, lorsqu'une délégation d'artistes chinois s'est rendue en RPDC pour une tournée d'échanges amicaux, le Président Kim Jong-un a assisté à une représentation donnée par des artistes chinois et coréens, qui a gagné beaucoup d'éloges auprès des spectateurs.

Les échanges artistiques et culturels forment une partie importante avec des caractéristiques distinctives et une longue tradition des relations entre la Chine et la RPDC. Les contacts étroits entre les troupes artistiques de Chine et de RPDC permettront de renforcer considérablement les échanges et l'inspiration mutuelle dans les domaines de la culture et des arts, de consolider la base populaire de l'amitié Chine-RPDC et d'apporter de nouvelles dimensions à l'amitié traditionnelle Chine-RPDC.

Cette année marque le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la RPDC. La Chine entend travailler avec la RPDC pour concrétiser l'important consensus auquel sont parvenus les dirigeants suprêmes des deux partis et des deux pays, renforcer les échanges et la coopération dans divers domaines afin de mieux assurer le bonheur des deux peuples et contribuer activement à la paix, au développement et à la prospérité de la région et du monde.

Q : Le Premier Ministre japonais Shinzo Abe vient de prononcer un discours de politique générale. S'agissant des relations entre le Japon et la Chine, il a rappelé l'importance de renforcer les échanges entre les dirigeants des deux pays et de continuer à faire progresser les relations bilatérales vers une nouvelle étape. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Je n'ai pas encore vu le dernier discours du Premier Ministre Shinzo Abe. A-t-il été publié à l'instant même ? (Le journaliste fait un signe de la tête affirmatif.)

J'ai besoin de connaître le contenu précis de son discours.

Ce que je peux vous dire maintenant, c'est que les relations sino-japonaises sont revenues sur la voie du développement normal l'année dernière. Nous espérons que la partie japonaise se joindra aux efforts de la partie chinoise pour bien mettre en œuvre le consensus dégagé par les dirigeants des deux pays dans le but d'assurer un nouveau développement des relations sino-japonaises dans la nouvelle ère, mieux travailler pour le bonheur des deux peuples et contribuer au maintien de la paix, de la stabilité, du développement et de la prospérité de la région.

Q : Robert Schellenberg fera probablement appel de son jugement. Le gouvernement canadien a déjà exprimé des préoccupations sur la procédure de son jugement. Certains s'inquiètent du fait que son appel ne soit pas traité équitablement par les départements judiciaires chinois. Quelle est votre réaction à cet égard ?

R : Mes collègues ont répondu maintes fois aux questions relatives à l'affaire Schellenberg. L'attitude de la Chine est très claire. La Chine est un État de droit, et tous sont égaux devant la loi. Les crimes liés à la drogue, qui font beaucoup de mal à la société, sont considérés comme des crimes graves dans le monde entier et ils doivent être sévèrement réprimés dans tous les pays. Les autorités judiciaires chinoises ont traité cette affaire dans le strict respect de la loi.

Quant à votre question relative à l'appel, c'est une question juridique très sérieuse et professionnelle. Je vous conseille de vous adresser aux départements compétents.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114