DÉCLARATION DE BEIJING―CONSTRUIRE UNE COMMUNAUTÉ DE DESTIN CHINE-AFRIQUE ENCORE PLUS SOLIDE

2018/09/05

1.1 Nous, Chefs d'État, Chefs de gouvernement et Chefs des délégations de la République populaire de Chine et de 53 pays africains, et Président de la Commission de l'Union Africaine (UA), nous sommes réunis en Chine les 3 et 4 septembre 2018 pour le Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA). Autour du thème « La Chine et l'Afrique : Construire une communauté de destin encore plus solide par la coopération gagnant-gagnant » et dans le but de promouvoir le développement du FCSA et d'approfondir le partenariat de coopération stratégique global sino-africain, nous avons adopté par consensus la Déclaration de Beijing ― Construire une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide.

1.2 Nous adressons toutes nos félicitations à la République de Gambie, à la République démocratique de Sao Tomé-et-Principe et au Burkina Faso qui sont devenus nouveaux membres du FSCA depuis la tenue du Sommet de Johannesburg.

2. Le monde d'aujourd'hui connaît d'importants développements, transformations et réajustements. La paix et le développement demeurent notre aspiration commune. Vu les liens et l'interdépendance croissants entre les différents pays du monde, la coopération représente la seule voie efficace pour relever les défis planétaires tels que le terrorisme, les conflits, les écarts entre les riches et les pauvres, la pauvreté, le changement climatique, la dégradation des terres, l'insécurité alimentaire, les grandes maladies infectieuses et le protectionnisme.

3.1 Nous nous rappelons et apprécions pleinement les visions de la « communauté de destin pour l'humanité » et de la « communauté de destin Chine-Afrique » que les dirigeants chinois et africains ont évoquées ces dernières années à des occasions bilatérales et multilatérales. Nous appelons tous les pays à travailler de concert pour construire une communauté de destin pour l'humanité, un monde beau, propre, ouvert et inclusif, marqué par la paix durable, la sécurité universelle et la prospérité commune, ainsi qu'un nouveau modèle de relations internationales basé sur le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération gagnant-gagnant, en vue de préserver et de promouvoir la paix et le développement dans le monde.

3.2 Nous sommes unanimes à estimer que la Chine et l'Afrique ont toujours partagé un destin commun. La Chine est le plus grand pays en développement, tandis que l'Afrique est le continent qui regroupe le plus grand nombre de pays en développement. Ayant des passés similaires, de même que des tâches de développement et des aspirations politiques communes, les peuples chinois et africains ont partagé heur et malheur et tissé une amitié profonde. Nous nous engageons à renforcer le dialogue collectif, à raffermir l'amitié traditionnelle, à approfondir la coopération pragmatique et à œuvrer ensemble pour construire une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide.

4.1 Nous apprécions l'initiative « la Ceinture et la Route » qui, dans le respect du principe d'amples consultations, d'engagement commun et de bénéfices partagés, de la loi du marché et des règles internationales, ainsi que de l'esprit d'ouverture, de transparence et de bénéfices mutuels, développe des infrastructures inclusives, accessibles, aux prix raisonnables, largement bénéfiques et conformes aux réalités nationales et aux lois et règlements des pays concernés, et qui vise à réaliser un développement partagé, durable et de haute qualité. La construction de « la Ceinture et la Route » répond au courant de notre époque et apporte des bénéfices à tous les peuples.

4.2 L'Afrique est un prolongement historique et naturel de « la Ceinture et la Route » et un acteur important de cette initiative. La coopération entre la Chine et l'Afrique dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » offrira plus de ressources, de moyens, de marchés et d'espaces, et ouvrira des perspectives plus diversifiées pour le développement de l'Afrique. Nous sommes convenus d'associer étroitement l'initiative « la Ceinture et la Route » au Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies, à l'Agenda 2063 de l'UA et aux stratégies nationales de développement des pays africains, de renforcer la communication sur les politiques, l'interconnexion en matière d'infrastructures, de commerce et de financement et la promotion des échanges humains, de promouvoir la coopération en matière de capacités de production industrielle dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route », et de renforcer la coopération en matière de planification des infrastructures et de l'industrialisation en Afrique, de sorte à donner de nouvelles impulsions à la coopération gagnant-gagnant et au développement partagé entre la Chine et l'Afrique.

4.3 Les pays africains soutiennent la Chine dans l'organisation du deuxième Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale en 2019. La Chine se réjouit de voir les pays africains participer activement au Forum.

5.1 Nous apprécions hautement le rôle que joue le FCSA depuis sa création il y a 18 ans dans la promotion des relations sino-africaines. Des résultats abondants ont été obtenus dans les actions de suivi et la mise en œuvre des « dix programmes de coopération » et du Plan d'action de Johannesburg (2016-2018) du FCSA adoptés lors du Sommet de Johannesburg de 2015.

5.2 Nous sommes unanimes à estimer que le FCSA est un mécanisme de plus en plus efficace et joue un rôle d'orientation dans la coopération internationale avec l'Afrique. Nous sommes convenus de préserver le mécanisme existant, ses caractéristiques et ses atouts pour mieux développer les relations et la coopération sino-africaines dans la nouvelle ère, et de faire du FCSA la plateforme principale pour la coopération sino-africaine dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ».

6. La Chine entend continuer à renforcer la solidarité et la coopération avec les pays africains conformément au principe de sincérité, de pragmatisme, d'amitié et de franchise et à la juste conception de la justice et des intérêts avancés par le Président Xi Jinping. Nous nous engageons à travailler ensemble pour faire valoir nos atouts respectifs, répondre aux préoccupations de part et d'autre, et développer et enrichir sans cesse le partenariat de coopération stratégique global sino-africain au bénéfice des peuples chinois et africains.

7.1 La Chine salue le processus d'intégration de l'Afrique et s'engage à continuer à soutenir les efforts africains pour construire une Afrique unie et forte, accélérer son intégration, préserver la paix et la stabilité et réaliser une croissance économique plus rapide. Elle prend note des résultats encourageants obtenus dans ces domaines lors des Sommets de l'UA ces dernières années.

7.2 Nous saluons une coopération renforcée de la Chine avec l'UA, ses organes et les organisations économiques régionales de l'Afrique, et soutenons le rôle constructif de la Commission de l'UA dans la promotion de la coopération sino-africaine transnationale et transrégionale. La Chine salue l'ouverture d'une représentation de l'UA à Beijing et soutient la réforme de l'UA pour renforcer ses capacités et son efficacité.

8. Nous sommes convenus de continuer à nous prêter mutuellement du soutien ferme dans la préservation de l'intégrité territoriale, de la souveraineté, de la sécurité et des intérêts de développement de nos pays. Les membres africains du FCSA réaffirment leur engagement à poursuivre fermement le principe d'une seule Chine, à soutenir la réunification de la Chine et à appuyer les efforts de la Chine pour régler pacifiquement les différends territoriaux et maritimes par des consultations et négociations amicales avec les pays concernés. La Chine réaffirme sa volonté de développer avec tous les pays africains, sur la base du principe d'une seule Chine, des relations d'amitié et de coopération et de partager avec eux ses opportunités de développement. Elle rappelle son ferme attachement au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui et soutient les pays africains dans leur recherche autonome d'une voie de développement adaptée à leurs réalités nationales.

9. La Chine s'engage à œuvrer avec les pays africains à renforcer la synergie des stratégies de développement, à accroître les échanges des expériences sur la gouvernance, la réduction de la pauvreté et le développement, notamment le développement socio-économique dans les régions rurales, l'égalité des genres et l'autonomisation de la femme et de la jeunesse. Elle soutient les efforts des pays africains visant à réaliser le développement et le redressement et à mettre en œuvre l'Agenda 2063 et son premier plan décennal en vue d'un développement autonome et durable.

10. Nous nous félicitons des accomplissements notables et des progrès encourageants réalisés dans notre coopération en matière de lutte contre la corruption et nous sommes déterminés à poursuivre le principe de tolérance zéro face à la corruption et à perfectionner sans cesse les institutions et les mécanismes de coopération dans ce domaine. Nous saluons le lancement de l'« Année africaine de lutte contre la corruption » et entendons saisir les opportunités ainsi offertes pour approfondir la coopération Sud-Sud, renforcer le partage d'expériences, lutter contre la corruption et promouvoir l'intégrité.

11. Nous saluons la vision de développement commun, intensif, vert, sûr et ouvert que portent la Chine et l'Afrique pour renforcer la coopération mutuellement bénéfique dans le nouveau contexte. Nous applaudissons les fruits abondants obtenus dans la coopération économique et commerciale entre les deux parties et apprécions hautement les résultats remarquables enregistrés dans la coopération en matière de commerce, d'investissement, de financement et d'infrastructures. Nous partageons le constat que la coopération économique et commerciale est depuis toujours un stabilisateur et un propulseur des relations sino-africaines. Toujours attachée au principe du bénéfice mutuel et de la coopération gagnant-gagnant, la Chine entend continuer à renforcer les capacités de production de l'Afrique dans les secteurs secondaire et tertiaire et à favoriser la transformation et la montée en gamme de la coopération économique et commerciale sino-africaine, dans le but de contribuer à l'émergence de moteurs de croissance endogènes en Afrique en réduisant la dépendance de l'exportation des matières premières. Elle continue d'apporter à l'Afrique les assistances et les soutiens de toute sorte sans aucune condition politique assortie. L'Afrique réaffirme sa détermination à poursuivre une voie de développement durable, diversifié et coordonné sur le plan socio-économique, afin d'assurer les bénéfices pour tous.

12. Nous appelons la communauté internationale à agir en solidarité pour promouvoir le développement par le commerce et l'investissement et faire évoluer la mondialisation économique dans un sens plus ouvert, plus inclusif, plus équilibré et bénéfique pour tous. Face à la gravité de la situation actuelle, nous préconisons fermement le multilatéralisme, nous opposons à toute forme d'unilatéralisme et de protectionnisme, soutenons le système commercial multilatéral transparent, non discriminatoire, ouvert et inclusif centré sur l'OMC et basé sur les règles, et œuvrons pour une économie mondiale ouverte et inclusive. Nous travaillerons à favoriser un fonctionnement normal du mécanisme de règlement des différends de l'OMC, continuerons à mettre en œuvre les acquis des conférences ministérielles précédentes de l'OMC et resterons déterminés à renforcer la coopération dans les mécanismes dont le « Groupe des 77 + Chine », à préserver le système commercial multilatéral et à favoriser le développement du monde entier par des actions concrètes.

13.1 Les dirigeants africains saluent les nouvelles mesures majeures en faveur de l'élargissement de l'ouverture annoncées par le Président Xi Jinping à l'ouverture de la Conférence annuelle 2018 du Forum de Boao pour l'Asie et apprécient les efforts concrets et ciblés déployés par la Chine dans le domaine du renforcement des capacités. Ils estiment que ces mesures et efforts bénéficieront aux pays africains et aux autres pays du monde, et que le développement de la Chine apporte des opportunités importantes et donne une impulsion forte au développement d'une économie mondiale ouverte. Les dirigeants africains saluent l'organisation de la première Exposition internationale d'Importation de Chine en novembre 2018 à Shanghai et souhaitent y prendre une part active.

13.2 La Chine se félicite des résultats importants du Sommet extraordinaire de l'UA sur la zone de libre-échange continentale africaine tenu en mars 2018 à Kigali, capitale du Rwanda, salue le lancement du marché unique du transport aérien africain et les décisions soutenant la libre circulation des personnes et des marchandises, et souhaite voir la construction de la zone de libre-échange continentale et du marché unique du transport aérien porter des fruits le plus tôt possible. La Chine œuvre à renforcer la coopération avec l'Afrique en matière de facilitation du commerce et de l'investissement et à favoriser la communication sur les politiques, le partage d'informations et le renforcement des capacités. Elle soutient les pays africains dans l'accroissement de l'interconnexion, le développement des infrastructures et l'industrialisation et encourage les entreprises chinoises et africaines à explorer activement plus de modes de coopération mutuellement bénéfique fondés sur la loi du marché.

13.3 L'Afrique apprécie le soutien apporté par la Chine au développement des chemins de fer en Afrique, notamment à la réalisation des objectifs pertinents fixés dans l'Agenda 2063 de l'UA, et souhaite voir la Chine devenir son partenaire stratégique dans le développement ferroviaire. L'Afrique salue l'augmentation des investissements de la Chine dans le domaine du tourisme en Afrique et l'élargissement de la coopération sino-africaine dans l'aviation.

14. Nous saluons l'Initiative du G20 pour soutenir l'industrialisation en Afrique et dans les pays les moins avancés et exhortons les pays développés à honorer intégralement et ponctuellement leurs engagements en matière d'aide publique au développement à l'égard des pays en développement, des pays africains en particulier, et à leur fournir plus de soutien financier, technique et en matière de renforcement des capacités, afin d'assurer une mise en œuvre intégrale du Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies.

15. Nous appelons tous les pays à respecter la diversité culturelle, soulignons l'importance des échanges humains et culturels pour le renforcement de la compréhension mutuelle, de l'amitié et de la coopération entre les peuples chinois et africains, et encourageons l'approfondissement des échanges, de l'inspiration mutuelle et de la coopération dans les domaines culturel, éducatif, scientifique, technologique, sportif, sanitaire, touristique et entre les médias et les collectivités locales, dans le but de consolider dans la durée la base populaire des relations sino-africaines.

16.1 Nous soulignons notre attachement au concept de sécurité commune, globale, coopérative et durable, et œuvrons à régler les différends par le dialogue et les consultations, à coordonner les efforts pour faire face aux menaces traditionnelles et non traditionnelles à la sécurité et à combattre le terrorisme sous quelque forme que ce soit, où que ce soit et pour quelque raison que ce soit.

16.2 La Chine soutient fermement les pays africains, l'UA et les autres organisations régionales africaines dans leurs efforts visant à apporter des solutions africaines aux problèmes africains, soutient la construction de la Force africaine en attente et de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises, et soutient les pays concernés dans leurs efforts pour combattre activement les menaces terroristes. La Chine soutient le financement prévisible et durable par l'ONU des opérations africaines de paix, et appuie l'Afrique dans la réalisation de l'objectif de « faire taire les armes à l'horizon 2020 ». En fonction des besoins de l'Afrique, la Chine entend continuer à prendre une part constructive aux actions de bons offices et de médiation dans les questions brûlantes africaines. Nous nous réjouissons de voir la Chine et l'Afrique renforcer la concertation et la coordination dans les affaires concernées au niveau du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et, grâce au mécanisme de consultations entre la Chine et les pays africains membres non permanents du Conseil de Sécurité, intensifier la collaboration dans les affaires liées à la paix et à la sécurité en Afrique pour préserver les intérêts communs. Nous souhaitons voir une coopération renforcée entre la Chine et le Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à travers les mécanismes de réunions et de consultations, afin de préserver nos intérêts communs.

16.3 Nous avons pris note de l'acuité du problème des réfugiés et des migrants en Afrique et des efforts déployés par l'UA, les organisations sous-régionales africaines et les pays africains dans le cadre de l'Agenda 2063 de l'UA et les autres cadres concernés pour régler ce problème. La Chine et l'Afrique mèneront des discussions pour renforcer leur coopération dans les domaines des réponses humanitaires, de l'alerte précoce, de la lutte contre le changement climatique, la sécheresse et la désertification et de la gestion des catastrophes.

17. Nous réaffirmons notre attachement aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies et notre soutien au rôle actif de l'ONU dans les affaires internationales. Nous préconisons le respect mutuel et les consultations d'égal à égal, rejetons résolument la mentalité de la guerre froide et la politique du plus fort, et poursuivons une nouvelle voie pour les relations entre États qui privilégie le dialogue et le partenariat, et non la confrontation et l'alliance. Fidèles à la vision de la gouvernance mondiale basée sur le principe d'amples consultations, d'engagement commun et de bénéfices partagés, nous nous prononçons pour le multilatéralisme et la démocratisation des relations internationales, et estimons que les pays, grands ou petits, puissants ou faibles, riches ou pauvres, sont tous égaux. Nous nous opposons à l'ingérence dans les affaires intérieures d'autrui, au recours arbitraire à la force et à la menace par la force dans les affaires internationales. Nous réitérons notre souhait de continuer à renforcer la compréhension et le soutien mutuels et à promouvoir la coordination et la collaboration au sein des Nations Unies et dans les autres enceintes.

18. Nous estimons qu'il faut mener des réformes nécessaires de l'ONU, y compris du Conseil de Sécurité, pour lui permettre de mieux remplir ses missions confiées par la Charte des Nations Unies et d'augmenter ses capacités à répondre aux menaces et défis planétaires et à renforcer la gouvernance mondiale. Nous soulignons qu'il faut corriger les injustices historiques qu'ont subies les pays africains, augmenter en priorité la représentation des pays africains au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies et des autres organes onusiens, et travailler ensemble à faire évoluer le système de la gouvernance mondiale dans un sens favorable aux intérêts communs des pays en développement. La Chine entend renforcer la communication et la concertation avec les pays africains membres non permanents du Conseil de Sécurité pour préserver ensemble les intérêts de la Chine, de l'Afrique et de l'ensemble des pays en développement. Nous estimons aussi qu'il faut mener des réformes des institutions financières internationales, y compris les institutions de Bretton Woods.

19.1 Nous appelons à la conclusion des règles d'application de l'Accord de Paris lors de la 24e Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques en 2018. Conformément à la Proclamation de Marrakech pour l'Action en faveur de notre climat et le Développement durable adoptée par la 22e Conférence des États parties, nous réitérons notre détermination à lutter ensemble contre le changement climatique. Nous sommes déterminés à promouvoir le respect de l'environnement, à lutter contre le changement climatique par la coopération, à protéger la biodiversité marine, à renforcer la recherche océanographique, à développer l'économie bleue, à créer un écosystème mondial favorisant le développement vert, à préserver la planète, et à créer de meilleures conditions pour le développement des petits pays insulaires. Nous appelons les pays développés à honorer rapidement leurs engagements pour accompagner, dans les domaines du financement, du transfert de technologies et du renforcement des capacités, les pays africains dans la lutte contre le changement climatique et la protection de l'environnement.

19.2 La Chine apprécie les efforts déployés par l'Afrique pour protéger les espèces de faune et de flore sauvages. Notant les défis auxquels fait face l'Afrique, la Chine entend coopérer avec l'Afrique pour lutter contre le commerce illégal d'espèces de faune et de flore sauvages et lui accorder du soutien nécessaire.

20. Nous félicitons l'Afrique du Sud d'avoir organisé avec succès le 10e Sommet des BRICS, ainsi que le BRICS Outreach Dialogue composé de l'Initiative « BRICS + » et de BRICS Leaders-Africa Outreach Dialogue Forum. Les dirigeants saluent les documents et les mesures adoptés par le Sommet, et estiment que ces fruits abondants contribuent à jeter une base solide pour la deuxième « décennie dorée » de la coopération des BRICS, à renforcer la coopération entre les pays concernés et leur permettent de profiter largement de la quatrième révolution industrielle.

21. Nous apprécions les efforts inlassables et le travail remarquable accomplis par les ministres participant à la 7e Conférence ministérielle du FCSA. Dans l'esprit de la présente Déclaration, a été adopté le Plan d'action de Beijing (2019-2021) du Forum sur la Coopération sino-africaine. La Chine et l'Afrique travailleront en étroite collaboration pour assurer une mise en œuvre intégrale et ponctuelle du Plan d'action.

22.1 Nous remercions Son Excellence Monsieur Xi Jinping, Président de la République populaire de Chine, et Son Excellence Monsieur Cyril Ramaphosa, Président de la République sud-africaine, d'avoir coprésidé le Sommet de Beijing 2018 du FCSA.

22.2 Nous remercions l'Afrique du Sud de la contribution qu'elle a apportée au développement du FCSA et au développement des relations sino-africaines de 2012 à 2018, période de sa coprésidence du Forum.

23. Nous remercions le gouvernement et le peuple de la République populaire de Chine pour l'accueil chaleureux et les facilités réservés à tous les participants durant le Sommet de Beijing 2018 du FCSA.

24. Nous nous félicitons de voir la République du Sénégal assurer la prochaine coprésidence du FCSA. La 8e Conférence ministérielle du FCSA se tiendra en République du Sénégal en 2021.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114