Conférence de presse du 27 janvier 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021/01/27

China News Service : Récemment, le premier train de fret Chine-Europe de cette année est parti de la ville de Yiwu de la province du Zhejiang, transportant du matériel de prévention de l'épidémie. L'année 2020 a vu pour la première fois le train de fret Chine-Europe effectuer plus de 10 000 services par an. Il a joué un grand rôle pour fluidifier la chaîne industrielle mondiale, répondre aux besoins de consommation des peuples des pays situés le long du trajet et établir une « ligne de vie » pour que la Chine et les pays européens puissent lutter ensemble contre la pandémie. Pourriez-vous nous en dire plus sur les trains de fret Chine-Europe ?

Zhao Lijian : Vous avez bien résumé le rôle des trains de fret Chine-Europe. En effet, à travers le continent eurasiatique où il y avait des caravanes de chameaux pour le commerce sur l'ancienne Route de la soie, il y a maintenant les trains de fret Chine-Europe salués comme une « caravane de chameaux d'acier ». En tant que symbole important de la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », le train de fret Chine-Europe est devenu une voie de transport majeure et une voie verte reliant l'Asie et l'Europe grâce à ses avantages uniques de grande efficacité, de vastes réseaux ferroviaires et d'exploitation par tous les temps. Dans le contexte de la lutte mondiale contre la pandémie, le train de fret Chine-Europe qui connaît un développement soutenu, ordonné et fluide illustre la vision de la communauté d'avenir partagé pour l'humanité caractérisée par le soutien mutuel et la solidarité, et injecte la force de la Chine dans les efforts mondiaux de lutte contre la COVID-19 et de revitalisation de l'économie. Nous nous félicitons du succès du départ du premier train de fret Chine-Europe de la nouvelle année. Nous espérons qu'il profitera à des millions de ménages le long de son parcours à travers le continent eurasiatique, qu'il suscitera l'espoir d'une victoire rapide sur la pandémie dans le monde entier, et qu'il contribuera davantage à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route ».

Reuters : Récemment, le pétrolier MT Freya, géré par une société de Shanghai et ayant à son bord 25 membres d'équipage chinois et un pétrolier iranien ont été saisis par l'Indonésie car soupçonnés d'avoir transbordé du brut dans les eaux indonésiennes. Le Ministère des Affaires étrangères a-t-il pris contact avec la partie indonésienne au sujet de la détention de ces 25 ressortissants chinois ? Pourriez-vous nous en dire plus ?

Zhao Lijian : Nous avons remarqué les reportages concernés. L'Ambassade de Chine en Indonésie s'est renseignée auprès de la partie indonésienne et a appris qu'il y avait effectivement 25 membres d'équipage chinois à bord du pétrolier battant pavillon panaméen saisi par l'Indonésie, et qu'ils sont actuellement en bonne condition physique. L'Ambassade a fait part de ses préoccupations à la partie indonésienne et lui a demandé de vérifier la situation de l'équipage chinois et d'en informer officiellement la partie chinoise dans les plus brefs délais, d'enquêter sur l'affaire de manière impartiale et conformément à la loi et de protéger la santé, la sécurité et les droits et intérêts légitimes et légaux de l'équipage chinois. L'Ambassade continuera à suivre de près l'évolution de l'enquête et à fournir son assistance aux membres d'équipage concernés.

Phoenix TV : La nouvelle administration américaine a fait de la réponse au changement climatique une de ses politiques prioritaires et a annoncé qu'elle reviendrait dans l'Accord de Paris. En même temps, des voix s'élèvent aux États-Unis pour dire que les actions climatiques de la Chine ne sont pas suffisamment fortes. Quelle est votre réponse à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a annoncé une série de politiques climatiques majeures l'année dernière, et avancé l'objectif de s'efforcer d'atteindre le pic des émissions de CO2 avant 2030 et de parvenir à la neutralité carbone avant 2060. Nous avons également annoncé quatre nouvelles mesures pour augmenter les contributions déterminées au niveau national (CDN), respectivement en matière d'émissions de CO2 par unité de produit intérieur brut, de part des énergies non fossiles dans la consommation des énergies primaires, de volume du forestier et de capacité installée totale de l'éolien et du solaire. Ces politiques climatiques représentent les efforts maximaux que la Chine peut prendre selon ses conditions nationales et dans la mesure de ses capacités, répondent à l'exigence de l'Accord de Paris de « correspondre à son niveau d'ambition le plus élevé possible », reflètent la ferme détermination de la Chine à lutter activement contre le changement climatique et à promouvoir la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité, et apporteront une nouvelle contribution chinoise au processus mondial de lutte contre le changement climatique, ce qui a été largement salué par la communauté internationale.

Quelle est alors la vraie intensité des actions climatiques de la Chine ? Je peux vous citer deux exemples simples. Premièrement, en tant que plus grand pays en développement du monde, la Chine s'est fixé un délai qui est seulement 10 ans plus long que les principaux pays développés pour atteindre la neutralité carbone. Deuxièmement, pour la plupart des pays développés, l'intervalle entre le pic des émissions de CO2 et la neutralité carbone prévue en 2050 est de 60 ans, alors que la Chine s'est engagée à atteindre son pic des émissions de CO2 avant 2030 et à parvenir à la neutralité carbone avant 2060, ce qui veut dire que la même intervalle pour la Chine n'est que de 30 ans. La comparaison fait ressortir la différence. Le contraste entre 60 ans et 30 ans met en évidence l'intensité des engagements et des actions de la Chine. Afin d'atteindre ces objectifs, la Chine devra déployer des efforts acharnés.

Les États-Unis sont le plus grand émetteur dans l'histoire et restent toujours un grand émetteur de CO2 aujourd'hui. L'administration précédente américaine a fait un recul grave dans ses actions climatiques. Elle s'est retirée de l'Accord de Paris, et a refusé de reconnaître ses propres obligations de réduction des émissions et de financement, ce qui a sérieusement affaibli les ambitions et les efforts de la coopération internationale pour répondre au changement climatique. La Chine espère que la partie américaine comblera dès que possible les 4 ans de rupture et de manquement, soumettra de fortes CDN et une puissante stratégie de développement à long terme sur les faibles émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l'Accord de Paris, afin de laisser la communauté internationale sentir la rigueur de la réponse de l'administration américaine au changement climatique. Pour réaliser véritablement les objectifs de l'Accord de Paris, les innovations et les progrès technologiques révolutionnaires sont nécessaires. Il exige également des actions conjointes et une coopération approfondie entre différents pays dans le cadre multilatéral. La Chine gardera toujours sa porte grande ouverte au dialogue et à la coopération.

RIA Novosti : Selon des reportages, lors d'un entretien téléphonique hier, les Présidents russe et américain sont parvenus à un accord sur la prolongation du Traité New START sur la réduction des armes stratégiques pour une durée de cinq ans. La Russie a déclaré aujourd'hui que les deux parties étaient convenues de prolonger le Traité sans aucune condition supplémentaire. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine se félicite de l'accord conclu entre les États-Unis et la Russie sur la prolongation du traité New START. La prolongation du traité contribuera à maintenir la stabilité stratégique mondiale ainsi que la paix et la sécurité internationales, ce qui correspond à l'attente commune de la communauté internationale. Nous espérons que les deux parties achèveront dans le plus bref délai les procédures pertinentes de la prorogation du traité.

Dans le même temps, en tant que pays possédant les plus grands arsenaux nucléaires, les États-Unis et la Russie détiennent toujours plus de 90% des armes nucléaires du globe. Les deux parties doivent suivre le consensus international, s'acquitter effectivement de leurs responsabilités spéciales et prioritaires en matière de désarmement nucléaire ainsi que continuer de réduire drastiquement et concrètement leur arsenal nucléaire, afin de créer des conditions propices à la réalisation finale du désarmement nucléaire général et complet.

Bloomberg : Le 26 janvier, Gina Raimondo, nommée Secrétaire américaine au Commerce, a déclaré lors d'une audition au Sénat que les États-Unis devaient prendre des mesures agressives pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales de la Chine. Elle a également mentionné un comportement anticoncurrentiel de la Chine, citant le dumping dans le secteur de l'acier et de l'aluminium sur le marché américain. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les États-Unis n'arrêtent pas de dire qu'ils poursuivent un cadre de concurrence loyale et le commerce équitable, mais ce qu'ils font est tout à fait le contraire. Au cours des dernières années, la précédente administration américaine s'est activement engagée dans un protectionnisme unilatéral et des pratiques d'intimidation, a déclenché de manière malveillante des guerres commerciales, a généralisé le concept de sécurité nationale et a abusé de diverses excuses et listes, afin de réprimer par tous les moyens et sans scrupule les entreprises chinoises ainsi que de forcer d'autres pays à renoncer à leur coopération avec les entreprises chinoises. Ces pratiques ont gravement violé les règles du commerce international, se sont écartées du principe de concurrence loyale, ont perturbé l'ordre normal du marché, ont porté atteinte aux droits et intérêts légaux des entreprises chinoises et, en fin de compte, ont nui aux intérêts des entreprises et des travailleurs américains. Bien sûr, nous avons également vu que la précédente administration américaine avait non seulement visé la Chine, mais aussi arbitrairement menacé ou sanctionné d'autres pays. Cette pratique dite « seulement les États-Unis » a suscité l'opposition générale de la communauté internationale.

Nous espérons que les États-Unis tireront les leçons de leurs expériences, corrigeront leurs erreurs, respecteront effectivement les principes de l'économie de marché et de la concurrence loyale ainsi qu'offriront un environnement d'affaires ouvert, juste, équitable et non discriminatoire aux entreprises de différents pays dans leurs investissements et opérations aux États-Unis. La Chine continuera de prendre des mesures nécessaires pour sauvegarder les droits et intérêts légaux et légitimes des entreprises chinoises.

Associated Press de Pakistan : Hier, la première plateforme d'information sur la coopération agricole et industrielle Chine-Pakistan a été mise en service en ligne. Les Ambassadeurs et de hauts fonctionnaires des deux pays ont assisté à la cérémonie d'inauguration. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons remarqué les informations concernées et nous y adressons nos félicitations. J'ai été en poste au Pakistan deux fois et après mon retour, je suis toujours de près les progrès de la construction du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP).

L'agriculture est un domaine important pour la coopération pragmatique entre la Chine et le Pakistan et les dirigeants des deux pays sont convenus de faire de l'agriculture un des secteurs clés pour la prochaine étape du développement de qualité du CECP. Les gouvernements des deux pays ont établi en 2018 un groupe de travail conjoint pour la coopération agricole et en mars 2020 un nouveau groupe de travail pour l'agriculture dans le cadre du Comité de coopération conjointe du CECP, en vue de faire aboutir la coopération bilatérale à des progrès encourageants. La Chine et le Pakistan ont une grande complémentarité, un potentiel énorme et de belles perspectives sur le plan agricole. La partie chinoise s'engage à renforcer la coopération agricole avec le Pakistan pour injecter un élan dans le développement économique et social des deux pays afin que les deux peuples bénéficient des fruits du développement. Nous espérons et croyons que le lancement de la plateforme d'information concernée favorisera davantage les échanges entre les deux parties et fera porter davantage de fruits à la coopération bilatérale.

Yonhap News : Hier, le Président de la République de Corée Moon Jae-in et le Président chinois Xi Jinping se sont entretenus par téléphone. Comment la Chine évalue-t-elle cet entretien téléphonique ? Quelles sont vos attentes pour le futur des relations bilatérales ?

Zhao Lijian : Hier soir, le Président Xi Jinping et le Président de la République de Corée Moon Jae-in se sont entretenus par téléphone. Il s'agissait du premier entretien téléphonique entre les deux Chefs d'État depuis le début du Nouvel An, le dernier datant d'il y a huit mois. Les deux Chefs d'État ont eu des communications approfondies en matière de coopération antiépidémique et de relations Chine-République de Corée et sont parvenus à un consensus important, ce qui marque un bon début pour les échanges et la coopération entre la Chine et la République de Corée en 2021. Nous sommes convaincus que cet entretien téléphonique guidera et promouvra les relations entre les deux pays pour qu'elles obtiennent de nouveaux progrès majeurs.

Reuters : La province de Cavite des Philippines a annulé le projet de mise à niveau d'un aéroport entrepris par la China Communications Construction Company et un opérateur local. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Je ne suis pas au courant de la situation que vous avez mentionnée. Ce que je tiens à souligner, c'est que le gouvernement chinois soutient les entreprises chinoises dans leur coopération pragmatique avec les Philippines dans le respect de la loi et des règlements afin d'accroître les bénéfices mutuels et le gagnant-gagnant. Nous croyons que la partie philippine, sur la base des principes de justice et d'équité, offrira aux entreprises chinoises un environnement d'affaires favorable dans leurs investissements et développement aux Philippines. Cela correspond à l'intérêt commun des deux parties.

NHK : Les États-Unis demandent à la Chine de participer aux négociations sur le désarmement nucléaire entre les États-Unis et la Russie, y compris au Traité New START sur la réduction des armes stratégiques, mais la Chine a toujours refusé de le faire. Y a-t-il des changements dans la position de la Chine ?

Zhao Lijian : La position de la Chine est constante et claire.

The Paper : Selon des médias japonais, un responsable du Ministère japonais des Affaires étrangères a déclaré le 26 janvier dans une audition devant la division des affaires étrangères du Parti libéral-démocrate que le gouvernement japonais ne pensait pas que la Chine avait commis un « génocide » au Xinjiang. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, le prétendu « génocide » au Xinjiang est purement et simplement une accusation infondée, un mensonge délibérément fabriqué par certaines forces antichinoises et une farce totale pour calomnier et discréditer la Chine. Nous croyons que la plupart des pays du monde sont clairvoyants et sont objectifs et impartiaux dans le traitement du développement et des changements au Xinjiang et dans l'évaluation de la politique du gouvernement chinois pour stabiliser, gouverner et enrichir le Xinjiang.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114