Imprimer
Recommander à
Page d'accueil > Services presse médias > déclarations de porte-parole > Conférence de Presse
 
Conférence de presse du 15 juillet 2010

2010/07/15


Le 15 juillet 2010, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Qin Gang a tenu une conférence de presse.

Qin Gang : Mesdames et Messieurs, bonjour. J'ai une nouvelle à vous annoncer.

Sur l'invitation du Ministre afghan des Affaires étrangères Zalmay Rassoul et du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères du Viet-Nam Pham Gia Khiem , le Ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi assistera le 20 juillet à la Conférence internationale sur l'Afghanistan à Kaboul et du 21 au 23 juillet à une série de réunions à Hanoi, à savoir : la réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-ASEAN, la réunion des Ministres des Affaires étrangères ASEAN+3 (Chine, Japon et République de Corée), les consultations informelles entre les Ministres des Affaires étrangères du Sommet de l'Asie de l'Est et la réunion des Ministres des Affaires étrangères du Forum régional de l'ASEAN (ARF).

Maintenant, je suis prêt à répondre à vos questions.

Q : Des rencontres entre le Ministre Yang Jiechi et des officiels d'autres pays dont la RPDC sont-elles prévues en marge de ces réunions tenues à Hanoi ?

R : Concernant le programme des rencontres bilatérales du Ministre Yang Jiechi lors de ces réunions, les consultations avec les parties concernées sont en cours. Une fois le programme fixé, nous le publierons à temps.

Q : La Corée du Sud et les Etats-Unis envisagent d'organiser parallèlement des manœuvres militaires conjointes en Mer Jaune et en Mer du Japon, avec notamment le déploiement d'un porte-avions américain en Mer du Japon. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Ma deuxième question, selon des officiels américains, le porte-avions « George Washington » a déjà participé, en octobre dernier, à des manœuvres en Mer Jaune alors que la Chine ne s'y est pas opposée ouvertement à ce moment-là. En quoi la conjoncture était-elle différente en octobre dernier par rapport à aujourd'hui ?

R : Concernant vos deux questions, la position de la Chine est constante et claire. Nous nous opposons fermement à toute activité menée par les navires et les avions militaires étrangers en Mer Jaune et dans les autres zones au large des côtes chinoises, qui affecte nos intérêts sécuritaires. Nous espérons que les différentes parties concernées pourront, dans le contexte actuel, faire preuve de sang-froid et de retenue pour éviter une escalade de la tension dans la région.

Q : Le Ministre indien des Affaires étrangères S. M. Krishna est en visite au Pakistan. Il s'agit de sa première visite dans le pays après les attentats de Bombay. En tant que pays important de la région, comment la Chine envisage-t-elle l'amélioration des relations entre l'Inde et le Pakistan ?

R : L'Inde et le Pakistan sont tous deux voisins de la Chine et également pays importants en Asie du Sud. L'amélioration et le développement des relations entre ces deux pays contribuent au développement de l'Asie du Sud et également à la paix, à la stabilité et au développement dans toute l'Asie. Nous saluons et soutenons leurs efforts pour renforcer sans cesse la confiance mutuelle et réduire les divergences à travers le dialogue et la coopération en vue d'un développement partagé.

Q : Selon des reportages, le Secrétaire américain à la Défense Robert Gates se rendra à Séoul pour des discussions avec la partie sud-coréenne et les manœuvres militaires conjointes auront lieu juste après. Selon le porte-parole du Département américain de la Défense, si les Etats-Unis ont décidé d'organiser des manœuvres en Mer du Japon en plus de la Mer Jaune, c'est pour assurer le déroulement de ces manœuvres tout en respectant la position de la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : J'ai exposé à plusieurs reprises la position de la Chine sur cette question. Nous espérons que les différentes parties concernées pourront contribuer à la confiance mutuelle en matière de sécurité, au bon voisinage et à l'amitié entre les pays de la région ainsi qu'à la paix et à la stabilité dans la région.

Q : Si de telles manœuvres entre les Etats-Unis et la Corée du Sud ont lieu, comment la Chine y réagira-t-elle ? Est-ce qu'elle suspendra dans une plus grande mesure les échanges militaires ou prendra d'autres actions ?

R : Nous avons déjà exprimé nos préoccupations sérieuses sur les questions concernées auprès des parties concernées et nous avons exposé, dans cette enceinte même et à plusieurs reprises, la position de principe de la Chine là-dessus. Le public chinois a aussi réagi vivement à ce sujet. Nous suivrons de très près l'évolution de la situation.

Q : En début d'année, l'administration américaine a découvert des logiciels malveillants installés dans un lot de produits électroniques importés de Chine. Certains disent qu'il s'agit d'un acte intentionnel des entreprises ou des organes sécuritaires chinois. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Quelles mesures la Chine prendra-t-elle pour raffermir la confiance des consommateurs étrangers sur les logiciels chinois ?

R : Je ne connais pas cette affaire concrète que vous avez évoquée, mais j'ai la certitude que ce sont des produits bon marché et de qualité, et non des virus, que les entreprises chinoises fournissent aux consommateurs du monde. Quant à votre question, je vous propose de vous renseigner auprès des départements compétents tels que le Ministère du Commerce et le Ministère de l'Industrie et des Technologies de l'Information pour avoir des réponses plus satisfaisantes.

Q : Si la Corée du Sud et les Etats-Unis lancent des manœuvres en juillet, la Chine et la RPDC envisageront-elles des manœuvres au large des côtes ouest de la Péninsule coréenne ?

R : Je ne sais pas si cela représente vos points de vue personnels, ou ceux de certaines personnes ou de certains médias. J'ai aussi vu ce genre d'opinions dans des journaux. Il s'agit d'une logique typique de « guerre froide » qui consiste à diviser l'Asie du Nord-Est et l'Asie-Pacifique en différentes alliances militaires et à considérer la sécurité de la région avec une vision d'hostilité et d'affrontement datant de la « guerre froide ». Aujourd'hui, le temps a évolué et aucun pays ni alliance militaire ne peut résoudre tout seul les problèmes sécuritaires dans la région. Il faut que les différents pays de la région travaillent ensemble pour renforcer la confiance mutuelle et la coopération à travers le dialogue et les négociations, afin d'y préserver la paix et la stabilité.

Q : Le Ministère des Affaires étrangères a organisé récemment un voyage de presse au Tibet pour les journalistes étrangers ; mais depuis, nous avons vu des reportages disant que les « Tibétains locaux sont opprimés ». Quels sont vos commentaires là-dessus ? Le Ministre britannique des Affaires étrangères a exprimé les préoccupations du gouvernement britannique sur la situation des droits de l'homme au Tibet. Qu'en pensez-vous ?

R : Je peux vous répondre en une seule phrase : Les faits sont plus éloquents que les mots. Bon gré mal gré, vous devez reconnaître que le Tibet se développe sans cesse sur le plan socio-économique et que les droits de l'homme des Tibétains sont pleinement garantis. Les habitants des différentes ethnies, très unis, mènent une vie heureuse et paisible au Tibet. Voilà un fait objectif et incontestable.

Quant à la question sur les droits de l'homme au Tibet que vous avez posée, le Ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi a eu hier un entretien avec son homologue britannique William Hague, suivi d'une conférence de presse conjointe. Il a déjà répondu de manière complète et convaincante aux questions concernées.

Q : A l'heure actuelle, les journalistes étrangers peuvent se rendre librement au Xinjiang pour des reportages. Quand le gouvernement chinois les autorisera à aller librement au Tibet ? Pourquoi il y a toujours des restrictions sur leurs activités de reportage au Tibet ?

R : Qu'il s'agisse du Xinjiang ou du Tibet, j'ai quelques mots à dire aux journalistes concernés. J'espère qu'ils pourront faire des reportages en s'appuyant sur les faits, et non les illusions.

Concernant le voyage des journalistes étrangers au Tibet, je voudrais rappeler que pour travailler et vivre en Chine, il faut avant tout respecter la loi et les règlements chinois.

Q : Les vacances d'été commencent, et la Chine accueillera une vague de touristes étrangers. Quels conseils ou restrictions le gouvernement chinois donnera-t-il aux touristes qui veulent se rendre aux régions touchées par les inondations ?

R : Ces derniers temps, des inondations ont gravement touché certaines provinces du Sud de la Chine, causant plus de 60 millions de sinistrés. Le gouvernement chinois et les départements concernés ainsi que la population locale se sont lancés activement dans la lutte contre les inondations. A ma connaissance, pour l'instant, il n'y a pas de restriction sur les voyages des étrangers dans les régions sinistrées. Mais nous tenons à attirer l'attention des touristes étrangers sur leur sécurité dans ces régions.

Si vous n'avez plus de questions, la séance est levée. Je vous remercie et au revoir.


 Imprimer Recommander à