Conférence de presse du 10 juin 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

2019/06/10

Comme convenu par la partie chinoise et la partie africaine, la réunion des coordinateurs pour la mise en œuvre des résultats du Sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) se tiendra les 24 et 25 juin à Beijing. Des responsables ministériels de Chine et des 54 États membres africains participeront à la réunion. L'événement comprendra principalement la cérémonie d'ouverture, les séances plénières, la cérémonie de clôture, la conférence de presse conjointe, le banquet de bienvenue et des dialogues entre les responsables d'institutions financières chinoises et les coordinateurs africains. Les dirigeants du Parti et de l'État chinois seront présents à des activités importantes et auront des rencontres collectives ou bilatérales avec des représentants africains. Une déclaration commune sera publiée sur les résultats et le consensus réalisés lors de la réunion.

Le Sommet de Beijing du FCSA s'est tenu avec succès en septembre 2018, portant les relations sino-africaines à un sommet historique. Après la clôture du sommet, la Chine et les pays africains ont étroitement coopéré pour mettre en œuvre le consensus réalisé par les dirigeants chinois et africains et les résultats obtenus lors du sommet, et obtenu des avancées importantes et les premiers résultats. Dans la situation internationale actuelle marquée par des changements profonds et complexes, les deux parties trouvent nécessaire de tenir une réunion des coordinateurs pour discuter de la mise en œuvre des résultats du sommet de Beijing et orienter la coopération sino-africaine vers un développement durable et de qualité, de sorte que cette réunion obtienne davantage de résultats et profite mieux aux peuples chinois et africains, et montre la vive volonté et la forte détermination des deux parties de renforcer la solidarité et la coopération, de défendre le multilatéralisme afin de bâtir une communauté de destin plus étroite pour la Chine et l'Afrique.

Conformément au principe des consultations, de l'organisation commune et des avantages partagés, la Chine est prête à travailler de concert avec la partie africaine pour bien préparer la réunion et en assurer le succès, et à donner un nouvel élan au partenariat stratégique global Chine-Afrique.

Q : Après la manifestation à Hong Kong, hier, contre l'amendement à l'ordonnance sur les criminels fugitifs et l'ordonnance sur l'entraide judiciaire en matière pénale, les autorités centrales soutiendront-elles encore le gouvernement de Hong Kong, en particulier le chef de l'exécutif, Carrie Lam ? La partie chinoise croit-elle que la manifestation a été incitée en partie par des forces extérieures hostiles ?

R : En ce qui concerne la manifestation et la tentative d'une partie des manifestants de faire irruption dans le Conseil législatif de la région administrative spéciale de Hong Kong après le rassemblement, le gouvernement de la région administrative spéciale a réagi par écrit et le chef de l'exécutif, Mme Carrie Lam, a également exprimé son point de vue aux médias. Je vous suggère d'y prêter attention.

Je voudrais souligner deux points. Premièrement, le gouvernement central continuera de soutenir le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong dans l'avancement de l'amendement aux deux ordonnances. Deuxièmement, nous nous opposons résolument aux propos et actes erronés de la part de toute force extérieure qui s'ingère dans la législation de la région administrative spéciale de Hong Kong.

Question supplémentaire : Quand vous parlez de « force extérieure », de quels pays s'agit-il plus précisément ?

Comme vous l'avez peut-être remarqué, certains pays ont formulé des remarques irresponsables sur la modification des ordonnances. Lors des précédentes conférences de presse, mes collègues et moi avions répondu à cette question, à laquelle l'Office du commissaire de notre Ministère à Hong Kong avait également réagi. Vous pouvez y prêter attention.

Q : Selon le New York Times, la Commission nationale du développement et de la réforme de la Chine a récemment convoqué des entreprises étrangères, telles que Samsung, SK et Microsoft, pour les avertir de ne pas coopérer avec les États-Unis afin d'interdire Huawei. Pouvez-vous confirmer cela et quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit. Je vous conseille de vous renseigner auprès du département compétent si cela vous intéresse.

En tant que porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères, je peux vous dire qu'il est tout à fait normal que les départements compétents chinois rencontrent des sociétés étrangères qui investissent et opèrent en Chine, et procèdent à des échanges de vues avec elles. La porte de la Chine sur le monde est toujours ouverte et ne s'ouvrira que plus largement. Nous œuvrons toujours à améliorer les conditions des affaires et à créer un environnement plus avantageux et plus accueillant pour les investisseurs et entreprises étrangers. Comme toujours, nous souhaitons la bienvenue aux sociétés étrangères qui investissent et opèrent en Chine pour partager les opportunités et les dividendes apportés par le développement de la Chine.

Q : Le 2e Forum sur la coopération Chine-Asie du Sud aura lieu aujourd'hui et demain au Yunnan. Pourriez-vous nous donner plus d'informations à ce sujet ? Qu'attend la Chine du forum ?

R : Le 2e Forum sur la coopération Chine-Asie du Sud se tiendra les 10 et 11 juin à Yuxi, dans la province du Yunnan. Autour du thème « approfondir la coopération régionale pour des résultats avantageux pour tous », le forum vise à promouvoir la coopération globale entre la Chine et les pays d'Asie du Sud en consolidant cette nouvelle plate-forme pour le dialogue politique, le commerce et les investissements, les échanges socioculturels et le partage du savoir-faire selon le principe de la consultation, de la coopération et des avantages partagés. Selon les informations dont je dispose, un document intitulé Vision sur la coopération régionale en matière de développement socio-économique entre la Chine et l'Asie du Sud sera publié lors du forum. En outre, diverses activités telles que le forum des gouverneurs et maires Chine-Asie du Sud, la conférence sur la coopération économique et commerciale, le Forum sur la coopération régionale contre la pauvreté et le Forum sur la coopération Bangladesh-Chine-Inde-Myanmar (BCIM) seront également organisés.

Ces dernières années, l'amitié traditionnelle et la coopération mutuellement avantageuse entre la Chine et les pays d'Asie du Sud ont été renforcées sans discontinuer. La coopération a été fructueuse dans les domaines de l'interconnexion des infrastructures, de l'économie et du commerce, et des échanges socioculturels. Le corridor économique BCIM et d'autres mécanismes de coopération pragmatique se développent sans cesse. Dans le contexte marqué par l'accroissement des facteurs d'incertitude et d'instabilité, et la montée de l'unilatéralisme, du protectionnisme et des actes d'intimidation, la tenue du forum contribuera à raffermir la confiance dans l'ouverture et la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et les pays d'Asie du Sud, et à renforcer leur capacité à jouer un rôle dans la mondialisation et à relever les défis. Cela permettra de stimuler les efforts des différentes parties pour la croissance économique et le mieux-être des populations de la région et d'ouvrir un nouvel horizon pour une coopération globale entre la Chine et l'Asie du Sud.

Q : Hier, en plus de Hong Kong, des rassemblements ont également eu lieu dans certaines villes des États-Unis, du Canada et d'autres pays pour protester contre la modification de l'ordonnance sur les criminels fugitifs par le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong. Les Ministres des Affaires étrangères britannique et canadien ont publié des déclarations selon lesquelles cet amendement affectait le climat des affaires de Hong Kong et sa réputation mondiale. Quelle est la réponse de la Chine à ces préoccupations internationales ?

R : Comme je l'ai dit tout à l'heure, premièrement, le gouvernement central continuera de soutenir fermement le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong pour faire avancer l'amendement aux deux ordonnances. Deuxièmement, nous nous opposons résolument aux propos et actes erronés des forces extérieures qui s'ingèrent dans la législation de Hong Kong. Les préoccupations de certaines personnes sur le climat des affaires à Hong Kong sont tout simplement inutiles à mon avis. Hong Kong figure toujours aux premiers rangs du classement de la Banque mondiale et d'autres institutions multilatérales faisant autorité.

Q : Première question, le 9 juin, le Gouverneur de la Banque populaire de Chine, Yi Gang, a rencontré le Secrétaire américain au Trésor, Mnuchin, en marge de la réunion des Ministres des Finances et des Gouverneurs des banques centrales du G20. Pouvez-vous nous dire de quoi ils ont parlé pendant la réunion ? Y a-t-il de nouvelles avancées sur les questions économiques et commerciales sino-américaines, notamment en ce qui concerne la prochaine étape des consultations ? Deuxième question, l'Administration générale des douanes de Chine a publié aujourd'hui les données d'import-export du mois de mai, selon lesquelles les exportations de terres rares ont chuté de 16 % par rapport au mois précédent. La Chine resserre-t-elle le contrôle de l'exportation des terres rares ?

R : Concernant votre première question, la Banque populaire de Chine a publié un communiqué sur son site web concernant la rencontre du Gouverneur Yi Gang avec le Secrétaire américain au Trésor Mnuchin en marge de la réunion des Ministres des Finances et des Gouverneurs des banques centrales du G20. Je n'ai pas d'autres informations à vous donner pour le moment. Nous avons expliqué à maintes reprises notre position sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines. Nous espérons que les États-Unis pourront se faire une idée juste de la situation, revenir à la raison et agir dans le même sens que la Chine. Les États-Unis sont pleinement responsables des revers actuels dans les négociations commerciales et doivent faire preuve de plus de sincérité avant de reprendre les consultations.

En ce qui concerne les terres rares, la Commission nationale du développement et de la réforme de Chine et le Ministère chinois du Commerce ont pris position à plusieurs reprises. Je n'ai rien à ajouter pour le moment.

Q : Le Secrétaire américain au Trésor Mnuchin a confirmé ce week-end que le Président Xi Jinping et le Président Trump se rencontreraient plus tard ce mois-ci au sommet du G20 à Osaka. La partie chinoise peut-elle confirmer cela aussi ?

R : Nous avons noté les déclarations publiques américaines des États-Unis selon lesquelles ils attendent avec intérêt une rencontre entre les deux Chefs d'État lors du sommet du G20 à Osaka. Nous publierons des informations à ce sujet lorsque nous en aurons.

Nous avons également remarqué que les États-Unis avaient indiqué qu'ils décideraient des mesures en matière de commerce en fonction de la rencontre bilatérale au sommet d'Osaka. Je voudrais indiquer que la position de la Chine sur les frictions commerciales et les consultations entre la Chine et les États-Unis est claire et ferme. Nous ne voulons pas la guerre commerciale, mais nous ne la craignons pas non plus. Si les États-Unis sont prêts à mener des consultations sur un pied d'égalité, notre porte est grande ouverte. Mais s'ils persistent dans l'escalade des frictions commerciales, nous y répondrons avec résolution et nous sommes prêts à aller jusqu'au bout.

Question supplémentaire : Y a-t-il une raison pour laquelle la partie chinoise ne peut pas confirmer cette rencontre bilatérale ?

R : Comme je l'ai dit, nous avons noté les nombreuses déclarations ouvertes de la partie américaine faisant connaître son souhait de prévoir une rencontre entre les deux Chefs d'État en marge du sommet du G20 à Osaka. Nous publierons des informations à ce sujet lorsque nous en aurons.

Q : La Chine pense-t-elle qu'il est possible d'amender à nouveau les textes des « deux ordonnances » ? Ou pourront-ils être adoptés comme une loi après l'amendement ?

R : Votre question semble aller au-delà des réponses du porte-parole de notre Ministère. Je vous conseille de vous renseigner auprès du gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong.

Je peux vous dire que, d'abord, le gouvernement central continuera d'appuyer fermement le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong pour faire avancer l'amendement aux deux ordonnances. Ensuite, nous nous opposons résolument aux propos et actes erronés de la part des forces extérieures qui s'ingèrent dans la législation de la région administrative spéciale de Hong Kong.

Q : En ce qui concerne la protestation de Hongkongais contre l'amendement à l'ordonnance sur les criminels fugitifs, comment le gouvernement chinois envisage-t-il la volonté populaire représentée par les manifestants ? Pensez-vous qu'ils exprimaient une demande raisonnable ?

R : Vous semblez être très intéressé par les affaires de Hong Kong.

Le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong a exprimé sa prise de position et le chef de l'exécutif a fait connaître son point de vue aux médias à ce sujet. Je tiens à ajouter deux mots ici. Depuis février dernier, le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong a largement écouté les avis des différents milieux de Hong Kong sur l'amendement des ordonnances concernées. En réponse aux conseils et suggestions, le projet a été modifié à deux reprises. À ma connaissance, plus de 800 000 Hongkongais ont participé aux activités soutenant l'amendement visant à protéger la sécurité de Hong Kong. Cela montre bien que la majorité de la population de Hong Kong soutient l'amendement des ordonnances par le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong.

Je voudrais réaffirmer l'appui résolu des autorités centrales au gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong pour faire avancer la modification des deux ordonnances.

Q : Vous avez évoqué le Forum sur la coopération BCIM. Selon des sources, ce corridor économique n'a pas été évoqué au 2e Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale. Il semble donc que la Chine ait abandonné sa construction parce qu'elle n'avait fait aucun progrès. Pouvez-vous nous dire si le projet est toujours en cours ?

R : Je n'ai jamais entendu dire que la Chine aurait abandonné la construction du corridor économique BCIM. À ma connaissance, les discussions et la coopération à ce sujet se poursuivent toujours. Comme je viens de le dire, la 13e conférence du Forum sur la coopération BCIM aura lieu en marge du 2e Forum sur la coopération Chine-Asie du Sud, qui se tiendra à Yuxi, dans la province du Yunnan.

Q : Selon des médias, le Secrétaire d'État américain Pompeo a réitéré, lors d'une récente interview par la presse suisse, que les entreprises chinoises ne peuvent pas garantir la sécurité de l'information et que coopérer avec des entreprises chinoises signifie coopérer avec le gouvernement chinois. Tant que la technologie de télécommunications de Huawei est utilisée, la confidentialité et la protection des données ne peuvent pas être assurées. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Depuis quelque temps, M. Pompeo parle de la Chine partout où il va. Malheureusement, ses propos sont pleins de mensonges et d'absurdités.

Nous pouvons prendre Huawei comme exemple. Les États-Unis ont affirmé que Huawei et d'autres sociétés chinoises représentaient des risques pour la sécurité, mais ils n'ont jamais donné de preuves convaincantes.

Comme nous l'avons répété à maintes reprises, il est scandaleux et immoral que les États-Unis utilisent le pouvoir et la machine de l'État pour opprimer une entreprise privée chinoise avec des accusations montées de toutes pièces. Un tel comportement est en deçà du statut d'un grand pays.

Je voudrais rappeler à M. Pompeo que les autres pays semblent ne pas se laisser intimider par ses prétextes. Même sous la pression arbitraire des États-Unis, les entreprises chinoises ont eu des performances assez bonnes, semble-t-il. D'après ce que j'ai appris sur le site web de Huawei, jusqu'au 6 juin, Huawei a signé 46 contrats pour le réseau 5G dans 30 pays du monde, y compris des « alliés » et des pays européens, persuadés par les États-Unis à grand-peine. Quant aux noms de ces pays, je ne les citerai pas ici, pour épargner la peine d'avoir le cœur brisé aux individus concernés.

À mon avis, les faits ont montré une fois de plus que la justice se trouve dans le cœur de chacun. En effet, un nombre croissant de personnes adoptent une attitude objective et juste vis-à-vis de la participation des entreprises techniques chinoises au développement du réseau 5G dans leurs pays et un nombre croissant de pays prennent des décisions politiques indépendantes fondées sur leurs propres intérêts.

M. Pompeo devrait comprendre une vérité très simple : toute action visant à répandre des rumeurs pour calomnier autrui et faire de l'agitation partout ne fera que miner finalement sa propre image et sa propre réputation, ainsi que la crédibilité de son pays.

Q : Le Président Xi Jinping a effectué une visite d'État en Russie et a participé au Forum économique international de Saint-Pétersbourg la semaine dernière. La partie russe a déclaré que cette visite avait été très réussie. La partie chinoise le pense-t-elle également ? Est-elle satisfaite des résultats de la visite ?

R : Ma réponse pourra être très brève. La Chine estime que la visite est très réussie, elle est très satisfaite de la visite. Je suis sûr que la Russie ressent la même chose.

Pendant la visite, la Chine et la Russie ont décidé d'instaurer le partenariat stratégique global de coordination entre les deux pays pour la nouvelle ère, ce qui a permis de porter les relations entre les deux pays à un niveau plus élevé. Le Président Xi Jinping a expliqué, lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, les propositions de la Chine sur le développement durable, auxquelles le Président Poutine et d'autres personnalités ont fait un écho enthousiaste.

La visite en Russie du Président Xi Jinping et sa présence au Forum économique international de Saint-Pétersbourg montrent une fois de plus que les relations sino-russes sont à un niveau jamais atteint dans l'histoire et qu'elles offrent de vastes perspectives. Face à une situation internationale pleine d'incertitudes et d'instabilité, le renforcement de la coordination stratégique globale entre la Chine et la Russie apportera une plus grande stabilité et plus d'énergies positives pour le monde.

Q : La Commission nationale de réforme et de développement de la Chine prend en charge la mise en place d'un système national de liste de gestion de la sécurité technologique. Cela est-il lié à la guerre commerciale sino-américaine ?

R : Vous avez peut-être remarqué le communiqué de presse selon lequel la Commission nationale de réforme et de développement dirige les travaux visant à mettre en place un système national de liste de gestion de la sécurité technologique. Des mesures spécifiques seront bientôt lancées. Je vous conseille de vous adresser à la Commission nationale de réforme et de développement pour plus d'informations.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114