中文 English default  
A la une
Dossiers spéciaux
Coopérations économiques
Echanges amicaux
Déclarations du porte-parole
Opinions
Liens
  Page d'accueil > Archives > Documents
Forum sur la Coopération sino-africaine-Déclaration de Beijing


Nous, Ministres chargés des affaires étrangères, du commerce extérieur et de la coopération internationale, des affaires économiques ou sociales de Chine et des pays africains, sommes réunis à Beijing du 10 au 12 octobre 2000 à l'occasion du forum sur la Coopération sino-africaine-- Conférence ministérielle 2000, qui représente le premier grand rendez-vous du genre dans l'histoire des relations sino-africaines.

Nous avons procédé à un ample échange de vues sur les questions internationales ainsi que sur l'état des relations entre la Chine et les pays africains. Nous estimons tous que le Forum sur la Coopération sino-africaine est le cadre d'un dialogue collectif entre la Chine et les pays africains sur la base de l'égalité et des avantages réciproques et que la recherche de la paix et du développement constitue notre objectif commun.

Nous sommes conscients du fait qu'à l'approche d'un nouveau siècle, la paix et le développement sont loin d'être complètement réalisés dans le monde d'aujourd'hui à cause de l'existence persistante des facteurs déstabilisateurs graves et d'un énorme écart entre le Nord, riche, et le Sud, pauvre.

Nous réaffirmons que les injustices et les inégalités dans le système actuel des relations internationales ne vont pas dans le sens du courant de notre époque en quête de la paix et du développement sur le globe, et qu'elles compromettent le développement des pays du Sud et menacent la paix et la sécurité internationales. Nous soulignons que l'établissement d'un nouvel ordre politique et économique international, juste et équitable, est indispensable pour la démocratisation de ces relations internationales et la participation effective des pays en développement au processus international de prise des décisions.

Nous considérons qu'il est essentiel pour la paix et la sécurité dans le monde de réaliser un désarmement général et complet et l'interdiction de toutes les armes de destruction massive.

Nous notons que la globalisation accroît l'interdépendance des différentes économies, que néanmoins, elle profite surtout aux pays développés et que la plupart des pays en développement, notamment les économies faibles et vulnérables ainsi que les pays les moins avancés de l'Afrique, se trouvent dans une situation défavorable qui met sérieusement au défi leur sécurité économique, voire leur souveraineté d'Etat.

Nous rappelons la lutte héroïque des pays et peuples africains pour la conquête de l'indépendance ainsi que les efforts admirables qu'ils ont déployés par la suite pour le développement de l'économie nationale, et nous constatons que les pays africains et le Continent africain dans son ensemble font face encore à de multiples difficultés et défis dans leur processus de développement.

Nous notons avec une vive préoccupation qu'après des années d'efforts, certains pays africains ne sont toujours pas parvenus à réaliser la stabilité politique, économique et sociale; nous soulignons que des facteurs économiques et sociaux sont à l'origine de l'instabilité politique, des tensions sociales et des conflits fréquents en Afrique. De plus, la propagation du VIH/sida, du paludisme, de la tuberculose ainsi que des autres maladies transmissibles cause aux pays africains de lourdes pertes en ressources économiques et humaines; et l'aggravation de la pauvreté compromet sérieusement le développement de l'Afrique.

Nous soulignons que le lourd fardeau de l'endettement entrave les efforts des pays africains pour le développement et pénalise leurs économies. Nous sommes d'avis que la communauté internationale a la responsabilité et l'obligation d'aider l'Afrique à résoudre son problème des dettes.

Nous apprécions hautement le développement régulier des relations Afrique-Chine depuis des décennies, avons une confiance totale dans l'avenir de notre coopération, estimons que les relations d'amitié et de coopération entre la Chine et l'Afrique reposent sur une base solide et que l'amitié traditionnelle sino-africaine plonge ses racines dans la profondeur des âges. Nous soulignons en outre que l'appartenance de la Chine et des Etats africains à la même famille des pays en voie de développement identifie leurs intérêts fondamentaux; et nous avons la conviction qu'il est particulièrement important, pour le raffermissement de la solidarité entre les pays en développement et la promotion de l'avènement d'un nouvel ordre international, d'entretenir des liens étroits de consultations entre la Chine et l'Afrique sur le plan international.

Nous rappelons l'évolution de la coopération entre la Chine et les pays africains dans les domaines économiques, commercial et autres, et constatons l'existence d'énormes potentialités à cet égard. Nous considérons que cette coopération s'inscrit dans le cadre de la coopération Sud-Sud et que le renforcement de la coopération entre la Chine et les pays africains correspond aux intérêts tant immédiats qu'à long terme des deux parties.

Nous proclamons solennellement ce qui suit:

1. Il faut respecter les Buts et Principes énoncés dans la Charte des Nations Unies et la Charte de l'Organisation de l'Unité africaine, les Cinq Principes de la Coexistence pacifique ainsi que les autres normes régissant les relations entre Etats, qui sont universellement reconnues. Tous les Etats ont le droit de participer, sur un pied d'égalité, aux affaires internationales. Aucun pays ou groupe de pays n'a le droit d'imposer sa volonté à autrui, ni de s'immiscer dans les affaires intérieures des autres sous un prétexte quelconque, ni de leur imposer de manière unilatérale des mesures économiques coercitives. Le Nord et le Sud doivent renforcer, sur la base de l'égalité, leur dialogue et leur coopération.

2. Il est nécessaire d'adhérer fermement au principe du règlement pacifique des conflits internationaux. Les conflits entre Etats doivent être réglés par voie de négociations, de consultations ou d'autres moyens pacifiques, sans recourir à la force, ni à la menace par la force, ni à la menace nucléaire. Tous les pays dotés d'armes nucléaires doivent s'engager à ne pas employer en premier leurs armes nucléaires ni s'en servir ou menacer de s'en servir contre les pays non nucléaires et les zones dénucléarisées. Toutes les parties concernées doivent oeuvrer à la promotion du processus de désarmement et de non-prolifération nucléaires, pour réaliser finalement l'objectif de l'interdiction complète et de la destruction totale des armes nucléaires de même que des autres armes de destruction massive de façon à garantir la sécurité de tous les pays. Nous soutenons les pays concernés dans leurs efforts pour créer, sur la base du libre consentement, de nouvelles zones dénucléarisées. Les deux parties sont disposées à renforcer leur coopération pour stopper la prolifération, la circulation et le trafic illicites des armes petites et légères.

3. Il faut respecter et renforcer le rôle primordial du Conseil de Sécurité des Nations Unies dans le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde, promouvoir activement les réformes de l'ONU et des institutions financières internationales. La représentation, au sein du Conseil de Sécurité de l'ONU et des institutions économiques et financières internationales, des pays en développement doit être accentuée de façon adéquate pour traduire pleinement l'esprit de la démocratie dans les relations internationales. A cet égard, nous appelons à la reconnaissance à l'Afrique de la place légitime qui lui revient au sein du Conseil de Sécurité et des organismes et institutions spécialisés du système des Nations Unies.

4. Il convient de respecter l'universalité des droits de l'homme et les libertés fondamentales, de préserver la diversité du monde et de faire prévaloir le principe de la recherche des terrains d'entente par delà les divergences. Chaque pays a le droit de choisir dans sa marche en avant son système social, sa voie de développement et son mode de vie, en fonction de ses particularités nationales. Comme les pays du monde diffèrent les uns des autres par leurs systèmes sociaux, leurs niveaux de développement, leurs contextes historiques et culturels ainsi que leurs conceptions des valeurs, ils ont le droit de choisir leurs propres approches et modèles pour promouvoir et protéger les droits de l'homme chez eux. De plus, les pratiques visant à politiser les droits de l'homme et à assortir l'assistance économique de conditions en matière de droits de l'homme sont à condamner vigoureusement, parce qu'elles constituent elles-mêmes des actes de violation des droits de l'homme.

5. Il faut consolider le principe de la coopération mutuellement avantageuse en vue d'un développement commun. La responsabilité et l'obligation s'imposent aux pays développés d'aider les pays en développement, surtout les pays africains, en matière d'assistance financière et technologique ainsi que dans d'autres domaines. Ils doivent établir des plans de développement réalisables et coopérer avec les pays en développement sur la base de l'égalité et des avantages réciproques, en vue du progrès pour le Nord comme pour le Sud. Les pays en développement doivent renforcer davantage leur unité et leur collaboration, relever ensemble les défis de la mondialisation, en tirant profit tout en évitant ses méfaits.

6. Nous saluons les efforts déployés par les pays africains pour renforcer la coopération sous-régionale et consolider davantage l'unité africaine par l'établissement d'une union africaine. Nous exhortons la communauté internationale et les organisations internationales à appuyer les mesures adoptées dans ce sens par les pays africains. Toutes les parties concernées doivent oeuvrer à la solidarité, à la paix et au développement en Afrique et trouver des solutions adéquates à leurs litiges. Nous apprécions le rôle actif de l'OUA, des autres organisations régionales et sous-régionales concernées dans le règlement des conflits en Afrique. La communauté internationale, notamment l'ONU, doit accorder un attention particulière au règlement des conflits en Afrique. Elle doit prendre à cet effet toutes les mesures nécessaires, comme l'élaboration de plans efficaces de maintien de la paix.

7. Nous exprimons notre appréciation devant les efforts déployés par les pays africains et toute la communauté internationale pour combattre le VIH/sida, le paludisme et les autres maladies infectieuses / transmissibles et devant les actions engagées pour éradiquer la pauvreté. A cet égard, nous saluons l'initiative de création d'un fonds de solidarité mondiale et appelons les institutions concernées à appuyer énergiquement sa mise en place. Nous sommes d'accord pour travailler en commun afin de renforcer notre coopération dans la lutte contre le terrorisme, en vue d'éliminer ce phénomène sous toues ses formes et dans toutes ses manifestations.

8. Nous saluons les efforts louables déployés par certains pays à revenus intermédiaires et les autres initiatives bilatérales des donateurs de fonds visant à annuler des dettes publiques des pays africains. Nous apprécions le récent renforcement de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (HIPC), dans le cadre de l'allégement du fardeau de la dette et de l'éradication de la pauvreté surtout en Afrique. Nous soulignons que cette initiative intervient dans le contexte du déclin de l'aide publique au développement à des niveaux historiques et que le rééchelonnement des dettes des pays africains ne doit pas être assorti de conditions politiques ni s'opérer au détriment de l'aide publique au développement. Nous appelons avec insistance les institutions financières internationales concernées et les pays développés créanciers à prendre davantage de mesures concrètes visant à la réduction et à l'annulation des dettes des pays les moins avancés et des pays à revenus intermédiaires en Afrique. Nous saluons les mesures concrètes que la Chine s'engage à prendre pour y apporter sa part de contribution bien qu'elle soit elle-même un pays en

développement.

9. Nous affirmons notre détermination à raffermir et à étendre davantage la coopération sino-africaine à tous les niveaux et dans tous les domaines, à établir dans le cadre de la coopération Sud-Sud un partenariat d'un type nouveau, aussi durable que stable, basé sur l'égalité et les avantages réciproques. Nous approfondirons le dialogue, élargirons le consensus, continuerons de coordonner nos positions sur le plan international et renforcerons le soutien mutuel, en vue de sauvegarder les droits et intérêts légitimes aussi bien des pays africains que de la Chine et de développer en profondeur ce partenariat nouveau.

10. Nous décidons d'impulser énergiquement, sur la base des principes énoncés dans cette Déclaration et le "Programme de Coopération sino-africaine sur le Développement économique et

social" adoptés lors du présent Forum, la coopération entre l'Afrique et la Chine dans les domaines économique, commercial, financier, agricole, médical, sanitaire, technico-scientifique, culturel, éducatif, de la mise en valeur des ressources humaines, des transports, de l'environnement, du tourisme et autres, en vue de contribuer au développement commun de l'Afrique et de la Chine.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer
Sur le Forum
Actions de suivi
Documents
Afrique en essor
Photos
Découvrir la Chine
Contactez-nous
Dossiers spéciaux
  Visite de Jia Qinglin dans 4 pays africains  
  visite d'Etat de Hu Jintao dans 8 pays africains  
  Visite de Wen Jiabao dans 7 pays africains  
  la visite du Président Hu Jintao  
  publication de la politique de la Chine a l'egard de l'Afrique  
  Visite du Vice-Premier Ministre chinois Huang Ju en Afrique  
  Le 3e atelier pour les journalistes africains  
  Visite de Li Changchun en Afrique  
Dossiers...>>